Au début des années 2000, la Suède rayonnait sur l’Europe avec des groupes comme les Hives, les Concretes et les Shout Out Louds. Ces derniers étaient les représentants d’une certaine idée de la pop et avaient des chansons assez efficaces. Révélés en 2003 par leur premier album Howl Howl Gaff Gaff, les Shout Out Louds confirmèrent tout le bien qu’on pensait d’eux avec Our Ill Wills en 2007.

Produit par Björn Yttling (la moitié du duo Peter Bjorn and John), Our Ill Wills est un concentré de chansons pop ultra efficaces qui permit à nos chers Suédois d’être distribués aux États-Unis via Merge Records. Nous nous sommes entretenus avec la belle Bebba Stenborg au sujet de l’enregistrement de cet album.

Pourquoi avoir appelé ce disque Our Ill Wills ?

Bebban Stenborg : À cette époque, nous nous préoccupions énormément de la notion d’héritage sous tous ces formes (que ce soit la trace que nous laissions après un concert ou bien après une relation, voire la vie et que faire si c’était quelque chose de bien ou de mauvais). Il s’agissait aussi d’évoquer l’idée que tu peux agir à l’encontre des intérêts de quelqu’un que tu aimes. Je pense que nous avons interprété ces thèmes de manière joviale et ensoleillée. Par contre, cette aventure nous a montré que nous pouvions être opposés en tant qu’individus. Le titre est devenu le moyen de rappeler aux gens de ne pas juger un livre à sa couverture.

Comment avez-vous rencontré Björn Yttling ?

Bebban Stenborg : Nous l’avons rencontré lors d’une soiré ou d’un after-show. Il est venu voir Adam et lui a dit qu’il aimait notre musique mais pas la façon dont elle était produite. Il lui a dit qu’il pourrait mieux le faire. Il fait probablement partie de la catégorie des producteurs dits classiques, mais nous avons été impressionnés par sa franchise et nous sommes allés avec à la rencontre de celle-ci.

L’enregistrement a été facile ? Combien de temps cela vous a pris ?

Bebban Stenborg : L’enregistrement a été amusant et nous a prit un an environ. Björn a cette façon de travailler là où il rassemble le matériel enregistré, s’assoit seul et le transforme en chansons finies. Cela peut te paraître frustrant car tu ne sais pas toujours ce qu’il va sélectionner. Mais c’est au final très intéressant et salvateur d’être encouragé à se concentrer sur les détails plutôt que sur le résultat.

Quels sont tes meilleurs souvenirs liés à cet enregistrement ?

Bebban Stenborg : Je me souviens particulièrement le fait d’avoir appris à entendre ce que Björn faisait de nos chansons. Il y avait un effet de surprise qui était parfois présent. C’est aussi amusant de regarder en arrière et de voir qu’il travaillait avec une jeune fille qui débutait. Elle a travaillé et joué sur quelques pistes et c’est vraiment réussi. Cette fille était Lykke Li, et elle a évidemment fait de bonnes choses, mais c’est typique de Björn. Il trouve et recueille des pierres précieuses, puis les sème dans où il peut, pour le bien de tout le monde.

Quelle est ta chanson préférée d’Our Ill Wills ? Pourquoi ?

Bebban Stenborg : J’aime Hard Rain, j’aime la jouer en concert. Il y a quelque chose de direct et de non raffiné qui fait que je l’aime.

Quelle est l’histoire d’Impossible ?

Bebban Stenborg : Il y a tellement d’histoires derrière Impossible. C’est difficile de réduire cette chanson à une seule histoire. Mais pour simplifier… Je pense que c’est vraiment un peu simple : elle évoque l’été et l’amour en soulignant qu’aucun des deux n’est éternel.

Shout Out Louds – Impossible

Quelle est l'histoire de cette pochette ?

Bebban Stenborg : Notre local de répétition se trouvait dans le sous-sol d'un petit hôtel qui est réservé et dirigé par l'armée de mer. C'était dans le centre de Stockholm, juste sur l'eau et ce lieu est rempli de souvenirs navals : photos, uniformes, drapeaux. Je pense que cela nous a maintenu notre inspiration d'une manière étrange... Le fait de travailler à proximité des navires te fait penser à l'aventure. Nous avons beaucoup voyagé au cours des années et il n'est pas toujours facile d'être loin autant que nous l'avons été, mais cela nous a aidé à nous considérer comme des marins. Nous avons toujours voulu aller en tournée par l'eau, charger un navire et l'emmener dans les villes portuaires du monde entier. Ainsi, les drapeaux de signal maritime étaient un hommage à cette chose entière qu'est la mer.

Comment avez-vous trouvé votre son ?

Bebban Stenborg : C'est assez étrange pour moi... Mais nous l'avons eu en tant que groupe ce son. Nous l'avons poussé et tiré d'une façon ou d'une autre, mais je pense que nous avons une sorte de son inné qui n'est là que lorsque nous sommes tous ensemble.

As-tu des regrets concernant ce disque ?

Bebban Stenborg : Je pense que nous regrettons de ne pas avoir eu encore plus de temps pour visiter les villes dans lesquelles on jouait. Nous étions partout, mais on n'avait pas le temps de revenir à certains endroits. C'est le problème des tournées mondiales, le monde est trop grand.

Shout Out Louds - Our Ill Wills

Our Ill Wills des Shout Out Louds est disponible via Bud Fox AB / Starlight Walker.

Shout out Louds - Our Ill Will

Tracklist

Shout Out Louds - Our Ill Wills
  1. Tonight I Have To Leave It
  2. Your Parents Livingroom
  3. You Are Dreaming
  4. Suit Yourself
  5. Blue Headlights
  6. Impossible
  7. Normandie
  8. South America
  9. Ill Wills
  10. Time Left For Love
  11. Meat Is Murder
  12. Hard Rain

Retrouvez les articles de la rubrique [2007-2017] :
Les jours étranges de Martin Angor

English text

What's the reason behinf the title Our Ill Wills ?

Bebban Stenborg : At the time we were talking a lot about legacy, as in what do we leave behind when we go, whether its moving on after a show, or a relationship, or even life, what if it were something bad rather than good.
It was also about the idea of not always having someone's best interest at heart, the way it is sometimes. I think we were interpreted as kind of chirpy and sunny as a band, and we felt that both our music and we as humans had a lot of the opposite in us that sort of went eerily unnoticed, so the title sort of became our little way of reminding people not to judge a book by its cover, if that makes any sense.

How did you meet Björn Yttling, the producer of this album ?

Bebban Stenborg : We met him at some party, an after show or something, and he came up to Adam and told him that he liked our music but not the way it was produced. He said he could do it better. Typical producer pick up line probably, but we were impressed with his bluntness and went with it.

How easy was the recording process ? How long did it take you ?

Bebban Stenborg : It was a fun process, it took us a year or so. Björn has this way of working where he sort of gathers recorded material and then sits with it on his own and transforms it into finished songs. It can be frustrating because you don't always know where he is taking something until it's basically already there, but it's also very interesting and a bit liberating to be encouraged focus on details rather than the result.

What are your best memories of this recording process ?

Bebban Stenborg : I particularly remember getting to hear what Björn had done with the songs, the element of surprise that was sometimes there. One thing that's fun to look back on is that he had just started working with a young girl and he had her do backing vocals one some tracks and it sounded really good. That girl was Lykke Li, and she obviously went on to do great things, but that's typical Björn. He finds and collects gems and then sneaks them in where he can, for the good of everyone.

What's your favorite sonf of Our Ill Wills ? Why?

Bebban Stenborg : I like Hard Rain, I like playing it live. There is something straight but unrefined about it that I like.

What's the story of Impossible ?

Bebban Stenborg : Impossible has so many stories behind it, it's hard to narrow it down to just one.
But to make it simple ... I think it's actually kind of straight forward in a way. It's about summer and love and the notion that neither is everlasting.

Could you explain to me the cover of this album?

Bebban Stenborg : For the past 13 years we've had our practice space underneath a small hotel meant for and run by people in the navy. It's in the middle of Stockholm, right on the water, and it's full of naval memorabilia; photos, uniforms, flags. I think it has kept us inspired in a weird way, there is something about being around ships that invokes thoughts of adventure. We've traveled a lot over the years and it's not always easy to be away as much as we have been, but it helped us to think of ourselves as sailors. We've always wanted to go on tour by water, loading a ship and taking it to port cities around the world. So the maritime signal flags were an hommage to that whole thing, to the sea.

How did you find your sound?

Bebban Stenborg : The strange thing is that, at least for me, it's just something we have in us, as a group. We can push and pull it this way or that, but I think we have some sort of an innate sound that's only there when all of us are together.

Do you have some regreats about this Lp?

Bebban Stenborg : If anything I think we kind of regret not having even more time to tour on it. We were everywhere but didn't have the time to come back to a bunch of places we should have returned to. That's the problem with touring the world, it's too big.

+ d'articles et photos :
Partagez!