Pour célébrer ses trente ans d’existence, La Lune des Pirates a programmé une semaine entière de concerts. Il y aura Peter Hook & The Light, les Suuns, la belle Shannon Wright) et les essentiels The Name.

Dans l’histoire de la musique, il y a des artistes qui n’ont pas de chance. Ils ont un bon disque mais le publient au mauvais moment. Il y a aussi des groupes qui bénéficient d’un alignement parfait des planètes et qui décrochent, à juste titre, le jackpot. Ce fut le cas de The Name. Formé en 2008, The Name était un plaisir pour les yeux et les oreilles des Amiénois. Acharnés du travail, David Monet et Jocelyn Soler firent monter les enchères et n’eurent de cesse de hausser leur niveau de jeu. La preuve avec leur album Numbers & Facts qui fut publié en 2012 et qui se boit toujours comme du petit lait en 2017.

En 2012, les morceaux de The Name furent surtout choisis pour être la bande son de Bref, la série créée par Kyan Khojandi et Bruno Muschio. L’exposition médiatique du duo amiénois fut maximale et le propulsa sur le devant de la scène. Après quelques tournées, The Name se mit au repos et ces deux membres tracèrent chacun leur voie. Ils reviennent pour les 30 ans de La Lune des Pirates et peut-être pour bien plus.

Back to The Name

Pourquoi faites-vous ce concert ? C’est La Lune des Pirates qui vous a invités ?

David : Oui. Pour leurs 30 ans, ils ont eu envie d’inviter quelques groupes locaux qui ont marqué cette salle. Nous y avons beaucoup joué et ils nous ont beaucoup accompagné ente 2009 et 2013.

Jocelyn : Nous avons fait énormément de résidences sur cette scène, avec Arnaud Rebotini notamment.

Christine – No Way (The Name Remix)

Vous avez dit ok tout de suite ou il y a eu un moment de réflexion ?

David : Tu plaisantes ? Sans aucune hésitation. Nous aurions même été tristes de ne pas être de la fête !

Vous n’avez pas joué ensemble depuis combien de temps ?

David : Depuis un an et demi environ. Mais on continue à se voir et on travaille en sous-marin sur des nouvelles compositions.

Jocelyn : On se voit en sous-marin. Il faut l’entendre au sens figuré. Même si j’aimerais vachement avoir un sous-marin.

Vous répétez beaucoup ? Il faut remettre des choses en place ?

Jocelyn : Oui. On se sert de cette date pour remanier notre live et pour faire une nouvelle proposition. Nos derniers concerts étaient dans un format « club ».

Un format club ?

David : Au départ, The Name était en live une grosse machine de guerre. Il y avait plein de vieux synthés et de machines « vintage » sur scène, l’ordi, une énorme batterie… Bref, un enfer pour les techniciens son et plateau. Par la suite, on a fait des résidences avec Chixx du duo marseillais Tambour Battant, et monté un live beaucoup plus léger. Nous n’avions plus que deux synthés sur scène, un petit kit batterie, et surtout nous nous concentrions plus sur l’ordinateur et Ableton Live.

Jocelyn : Et sur les contrôleurs comme l’APC 40, les spds. En mode « DJ ».

David : Aujourd’hui, nous avons eu envie de revenir à nos premiers amours, et à l’essence du projet : batterie, percussions, claviers, et ces bonnes vieilles techniques analogiques, qui ont fait les débuts de The Name.

Verlatour influence The Name ? Vos projets solos influencent The Name ?

Jocelyn : Pas spécialement. J’ai eu justement envie de revenir à la batterie pure dans The Name car je n’en fais que très peu en live dans Verlatour.

David : Disons que les techniques acquises dans nos différents projets au fil des années, influencent forcément notre musique aujourd’hui. Avec de nouvelles machines, des connaissances un peu plus poussées sur Ableton (qui a beaucoup évolué également), nous avons plus de liberté, et nous pouvons prendre encore plus de risques. Mais je pense que The Name a toujours eu sa patte perso : le côté club poussif, les arpeggios, les basslines, les gros synthés qui tâchent, et la batterie qui frappe !

Jocelyn : Malgré tout, le fait de ne pas avoir fait de concert pendant un long moment, et d’avoir évolué dans nos projets solo influencent le futur de The Name.

The Name – Wastleland

Qu'entendez-vous par le futur de The Name ?

David : Cela fait deux ans que nous composons. On veut sortir un EP courant 2018. On prend le temps, car on veut revenir avec des compos et un disque vraiment solides.

Quelles chansons avez-vous eu le plus de plaisir à retrouver ?

Jocelyn : Toutes évidemment ! Mais s’il faut en citer, Distance, The Journey et les morceaux des premiers Eps.

David : Si je devais te faire une liste, je te dirais aussi Distance, The Journey, et Kidding.

Jocelyn : Ah oui, Kidding, j’aime bien Kidding. C’est de nous ça ?

David : Il y a aussi les morceaux plus doux que nous ne jouons pas comme Jeffrey Dahmer Street ou Wasteland que j’aime beaucoup.

Jocelyn : Pour ce live, nous mettrons des choses inédites.

Pour les tester sur le public ?

David : Par simple envie de présenter des choses nouvelles. Nous avons préparé de nouveaux arrangements sur nos morceaux, on ne voulait surtout pas faire de copier-coller.

Jocelyn : On a toujours fait une relecture de nos morceaux. Nos derniers concerts étaient très "club". Pour le concert des 30 ans de La Lune, ce sera plus dynamique.

David : Et plus progressif. On a fait en sorte que la musique vive plus.

Quel est votre meilleur souvenir live de The Name sur la période 2012-2015 ?

Jocelyn : La clôture du festival Aux Foins de La Rue, après Archive.

David : Le Zénith d'Amiens aussi. Mais ce festival Aux Foins de la Rue... C’est vrai que nous n’avions jamais joués devant autant de monde.

Jocelyn : Très gros son !

David : Également, la nuit Bref au Grand Rex, la dernière fois où nous avons eu la chance de pouvoir inviter Christine and the Queens sur scène avec nous, avant l’incroyable succès qu’on lui connaît.

Et vos concerts marquants à La Lune ?

David : Dälek. C'était de la folie furieuse. Et Caribou que j’ai découvert en live, leur concert à la lune était incroyable.

Jocelyn : Zombie Zombie, Who Made Who

Et votre premier concert à La Lune ?

David : Hum. J'étais très jeune. C'était le Saïan Supa Crew avec le Passeport Culturel du lycée, genre en 1997 si je me souviens bien (argh). J'avais adoré. En plus il y avait un DJ qui mixait Jungle / Drum n’Bass ! J'ai découvert ce mouvement à ce moment là. Ce fut une très grosse révélation.

Jocelyn : Je ne m'en rappelle pas.

David : Deux ans plus tard, j’y étais bénévole, puis membre du conseil d’administration, puis encore plus tard, chargé de production… Sans parler des multiples concerts, répétitions, résidences, formations… J’ai énormément appris dans cette salle. Pour dire vrai, je ne pense pas que j’en serais où j’en suis aujourd’hui sans La Lune des Pirates.

Le temps des projets solo

Un clip arrive chez Verlatour ?

Jocelyn : Oui, c'est un single inédit. Il s'appelle Alone. Le clip a été fait Lamhouti Jallal & Attic Addict et produit par L'Aéronef. Nous l'avons tourné au musée d'histoire naturelle de Lille. Alone appelle la sortie de mon prochain EP qui sortira le 16 juin sur Bon Temps.

Verlatour - Alone

Et tu es signé chez Warner Pologne. Comment es-tu arrivé à avoir un contrat dans ce pays ?

Jocelyn : Mary Komasa, une artiste polonaise qui vit à Berlin a sorti un morceau qui s'appelle Oh Lord. Je lui ai envoyé un remix une première fois en lui proposant de le sortir en free download. Elle n'a pas répondu. J'ai recommencé... Et elle m'a répondu en me disant qu'elle allait le présenter à son management et son label. Trois semaines plus tard, Warner Pologne m'a appelé et m'a proposé un contrat.

Tu as des concerts de prévus ?

Jocelyn : Je vais faire quelques festivals cet été.

Et toi David ?

David : Mon deuxième projet de cœur s'appelle Anna Kova. Cette fille a une voix exceptionnelle. Avec MiM à la prod et Seb Lawkyz à la basse. Cela a pris une belle ampleur. Elle a notamment fait un disque d'or grâce à son featuring avec Synapson, et on vient de signer en booking sur LiveNation. On va faire le festival Lollapalooza notamment. Le prochain EP devrait sortir très vite.

Anna Kova - Believe

Je suis aussi toujours musicien live avec The Afrorockerz, Chlorine Free, Luciole et Ananda. J’ai bossé sur de la synchro avec Sylvain Daniel, pour le teaser d'une série très cool qui verra bientôt le jour, qui mélange puppets et animation 2D : Monkey Bizness. Elle est issue d’une trilogie de BD du même nom créée par El Diablo et Pozla, un mec d’Amiens hyper talentueux et accessoirement très vieux pote. C’est aussi eux qui avaient dessiné et scénarisé le dessin animé « Les Lascars » sur Canal+. Je suis aussi chargé de production dans différents festivals comme We Love Green, The Peacock Society, ou encore le Red Bull Music Academy Festival. Et je fais mes premiers balbutiements en solo.

C'est à dire ?

David : J'ai fait un tout premier remix pour mon amie Luciole. Je suis en train de faire mon deuxième pour Ananda, et j’espère en faire d’autres, jusqu’à faire mon propre disque, qui sait !

Luciole - Medley (David Monet remix)

The Name - Number & Facts

Number & Facts de The Name est disponible via le label Ikoz.
The Name sera en concert le 18 mai 2017 à La Lune des Pirates (Amiens) avec Vadim Vernay et Suuns.
The Nae - Numbers & Facts

Tracklist

The Name - Number & Facts
  1. Distance
  2. Numbers & Facts
  3. Hunt Down
  4. Nights
  5. Many Obsessions
  6. Neon Lights
  7. Silent Terror
  8. The Passenger
  9. Wasteland
  10. Jeffrey Dahmer Street

Retrouvez les articles relatifs à Verlatour :

+ d'articles et photos :
Partagez!