BPKC6YOA5Sg

Déjà 11 albums pour l’ami Jay-Jay Johanson ! Ami car on vit, on grandit, on vieillit avec lui depuis Whiskey paru en 1997.

Et l’on apprécie de le retrouver régulièrement pour des disques toujours séduisants, envoûtants, souvent poignants. Bury the Hatchet qui sort le 17 septembre ne devrait pas déroger à cette règle. Là encore c’est une affaire d’amitié puisque l’on retrouve certains vieux complices comme Erik Jansson au piano, Magnus Frykberg à la batterie ou Mats Äleklint au trombone. Avec Paranoid Jay-Jay nous emmène chez son disquaire préféré, RECOfan dans le quartier de Shibuya à Tokyo, non loin de son célèbre carrefour.

“Ce dilemme, perte ou salut, aucune fatalité ne le pose plus inexorablement que l’amour.” écrivait Victor Hugo dans Les Misérables. Avec Paranoid, Jay-Jay Johanson sur un rythme badin évoque l’angoisse de la perte, « you’re not coming home directly after work » et l’on craint le pire. On s’en veut d’être suspicieux jusqu’à la paranoïa, on ne guérit jamais de cette maladie d’amour même perdu au milieu de disques.

Jay – Jay Johanson – You’ll miss me when I’m gone

Jay - Jay Johanson - Believe in us (Épicerie Moderne le 10/12/13)

L’EP Paranoid sortira le 30 juin en version vinyle et digitale.
Jay-Jay Johanson sera en concert à Paris au Centre Pompidou le 10 mai (complet), le 22 novembre à l'Alhambra) et l'on espère bien sûr d'autres dates !

+ d'articles et photos :
Partagez!10