Dans la cage à Lyon

Salle : L'Epicerie  Moderne

L’Epicerie Moderne (Feyzin)

C’est aussi la rentrée des classes pour les salles de concerts lyonnaises qui ont affûté leur programmation afin de proposer des soirées de qualité. Première étape avec le Transbordeur et L’Epicerie Moderne.

L’Epicerie Moderne

Quelle bonheur de retrouver L’Epicerie Moderne après une saison riche en émotions. Cette année encore déjà se profile des agapes pour gourmets de la musique dans un lieu toujours aussi accueillant aux tarifs riquiqui pour étudiants assoiffés de sons. Il y en aura pour tous les goûts et vous serez assuré de ne pas vous taper du Maé, Bénabar, Luce, L’Oncle Soul, Roussel ou autre Cali. Car l’épicerie est fine, déniche des concerts uniques, voir rares avec la venue des mythiques métalleux Melvins (02/10) ou de l’icône John Cale (05/11) chassant définitivement le Lou dans son bois après son passage pitoyable aux Vieilles Charrues cet été. D’autres dates seront très attendues avec le retour sur scène de Chokebore (26/10) après la venue l’an dernier de Troy Von Balthazar ou encore l’exceptionnel barde barbu avant que cela soit la mode, Bonnie Prince Billy (18/10) accompagné de son ami écossais Alasdair Roberts. D’autres mets fins dignes de chez Fauchon seront au menu comme les hypnotiques Low (01/12), la fanfare fantasque d’I’m From Barcelona (14/10) accompagnée de Owlle, Alela Diane (11/10) qui revient chassant dorénavant sur des terres plus électriques, ou encore la folk foutraque de Fink (28/10). Mais peut être préférerez-vous la pop catchy et acidulée de Pinback (21/11), les inclassables General Elektriks (09/11) ou la voix de rogomme d’Ndidi Onukwulu avec Budam (19/10) le pianiste des iles Feroé (sic!).

Et tout ce festin pour en moyenne moins d’un vingtaine d’euros, moins cher donc qu’un repas dans un faux bouchon lyonnais…

Transbordeur

Crédit Photo : Brice Robert

Le Transbordeur aborde aussi cette nouvelle saison avec plus de sérénité et d’indépendance malgré le poids indéniable d’Alias et d’Eldorado. L’emblématique salle de concert lyonnaise ne prend plus l’eau et maintient le cap des débuts, il y a 22 ans (William Sheller et New Order avaient inauguré le lieu) en mêlant très grand public, artistes ind sur le devant de la scène et d’autres plus confidentiels. La mue se poursuit donc avec de très belles soirées en perspective, Agnès Obel (01/11) qui avait hypnotisé Fourvière cet été, Anna Calvi (23/09) qui a pris de l’assurance depuis son concert à L’ Epicerie Moderne en avril dernier, le retour des Death in Vegas (03/10) qui ont enchanté Rock en Seine et sortent un nouvel album avec des guests inattendus (Iggy Pop, Bobby Gillepsie, Jim Reid, Liam Gallagher…), les précurseurs et divins belges de dEUS (21/10), une tripotée de légendes avec Nina Hagen (22/10), Dr Feelgood (18/10), The Wailers (30/10), Patti Smith (14/11), ou un Didier Wampas (07/12) en liberté. Il faudra aussi compter sur Metronomy (08/11) en piste pour le Mercury Prize depuis leur passage au Ninkasi Kao, le duo cuir The Kills (15/11), la pop de chambre de Lisa Ekdahl (05/12), les stupéfiants Stupeflip (28/10). On n’oubliera pas la double soirée avec Les ogres de barback (02 et 03/11) qui accueillent Les TIT’ NASSELS et La Mine de Rien et le retour du festival des Inrocks à Lyon après une longue éclipse pour une seule soirée avec Timber Timbre, Alex Winston, Mona et Other Lives (05/11). On pourra aussi être séduit par le kitch des The Puppini Sisters (29/11), le punch de Joey Starr (28/11), le gun de Keren Ann (15/12), l’énergie scénique des Shaka Ponk (18/11), ou la fiesta des vingt ans de Sinsémilia (17/12). On passera notre tour pour Arthur H (16/11), préférant le nouveau Tom Waits, pour Selah Sue (04/11) devenue horripilante, pour Peter Doherty (01/10) et ses entrechats, pour Louis Bertignac (08/12) et son hygiaphone, pour les gentils The Kooks (24/10), pour le putois La Fouine (17/11), pour le maestro d’ascenseur Stromae (30/11), pour M Pokora (16/12) (M qui ?), les suintants Aaron (13/12) et Coeur de Pirate (11/12), les consensuels Zazie (06/01) et Sinclair (09/03), ou les artistes arty très à la mode Brigitte (02/03). On n’oubliera pas les deux dates du festival Riddim Collision (05 et 15/10), véritable laboratoire musical, le festival Just Rock (mais on en reparle très vite :-)), ou encore la Tiny Tinni’s Party organisée par le Trokson et le Clacson dans le Club retrouvé du Transbo pour présenter le Big Tinnitus Festival où l’on retrouvera début novembre The Cavaliers, The Kids ou encore les Dum Dum Girls (On en reparle très très vite ;-)).
Vous serez aussi servi si vous appréciez pèle mêle le metal, le stand up, la musique du monde ou les mémorables matchs d’improvisations théâtrales.

Au total, vous trouverez bien votre bonheur même si les tarifs sont ceux du centre-ville.

Un avis, un commentaire ?

E-mail Nom Site