Photos concert : Saez @ Zénith, Paris | 06 mai 2010

Saez soulève le Zénith ce jeudi soir avec un rock incisif et engagé !
Saez est un des rares artistes rock français actuel qu’on ne peut accuser d’être lisse et ennuyeux. Il ne passe presque jamais à la télévision, qu’il déteste, et pourtant son public ne l’oublie pas et il aura rempli deux jours de suite le Zénith de Paris.

Cascadeur

2010_05_06_cascadeur
2010_05_06_cascadeur
2010_05_06_cascadeur

Saez

On passera sur la polémique concernant l’affiche interdite par les régies publicitaires, il y a intelligemment répondu inutile d’ajouter quoi que ce soit. Je préciserai simplement qu’elle est le fruit d’un photographe célèbre dans le milieu, Jean-Baptiste Mondino en personne.

Par contre, ce concert, oui, parlons-en. Première surprise, il est rock, sans aucune des sonorités électro qu’on a pu entendre il y a quelques années dans ses albums. En parallèle, une réelle maturité transparait chez Saez, ce qui n’est pas pour me déplaire. Accompagné d’un groupe composé de 2 guitaristes solos (suffisamment rare pour être signalé) qui sont justes excellents ! Ils assureront même à 2 ou 3 reprises de longs passages instrumentaux, sans Saez, qui ravissent toute la salle, moi y compris. Jouant principalement des titres de son dernier album, J’accuse, on aura également droit à d’anciens titres comme le célèbre Fils de France ou encore Marie ou Marilyn, et quasi aucun titre de son premier album.

Le public justement ! Là où beaucoup penseraient qu’il est composé d’ados (voir de pré-ados comme je l’ai entendu) on a de tous les âges. Et voir ce public si mélangé, en fosse comme dans les gradins, se faire entendre tout au long du concert était franchement agréable. Trop souvent calme, le public parisien a démontré qu’il pouvait répondre présent à l’occasion. Saez fera d’ailleurs 3 rappels pour un concert de 2h30 en tout, autant dire que personne n’avait envie de quitter la salle. Et chose rare, le public dans les gradins s’est levé pour l’applaudir à la fin.
Ce poète moderne, dont la plume engagée fait inévitablement penser à d’illustres auteurs français, enchante son public qui semble littéralement vivre ses couleurs comme ses morceaux plus mélancoliques. Avec sa façon d’être entier, d’écrire avec sa tête et ses tripes, je ne peux pas m’empêcher de le comparer à Miossec vu récemment à l’Olympia. Et le public ne s’y trompe pas et apprécie cet engagement aussi.

2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez
2010_05_06_saez

De plus en plus prolifique, encore en tournée pour son album J’accuse sorti le 29 mars dernier, Saez prépare déjà l’album suivant prévu pour la fin de l’année. On peut déjà télécharger, Ma Petite Couturière, un des titres de ce futur album qu’on a pu découvrir ce soir en live.

Date : 06 mai 2010