Les lyonnais redécouvrent la confluence entre Rhône et Saône grâce au programme urbanistique « Lyon Confluence« , l’un des plus vastes chantiers d’Europe (150 ha qui vont accueillir 17 000 personnes en 2019). Ce quartier délaissé pendant trop longtemps puisque « derrière les voûtes » de la gare de Perrache a longtemps été considéré comme coupé de la ville, les classes laborieuses dites dangereuses venaient au siècle dernier s’encanailler entre prisons, abattoir, maisons closes, brasseries, hôtel des postes (devenu archives municipales de la ville de Lyon) et bien sûr à partir de 1961, le marché de gros de la ville, dit le Marché Gare.

Le Marché Gare - Lyon

Le Marché Gare – Lyon

Depuis 2008, le marché de gros a déménagé à Corbas laissant un espace incroyable pour des projets architecturaux aventureux (comme les cubes orange et verts de Jakob & MacFarlane) et une salle de concerts de 300 places, outil intermédiaire indispensable, entre cafés-concerts et salles historiques de plus grande capacité, cheville ouvrière primordiale au service de l’émergence culturelle.

Le Marché Gare

La renaissance du quartier Confluence a permis à beaucoup de lyonnais de (re)découvrir cette salle de concert dont la programmation n’a rien à envier aux autres salles de l’agglomération. Têtes d’affiche, découvertes, artistes en résidence, burlesque, partenariats de tous genres font du Marché Gare un lieu incontournable pour les oreilles curieuses. SK* a voulu en savoir un peu plus en rencontrant son programmateur, Benjamin Petit.

Peux-tu nous parler de l’actualité du lieu, le quartier est en pleine mutation, quelles conséquences pour la salle ? des aménagements prévus ?

Le quartier est en pleine mutation en effet, depuis maintenant 8 ou 10 ans. Et ce n’est pas fini. La seconde phase du chantier commence tout juste. Malheureusement l’avenir de la salle du Marché Gare n’est toujours pas défini. Une réhabilitation du bâtiment du Marché Gare était prévue, avec l’idée d’élargir les locaux que l’on utilise, en créant notamment des studios de répétition, mais nous sommes toujours dans l’incertitude totale quant à la suite des choses. La possibilité que le bâtiment soit détruit existe toujours.
Pour nous, la seule conséquence de la transformation du quartier est le décloisonnement psychologique qui s’est opérée entre ce quartier et l’autre côté de la gare de Perrache. Le quartier n’a jamais été bien loin du centre ville, mais il paraît désormais plus accessible aux Lyonnais. Il est aussi plus identifié qu’auparavant grâce à toute la campagne de communication autour du nom Confluence.

Génération Spontanée, Active Disorder / Jarring Effects, ou encore Neutral Zone pour des programmations pop, electro et gothique. Certes, nous sommes plutôt ancrés dans une culture rock et pop ; nous avons notre identité, notre sensibilité. Mais l’idée maîtresse est d’animer un lieu à l’identité propre, qui tente de relayer l’expression de différentes cultures musicales. La difficulté à ce niveau là est de repérer les personnes ou les structures les plus intéressantes à aider ou soutenir.

Apparemment, beaucoup d’artistes choisissent de plus en plus le Marché Gare, comment expliques-tu ce phénomène ?

Si nous parvenons aujourd’hui à proposer une telle programmation, c’est grâce à l’image que nous avons construite au fil du temps. C’est la réputation de la qualité de l’accueil, du son et de la programmation qui attire aujourd’hui de plus en plus d’artistes mais aussi de producteurs. Et bien sûr, de plus en plus de spectateurs (environ 12 000 par an).

Vous vous ouvrez vers d’autres types de spectacles ou d’événements, je pense au Burlesque ou festival de Science fiction de Lyon, Vous en attendez quoi ?

Ces deux soirées ont particulièrement bien marché. D’abord parce que les propositions artistiques étaient aussi originales qu’intéressantes. Mais je pense que le fait de proposer ces soirées, dans un cadre comme Le Marché Gare, représente aussi un intérêt en soi. Montrer un show burlesque ou une installation numérique dans une vraie salle de spectacle est rare. Je pense qu’il est de notre rôle d’accueillir ce type de soirées et d’ouvrir ce qui pourrait être considéré comme des cultures de niche, à un plus grand public.
Il est aussi important de donner aux acteurs qui montent ces événements une certaine reconnaissance, de leur accorder une réelle confiance, et de les valoriser, en mettant à leur disposition notre matériel technique et notre savoir-faire en termes d’organisation de spectacle.

Le Marché Gare - Lyon

Le Marché Gare – Lyon

Le Marché Gare permet beaucoup de résidences, que des locaux ou vous vous ouvrez sur l’extérieur ? Quelle politique dans ce domaine ? Quelles retombées ?

Nous organisons une quinzaine de résidences par an. Beaucoup de ces résidences sont liées à des partenariats. Dans la même logique que pour la programmation, nous souhaitons offrir un accès à notre salle à d’autres acteurs. Nous travaillons ainsi avec le Conservatoire de Lyon, le festival L’Original (tremplin BuzzBooster), l’Antenne Rhône-Alpes du Printemps de Bourges ou encore le Tremplin Découverte co-organisé avec le Ninkasi.
Nous privilégions pour ces résidences les groupes en début de parcours, issus de l’agglomération, en essayant de coller le plus possible à notre ligne de programmation. Pour choisir les groupes, nous nous concentrons sur la question : qu’est-ce qu’une résidence pourrait apporter à tel ou tel groupe ? Nous choisissons alors les groupes que l’on se sent le plus à même de défendre par la suite, tant dans le cadre de notre programmation que vis-à-vis des autres acteurs du paysage musical. L’objectif est qu’une résidence au Marché Gare soit le temps d’une rencontre avec un projet artistique, et que l’on accompagne celui-ci avec nos moyens, de façon formelle ou informelle, le plus loin possible.

Peux-tu nous parler de votre partenariat avec L’Epicerie Moderne et le Clacson ?

Cela fait maintenant plus de deux ans que nous travaillons avec L’Epicerie Moderne et le Clacson. Tout est né de discussions et d’échanges sur nos manières respectives de travailler. En constatant d’importantes problématiques communes, et une vision commune des enjeux de la diffusion musicale, cela nous a peu à peu rapprochés, équipes salariées et équipes bénévoles. L’idée d’une formule commune d’abonnement est ensuite venue. Nous avons donc créé un pass, avec de nombreux avantages pour les abonnés des trois lieux : des réductions sur les trois lieux, et pas moins de neufs concerts gratuits par an.

Quel artiste rêvez-vous de programmer tout en restant raisonnable ? un regret pour un que vous avez « raté » ?

J’ai toujours dit que le jour où je ferai jouer Sonic Youth au Marché Gare, je démissionnerai… bon ok, je ne prends pas vraiment de risques en disant ça. Non, je ne sais pas. Allez, je dirais The Whitest Boy Alive, Adam Green, ou encore Do Make Say Think.
Et justement, les Do Make Say Think, il s’en est fallu de peu, mais on les a ratés dernièrement. La tournée a été reportée…

Quel est le concert que tu ne rateras pas au Marché Gare en ce début d’année 2014 dont tu es le plus fier ? et un autre ailleurs ?

And So I Watch You From Afar. On les a déjà fait il y a 2 ans, c’était assurément l’un des meilleurs concerts de l’année. Du coup on a craqué, et on les fait à nouveau… Ça va être énorme. C’est un groupe de post-rock instrumental qui mérite vraiment d’être connu. Et puis bien sûr il y a King Krule au mois de Mars. Ça fait plus de deux ans que je suis dessus et que j’attendais l’opportunité de le faire jouer. C’est clairement l’une des révélations du moment.
Et ailleurs ? Je dirais Black Rebel Motorcycle Club au Le Radiant-Bellevue, et A Silver Mt. Zion à L’Epicerie Moderne.

http://www.youtube.com/watch?v=tspJf-pRYRo

La Programmation du Marché Gare

JANVIER

Ven 24 // Demi Portion + La Microfaune
Mar 28 // Jacco Gardner + Neils Children
Jeu 30 // Da Silva

FEVRIER

Jeu 06 // J.C Satan
Ven 07 // And So I Watch You From Afar + NI
Sam 08 // Tunng + Tachka
Jeu 13 + Ven 14 // Auditions régionales des Inouïs du Printemps de Bourges avec Anne Silan, Pan, Schlaasss, Anton Serra, Joe BeL, Pethrol, Miso Soup, De La Montagne
Sam 22 // Pégase+ Santoré
Jeu 27 // Ramona Cordova + Raymonde Howard

MARS

Jeu 06 // As Animals + De la Montagne
Sam 08 // King Krule
Ven 14 // The Legendary Tiger Man + 1ère partie
Mar 18 // Thomas B
Mer 19 // Matt Elliott + Les Marquises
Jeu 20 // Pigalle + Pan
Mer 26 // Cheveu + Poil

AVRIL

Dim 27 // The Strypes

Le Marché Gare accueille avec L’Epicerie Moderne, La Salle des Rancy, la Salle Léo Ferré, De L’autre Côté du Pont, le Ninkasi Kao et Le Transbordeur le Festival Les Chants de Mars #8 du 26 mars au 4 avril avec Renan Luce, La Maison Tellier, Barcella, Batlik, Daisy Lambert, Françoiz Breut et bien d’autres !

Le Marché Gare
Salle de concerts & de résidences
34 rue Casimir Périer 69002 Lyon
04 72 40 97 13
info@marchegare.fr
www.marchegare.fr

+ d'articles et photos :
Partagez!