The Flamming Lips, Bataclan, 02-02-2017

Longtemps méconnus dans leur propre pays, ce duo originaire de Perpignan, considéré comme des héritiers des yéyés et princes du garage rock psyché tout en poésie frenchie a d’abord commencé par conquérir l’Amérique.

Marie Liminana est batteuse, Lionel guitariste, et leur histoire n’est pas banale, repérés sans rien avoir demandé, c’est aux Etats-Unis qu’ils ont d’abord fait leur nid, tranquillement à base de gros riffs et de textes cinglants.

Du rock US à la sauce catalane

C’est à Perpignan, dans leur fief, qu’SK* a eu l’occasion d’aller les voir jouer. Ils partageaient comme souvent la scène avec la figure locale ­Pascal Comelade, « savant-fou » multi-instrumentiste, également artiste peintre, dont la réputation en Occitanie n’est plus à faire. En effet, Comelade et les Liminanas ont sorti un disque instrumental en commun, le d’ailleurs très peu commun Traité de guitarres triolectiques (à l’usage des portugaises ensablées).

Pascal Comelade & Les Limiñanas – Traité de guitarres triolectiques -

C’est cependant la poésie rock de leur dernier album Malamore et notamment la vibrante El Beach qui m’avait le plus incitée à aller les voir en ce week-end catalan, et quelle ne fut pas ma déception lorsque je me suis rendue compte que Lionel Liminana ne chanterait pas. Il était pourtant bel et bien là, boots rock pointues et grosse barbe, guitare fuzz entre les mains, envoyant du psyché à tout va, mais pas une once de voix. Quel dommage, il en perdit son aura.

The Limiñanas - Malamore

Le concert ne fût pas désagréable, ils ont enchaîné du rock garage comme on aime, mais difficile d’être réellement touchés sans les paroles de Lionel. Il se sera donc terminé sans que réussisse réellement à percer la bulle dans laquelle ils étaient, et ainsi entrer dans leur univers si particulier.

Avec mon acolyte aussi déçu que moi, nous répartîmes tête baissée, nous empressant d’écouter une version studio pour nous consoler !

The Liminanas - The Woods / The Inventor

Date : 12 novembre 2016