[1997 - 2017] Et on ne jura que par Damien Jurado (Interviews) | Soul Kitchen

Que reste-t-il en 1997 à Seattle ? A priori, pas grand chose.
Les projecteurs médiatiques sont braqués sur le Royaume-Uni. On ne le répétera jamais assez mais l’année 1997 est fantastique pour le rock anglais. Spiritualized, Radiohead, Teenage Fanclub, Oasis… Tous se sont donnés rendez-vous pour sortir de grands albums.
Les États-Unis semblent totalement largués et tentent de se remettre de la gueule de bois du grunge.


C’est à ce moment que surgit Damien Jurado. Repéré par Jeremy Enigk des Sunny Day Real Estate qui le fit signer chez Sub Pop, Jurado publia son premier album il y a exactement 20 ans.
Il y jette les bases de ses futurs grands albums qui naîtront de ses voyages. Waters Ave. S. est une épure des albums Brothers and Sisters of the Eternal Son et de Visions of Us on the Land. On y découvre un songwriter issu de la scène emo qui se cherche mais qui écrit des choses formidables.
En 1997, Jurado est donc sur le départ pour Maraqopa et va bientôt construire une œuvre passionnante. En octobre 2017, il clôture son 50 State Tour, une tournée qui l’a emmené dans chaque état des États-Unis.

Retour sur l’enregistrement de ce premier album avec Damien Jurado en personne, Kip Beelman (ingénieur-son) et Ed Carrigan (guitariste).

Damien Jurado

Pourquoi avoir appelé ce disque Waters Ave S. ?

Damien Jurado : Waters Ave. S (pour Waters Avenue South) est le nom de la rue où j’ai vécu à Seattle de 1988 à 1990. Ce lieu m’a inspiré quelques chansons de l’album.

Comment s’est déroulé l’enregistrement ? Cela a été facile ?

Ce fut mon premier enregistrement dans un studio professionnel. Ce fut aussi ma première collaboration avec Steve Fisk. J’étais fan de son travail avec des groupes comme Nirvana, The Screaming Trees, Beat Happening et The Halo Benders. Je savais que j’étais entre de bonnes mains. Les choses se sont passées simplement… Steve m’a facilité les choses et a eu de bonnes idées. J’ai décidé d’embarquer quelques amis dans cette aventure. Certains jouent sur l’album. Ma sœur Maria chante sur Wedding Cake et Halo Friendly. J’étais jeune et je n’avais pas la moindre idée de ce que je faisais. C’était amusant.

Quelles ont été tes difficultés pendant cet enregistrement ?

Comme je te le disais, il s’agit de mon premier enregistrement. J’ai été très nerveux car je voulais faire bonne impression. Pas seulement à Steve Fisk mais aussi à Sub Pop. Je voulais que le label aime ce disque. Peut-être qu’ils allaient m’en demander un autre.

Comment as-tu rencontré Jeremy Enigk ? Et Steve Fisk ?

Je connaissais Jeremy Enigk depuis le lycée. Je l’ai rencontré par l’intermédiaire de mes amis. Il a toujours été un musicien très talentueux. C’est un de mes chanteurs préférés. Encore aujourd’hui ! Si Jeremy n’avait pas été là, je n’aurais jamais rencontré les gens de Sub Pop. Je lui suis éternellement reconnaissant. J’ai toujours été fan de Steve Fisk. C’est une fois que j’ai signé chez Sub Pop que l’idée de travailler ensemble est née.

Damien Jurado – Angel Of May

Te rappelles-tu de la première chanson que tu as écrite ?

La première chanson que j'ai écrite s'appelle Yuma Arizona. Elle se trouve sur l'album. Techniquement, il s'agit de la première chanson que j'ai écrite. C'est pour ça que je l'ai mise sur le disque. Je suis fier de cette chanson. Seulement trois accords. Il s'agit de quelque chose très simple.

Comment as-tu appris à jouer de la guitare ?

Comment j'ai appris à jouer de la guitare ? Jeremy Enigk est la première personne qui m'a montré comment jouer trois accords. D, C, G... Et le reste. J'ai écouté des disques de folk (Phil Ochs, Simon and Garfunkel, Buffy Saint Marie, Richie Havens) et j'ai appris le reste. On m'a considéré comme un guitariste assez innovant qui avait son propre style alors que j'imitais seulement les autres.

Quel est ton meilleur souvenir de cet enregistrement ?

J'ai enregistré tous les instruments. Steve avait beaucoup d'instruments comme des claviers, des basses... C''était vraiment cool. Il avait aussi de vieux amplis. Et c'est la première fois que je voyais un Optigan. On s'est beaucoup amusé en jouant des différents instruments. Steve est un sacré génie. Et puis, sur ce disque, je jette les bases de chansons comme Silver Timothy ou Qachina qui seront enregistrées 20 ans plus tard.

Quelle est ta chanson préférée de ce disque ?

Ma chanson préférée est Angel of may.

As-tu des regrets relatifs à ce disque ?

Aucun. Il y a peut-être parfois des voix qui sont mal enregistrées. Ou parfois je ne chante peut-être pas très juste. Mais c'est comme ça. C'est une bonne représentation de moi à cette époque. Je ne regrette rien.

Kip Beelman

Kip Beelman a enregistré le premier album de Damien Jurado. Il est aujourd'hui photographe.

Comment as-tu rencontré Damien Jurado ?

Kip Beelman : J'ai rencontré Damien quand il a signé un contrat avec Sub Pop. Il a enregistré dans mon studio Trampoline (avec Rollerskating Queen et Pigtails en guise de faces B).

Damien Jurado - Trampoline

Où avez-vous enregistré ce disque ?

Le single et l'album ont été enregistrés aux studios AVAST! Recording Co où j'étais un jeune ingénieur son. J'étais âgé de 23 ans à l'époque.

Combien de temps cela vous a pris ?

Le single a dû être enregistré en deux jours et mixés ensuite par Steve Fisk sur deux autres jours. Pour l'album... Comme cela s'est passé il y a vingt ans je ne peux pas être affirmatif. Je dirai que l'enregistrement a pris 10 jours et le mix 4.

L'enregistrement de Water Ave S. fut facile ?

Le plus grand défi dont je me souvienne, c'est que Damien était jeune, physiquement grand, assez fort et féru de sucre... Obtenir des parties de guitare bien rythmées et constantes nous ont demandé pas mal d'efforts.

Quels sont tes meilleurs souvenirs de l'enregistrement ?

C'était génial d'être si jeune et de travailler sur un album du label Sub Pop avec Steve Fisk. A cette époque, j'étais très intéressé par Damien Jurado. L'histoire la plus drôle que je peux te confier est liée au mix de l'album. Paul Mumaw a été engagé pour jouer de la batterie. Il n'a d'ailleurs pas traîné et est parti une fois le travail fait. Il n'a pas assisté au mix. Ed Carrigan était un grand guitariste. il avait joué avec le groupe Blenderhead. C'est la personne clef du disque avec le bassiste et le joueur de trombone. Ed était le confident de Damien. Lorsque l'enregistrement s'est terminé et que nous avons commencé le mixage, Ed a enfin pu se détendre. Tous, sauf Fisk, étaient jeunes et plutôt pauvres... Ed est allé au magasin du coin avec ses dernières économies et a acheté un grand pot de Cool Whip et l'a mangé à la petite cuillère. Fisk a travaillé sur un mix pendant un certain temps. A un moment, il était satisfait du résultat. Il s'est tourné et a découvert trois glandeurs sur le canapé (Damien, Ed et moi). Ed chillait et mangeait son pot de Cool Whip avec sa cuillère. Fisk n'était pas content. Je ne me souviens pas mot à mot de ce qu'il a dit, mais c'était quelque chose du genre: "Mets ce putain de Cool Whip à la poubelle ou sors de ce putain de studio et ne reviens pas !" Il faudrait demander à Fisk ou Ed pour avoir des précisions. Mais ce souvenir me fait encore rire aujourd'hui.

Quelle est ta chanson préférée de ce disque ?

J'aime l'intimité et les tons chauds et analogiques de Treasures of Gold. La chanson, les mots, le son, la production, le son et le mixage sont tous réunis d'une manière particulièrement géniale pour moi sur cette piste.

Damien Jurado - Treasures of gold

Comment as-tu rencontré les gens de Sub Pop ?

Je ne suis plus sûr mais je crois que la personne qui gérait Damien s’appelait Jason Reynolds.

Quelle étaient vos relations avec Sub Pop lors de cet enregistrement ?

Jason, si ma mémoire est bonne, était pleinement engagé sans être trop impliqué si tu vois ce que je veux dire. Avoir Fisk à bord pour produire le disque signifiait que les choses se passeraient bien. Sub Pop a laissé se faire les choses naturellement. Ils avaient confiance.

Comment avez-vous trouvé le son de ce disque ?

Tu es face à un jeune artiste, brut de décoffrage et tu le mets entre les mains du meilleur producteur et du plus beau des studios d’enregistrement. En réécoutant ce disque quelques années plus tard, je n'entends que du bon travail. Ce disque sonne bien. C'est un témoignage de ce qui c'est passé. Fisk a ajouté une couche de vernis aux performances du groupe avec son expérience, en plus d'étoffer le son de l'album avec ses compétences de production et sa musicalité. Fisk venait de recevoir une certaine notoriété pour son travail avec les The Wedding Present (d'ailleurs je les entends sur Wedding Cake et Purple Anteater). Il a fait un excellent travail en aidant à focaliser l'intention de l'écriture complètement disparate de Damien en tant que jeune homme dans quelque chose de viscéral, cohérent et poli (mais pas trop poli).

Quelle est chanson préférée de Damien ?

Ce n'est pas facile de répondre mais Wyoming Songbirds des sessions Maraqopa Sessions est juste magnifique.

Damien Jurado - Wyoming Birds

Ed Carrigan
Ed Carrigan joue de la guitare et des cuivres sur cet album.

Comment as-tu rencontré Damien ?

Ed Carrigan: En 1992, je jouais dans différents groupes punk et j'avais fait deux ou trois concerts avec The Guilty le groupe punk de Damien et de Dave Bazan. L'année suivante, une bande de camarades de classe et d'autres amis, dont Damien, ont loué une maison ensemble dans le quartier universitaire de Seattle. Cette maison fut connue sous le nom de The House of Funk. Plusieurs groupes ont vécu et répété dans cette maison. Dans le courant de 1993, un des groupes punk dans lequel je jouais, Blenderhead, est allé en studio pour enregistrer son premier disque. Damien a été invité pour jouer sur ce disque. Je dis chanteur parce qu'il y avait très peu de parties chantées, tout le monde hurlait. Damien avait tout à fait la voix hurlante de l'époque. L'un des groupes qui a répété à la maison était le nouveau groupe de Damien, Coolidge. Ce groupe a également présenté Dave Bazan à la batterie et l'autre guitariste de Blenderhead, Eben Haase. Damien a chanté et joué de la basse. Ils faisaient partie de la scène "emo". Mais ils étaient meilleurs que les groupes emo moyens de cette époque. Coolidge était l'un des meilleurs groupes de cette scène. Ils ont seulement enregistré quelques chansons. C'était vraiment dommage. Le temps a passé et après quelques tournées avec mes différents groupes, nous avons rompu. Pendant ce temps, Damien s'est marié et a déménagé pour s'installer quelques maisons plus loin. Il s'était mis à écrire et enregistrer de nombreuses chansons acoustiques. De vraies chansons lo-fi ! C'est à ce moment-là qu'il a signé chez Sub Pop et qu'il a sorti le single Motorbike. Peu de temps après, Sub Pop a voulu qu'il enregistre un nouveau single et un album. Mais ce label voulait qu'il dispose d'un backing band. Damien m'a alors demandé si je voulais jouer avec lui et c'est comme ça que je suis venu jouer et enregistrer le single Rollerskating Queen et l'album Waters Ave S.

Comment as-tu appris à jouer de la guitare

A 14 ans, je n'étais qu'un jeune skateur qui évoluait dans le milieu punk rock. J'étais dans le groupe de lycée, et quelques-uns de mes amis voulaient créer un groupe de punk. Je venais juste d'avoir une guitare électrique et j'ai appris quelques accords. C'est comme ça que cela a commencé. Je n'ai jamais pris de cours ou quoi que ce soit.

Quels sont tes meilleurs souvenirs liées à cet enregistrement ?

J'ai passé un super moment à jouer de tous les instruments que j'ai fait sur ce disque. Je n'avais pas joué beaucoup de trombone depuis le lycée, donc c'était sympa de mettre ça dans le mix. J'ai aussi réussi à jouer de la trompette, qui n'est pas vraiment un instrument que je joue, sur le disque. Travailler avec Steve Fisk était également un moment fort. Il a apporté tant de matériel de clavier cool et un Theremin ! J'aimerais pouvoir jouer ça. C'est vraiment dur.

C'était facile de travailler avec Damien ?

Ouais. À ce moment-là, je pense que Damien essayait vraiment de comprendre quel était son son. C'est un grand compositeur et il écrivait, à cette époque, énormément de nouvelles chansons. Il a vraiment laissé les musiciens apporter leurs influences dans le son de ce disque. Je pense qu'il lui a fallu quelques disques pour vraiment trouver son propre son. Cela a fini par payer.

Quelle est ta chanson préférée sur ce disque ?

C'est une question difficile. À l'époque, Circus, Circus, Circus et Independent étaient mes deux chansons préférées. En écoutant le disque, Angel of May se démarque vraiment comme l'un des morceaux les plus cools. On a trouvé les arrangements pendant que nous l'enregistrions au studio.

Waters Ave S. de Damien Jurado est disponible via Sub Pop Records/PIAS.

Damien Jurado - Waters Ave S.

Tracklist

Damien Jurado - Waters Ave S.
  1. Wedding Cake
  2. Angel Of May
  3. Treasures Of Gold
  4. Yuma; AZ
  5. The Joke Is Over 3:19
  6. Space Age Mom
  7. Circus; Circus; Circus
  8. Hell Or Highwater
  9. Independent
  10. Purple Anteater
  11. Sarah
  12. Halo Friendly
  13. Waters Ave. S.

English text

Damien Jurado

What's the reason behind the title of your new album ?

Waters Ave. s. (waters avenue south) was the street i lived on, here in seattle, in 1988 to 1990. some of the songs on the album were inspired from my years living there.

How easy was the recording process of this LP ?

Well, it was my first time recoding in a proper / professional studio. it was also my first time working with and meeting steve fisk. being a fan of steve's work with bands like nirvana, screaming trees, beat happening, and the halo benders, i knew that i would be in good hands. the process was fairly simple... steve made it pretty easy for me, and had some great ideas. i decided to bring in some friends of mine to play on the album, as well as my sister maria, who sang on "wedding cake" and "halo friendly". i was young, and had not a clue as to what i was doing. it was fun.

What were your difficulties during this recording process?

My inital difficulties i would say, came from my being very nervous. as i said, it was my first time in a studio, and on top of that, i also really wanted to make a great impression with not only steve fisk, but also, sub pop. my hope was that if the label liked this album, maybe they would ask me to another.

How did you meet Jeremy Enigk ? And Steve Fisk ?

I had known jeremy enigk since high school. i met him through some friends of mine. he was always a very talented musician. ...easily one of my favorite vocalists, still to this very day. if it were for jeremy, i don't think i would have ever been introduced to sub pop. i am forever thankful to him. steve fisk, as i said, i was a fan of. i met him through sub pop. it was there idea that we work together.

Do you remember the first song that you wrote ?

The first song i wrote for the album was, "yuma arizona". it technically was the first song i ever wrote... ever. it's why wanted to put it on the album. i am proud of that song. three chords. simple.

How did learn to play guitar ?

i learned to play guitar ...well, jeremy enigk was the first person to show me how to play my first three chords. D, C, G. ..and from there... i just started listening to folk albums (phil ochs, simon and garfunkle, buffy saint marie, richie havens) and teaching myself the rest. i have been called an innaovative and orginal guitar player, with my own style. i just say, i was just trying to mimic the greats.

What are your best memories of this recording process ?

I would say, recording all of layers of instruments. steve had a lot of really cool different keyboards, and stringed instruments... vintage amps. it was my first time seeing an optigan. we had a lot of fun playing all of the different instruments. steve is a pure genius.

What are your favorite song of this album ?

My favorite song is, "angel of may". i feel it lays the foundation for a lot my future sound and songs. especially songs like, "silver timothy", and "qachina", which came 20 years later.

Do you have some regreats about this LP ?*

I have none. there were some bad vocal takes where i am not entirely on key.. but, that was where i was at then at that time. i was young. it's a good representation of who i was at that time. I regret nothing.

Kip Beelman

How did you meet Damien Jurado ?

I met Damien when he/Sub Pop booked time to record his Sub Pop debut in the form of a 7” single - “Trampoline" b/w "Rollerskating Queen” and “Pigtails” at the studio I worked at.

Where did you record this album ?

The single and album were recorded at the original AVAST! Recording Co. where I was a very young staff engineer at the time. In 1996 I would’ve been 23 years old.

How did long it take you?

The single was probably recorded in 2 days and then mixed by Steve Fisk in another two days. I can only guess as it was so long ago, but the album was probably 10 days of recording and 4 days of mixing.

How easy was the recording process of Water Ave S. ?

The biggest challenge I seem to recall is that Damien was young, physically large, quite strong and jacked up on sugar… Getting smooth, even, and consistent rhythm guitar performances out of him took some extra focus and effort. Getting horns in tune was another feat of strength and perseverence.

What are your best memories of this recording process ?

It was great to be so young working on a Sub Pop album with Steve Fisk and at the time Damien was an artist I was aware of and interested in. The funniest story I can share from the album was during mixing… Paul Mumaw was essentially a (great) hired gun to play drums and then didn’t really hang out during the rest of the tracking and mixing, but Ed Carrigan (blazing guitarist with Blenderhead) was key personnel as bassist/trombone on the recording and kind of a right-hand-man/confidant for Damien. When tracking was over and we’d transitioned to mixing Ed could finally relax a bit. All of us but Fisk were young and pretty poor… Ed went to the corner store with the last pocket full of coins he had, a 7-11, and bought a tub of Cool Whip and was eating it out of the container with a spoon. Fisk has been working on a mix for awhile and after he got it to a point where he was pretty happy and wanted to get some feedback, he turned around from the mixing board to face the peanut gallery on the couch (me, Damien + Ed) to see Ed chowing Cool Whip out of a container with a spoon. Fisk was not pleased. I can’t remember verbatim what he said, but it was something along the lines of, “Put that fucking Cool Whip away or get out of this fucking studio and don’t fucking come back!” You’d have to ask Fisk or Ed to get a more accurate take, but it’s still very funny and quite memorable for me even without the specific details.

What's your favorite song of this LP ?

I love the intimacy and beautiful, warm analogue tones of "Treasures of Gold". The song, words, sound, production, engineering, and mixing all come together in an especially great way for me on this track.

How did Damien meet the team of Sub Pop ?

I don’t know for sure, but I believe the A&R person for Damien at Sub Pop was Jason Reynolds.

How were your relations with Sub Pop during this recording process ?

Jason, if memory serves me, was really engaged without being too involved if you know what I’m saying. Having Fisk on board to produce built a foundation of trust that things would turn out good and let the session take a natural course.

How did you find the sound of this LP ?

The audio document was of a young, raw artist with some the world’s best recording devices between him and the medium. As I listen to it years later I hear nothing but good sounds. It sounds great, it sounds like what happened. Fisk added polish to the bands performances with his experience in addition to fleshing out the sound of the album with his production skills and musicality. Fisk had just received some notoriety from his work with The Wedding Present - I hear that on Wedding Cake and Purple Anteater; he did a great job in helping to focus the intent of Damien’s wildly disparate songwriting as a young man into something visceral, consistent, and polished (yet not too polished).

What's your favorite song of Damien ?

I wish it wasn’t quite so hissy, but “Wyoming Songbirds” off of Maraqopa Sessions is just so, so beautiful.

Ed Carrigan

How did you meet Damien Jurado ?

In 1992, I was in a couple of punk bands that played a show or two with a punk band Damien was in called "The Guilty", which featured Dave Bazan on drums. The following year, a bunch of bandmates and other friends, including Damien, rented a house together in Seattle's university district. This house would become to be known as "The House of Funk". Several bands lived and rehearsed at the house. Sometime that year, one of the punk bands I was in, Blenderhead, went into the studio to record our first record. Damien was a guest vocalist on that record. I say vocalist because there was very little singing, all yelling. Damien had quite the puck rock yelling voice back then. One of the bands that rehearsed at the house was Damien's new band, Coolidge. That band also featured Dave Bazan on drums and Blenderhead's other guitar player, Eben Haase. Damien sang and played bass. They had what I would call an 'emo' vibe. But they were better than the average emo band of that era. Coolidge was one of the best bands from that scene. They only ever recorded a few songs. Too bad. Over the next few years, after a few tours in my various bands, we broke up. During this time Damien had gotten married and moved out of that house, albeit, just a block away. During this time he really started writing and recording a lot of acoustic songs. They were really lo fi and cool sounding. This is when he signed to SubPop and put out the motorbike 7". It wasn't long after this that SubPop wanted to do another 7" followed by a full length record with Damien, but they wanted him to have a backing band. Damien asked me if I wanted to play with him and that is how I came to play and record on the Rollerskating Queen 7" and Waters Ave S.

How did you learn to play guitars ?

In the 9th grade, I was just a skater kid that was into punk rock. I was in the high school band, and a few of my friends wanted to start a punk band. I had just gotten an electric guitar and just taught myself how to play power chords. It just went on from there really. I never took lessons or anything.

What are your best memories of this recording process ?

I had a great time playing all the instruments that I did on that record. I hadn't played much trombone since high school, so it was fun to bring that into the mix. I also managed to play trumpet, which is not really an instrument I play, on the record. Working with Steve Fisk was also a highlight. He brought so much cool keyboard gear and a Theremin! I wish I could play that. It is really hard.

It was easy to work with Damien ?

Yeah. At that time, I think Damien was really trying to figure out what his sound was. He was a great song writer, and just seemed to crank out new songs all the time. He really let us musicians bring our influences into the sound of this record. I think it took him a few records to really find his own sound. That turned out OK.

What's your favorite song of this LP ?

That's a tough question. At the time, Circus, Circus, Circus, and Independent were my 2 favorites. Listening back at the record, Angel of May really stands out as one the coolest tracks. That arrangement really just fell together while in the studio.

+ d'articles et photos :
Partagez!