Après avoir parcouru la route avec Elephanz, Pegase et Rhum for Pauline, Thibaud Vanhooland trace sa route seul sous le nom de VOYOU. Armé de sa trompette et de sa veste qui arbore crânement le V de Voyou (ou de lavictoire), VOYOU propose des chansons pop qui doivent autant à ses rêves qu’aux plus belles heures des eighties.

Première question… Il s’agit de VOYOU ou de VOYOV ?

VOYOU : Avant, c’était VOYOV, maintenant c’est VOYOU. J’ai changé de nom en cours de route.

Pourquoi

C’était compliqué au niveau de la prononciation. Cela posait aussi des problèmes de référencement. Il y avait plein de petites choses comme ça qui faisaient je devais prendre une décision avant de sortir mon EP.

Quand arrive ton premier EP ?

Le 26 janvier via le label Entreprise.

VOYOU – Seul sur ton tandem

Et comment es-tu arrivé sur le label de Fishbach et Grand Blanc ?

En fait j'ai rencontré pas mal de labels en lançant mon projet solo. L'avantage que j'ai eu est que je connaissais pas mal de monde. Mes morceaux ont rapidement atterri sur le bureau des labels. C'est avec Entreprise que je me suis senti le mieux. J'adore le catalogue de ce label. Le côté humain est très important pour moi. Je me suis senti très à l'aise avec les gens du label. Et surtout ils ont la même vision artistique que moi. Ils m'ont vraiment parlé de ce qu'ils voulaient faire avec moi.

Pourquoi te lances-tu maintenant en solo ?

Pourquoi maintenant ? Avant, je devais apprendre le métier de musicien. J'ai dû apprendre le studio, la scène et la promotion. J'ai mis du temps à songer avoir les capacités de le faire. J'attendais d'avoir une vraie ligne artistique.

Et de quand date les morceaux ?

Certains ont été écrits avant, d'autres après. Il y avait des morceaux qui n'étaient pas finis. Quand j'ai pris la décision de me lancer, je suis parti trois mois à Montréal. Je m'y suis réfugié loin de mes amis musiciens. J'avais lancé un clip avant ça en avril 2016 qui s'appelle Les Soirées.

VOYOU - Les Soirées

C'était où ce premier concert ?

A la Péniche à Lille. Et le deuxième a eu lieu au festival du Scopitone. Ils m'ont programmé avant que je rentre du Canada. Ils m'ont programmé en même temps que Bagarre qui est un groupe que j'aime beaucoup et qui est très impressionnant en live. J'avais la pression. J'ai travaillé avec A Gauche de La Lune.

Sur ce premier concert à La Péniche... Tu y jouais beaucoup ?

J'aurais continué dans tous les cas. Je ne me posais pas trop de questions car je ne ne savais pas à quel rythme allait tourner les choses. Je sais, avec l'expérience de mes précédents groupes, qu'il faut du temps pour avoir de beaux concerts. J'avais plus la pression au Scopitone. Jouer à Nantes... Là j'avais la pression malgré les bons retours du concert de La Péniche. Mais tout c'est enchaîné très vite. J'ai fait une quarantaine de concerts en un an.

Ton album est enregistré ?

Non un EP. L'album... J'ai pas mal de morceaux enregistrés déjà mais il reste pas mal d'étapes. Et je dois encore composer pas mal de choses. Mais ce soir j'ai joué des nouvelles choses.

C'est rare de voir des gens qui jouent de la trompette.

Mon père était trompettiste. J'ai toujours connu cet instrument. Mon père m'a appris la trompette dès que j'ai eu trois ans et j'ai intégré le Conservatoire à l'âge de 5 ans. Aussi loin que remonte mes souvenirs je me vois jouer de la trompette.

Et tu écris tes chansons grâce à cet instrument ?

Non, c'est dur d'écrire avec une trompette. Souvent les mélodies me viennent par hasard. Elles peuvent arriver quand je m'endors, soudain un thème apparaît. J'ai déjà les arrangements en tête... Je me dépêche donc de les enregistrer avant qu'ils ne disparaissent à jamais. Après, ils peuvent traîner pendant 6 mois sur mon ordinateur. Dernièrement je suis retombé sur un motif de 5 secondes et j'en ai fait un morceau. Les paroles viennent après.

Tu es très à l'aise sur scène. Ta scénographie est très travaillée.

Et encore, ce soir je n'avais pas tout mon matériel. Normalement, j'ai trois écrans de bandelettes sur lesquels je projette des animations que je fais moi-même.

VOYOU

VOYOU © Louis Teyssedou

Tu te sens comment sur scène ?

Je me sens très bien. Avant j'étais bassiste donc caché : personne ne me regardait. En restant planqué, notamment avec Elephanz, j'ai géré pas mal d'instruments. Et puis j'adore danser. J'ai essayé d'apprendre à danser en jouant. Même si je peux être stressé au début, je me sens très à l'aise. Tout vient naturellement. Si le public est réceptif, tout s’enchaîne.

Es-tu satisfait du concert de ce soir ?

Très ! Même si j'ai eu quelques couacs techniques. Mais au final, ces imprévus me rapprochent du public. Je suis seul sur scène donc je suis obligé de partager des choses avec le public. Et cela me rend encore plus à l'aise. J'ai kiffé ce soir.

Quelle est l'histoire de la chanson Le Naufragé ?

Cela ne m'est pas arrivé à moi. J'ai énormément réfléchi quand je faisais des tournées avec mes précédents groupes. Tu t'arrêtes de port en port, tu rencontres beaucoup de personnes mais au final tu t'arrêtes très peu de temps. Tu rencontres les gens que très brièvement. Je voulais raconter cette expérience via une histoire d'amour. Et si je tombais amoureux de quelqu'un soir ? Ce serait tragique. Je devrais laisser cette fille derrière moi. On est loin du mythe Sex, Drugs & Rock & Roll. Cela part donc d'une vérité que je vis mais via un autre univers. Et l'univers des marins est tellement beau...

Tu aimes bien être sur la route ?

Oui j'adore ça. Même si j'ai un rapport très ambivalent à la route et aux tournées. Si je suis sur la route trop longtemps, j'ai hâte de rentrer chez moi. Et au bout de deux jours, j'ai hâte de repartir.

Et cette pochette signée de Cyril Pedrosa ? Il a eu carte blanche ?

Nous avons signé cette pochette à deux. Une première version de mon EP est déjà sortie. On avait déjà collaboré pour cette première version qui compte un nombre différent de morceaux. C'était évidemment pour moi que nous devions travailler ensemble de nouveau.
Là, je suis parti à Arles chez lui. On a dessiné énormément et on a assemblé différents morceaux. Je suis rentré et nous avons encore échangé. Travailler avec lui a été un vrai bonheur.

TOP 10

1) L'album que tu as le plus écouté cette année ?

L'album de Solange.

2) Ton album préféré de 2017 ?

Celui de Grizzly Bear.

3) Le meilleur single de 2017 ?

C'est difficile... L'amour en solitaire de Juliette Armanet. Je trouve que c'est un super single.

4) L'album que tu attends le plus en 2018 ?

L'album de Bagarre.

5) Ton album préféré de Dominique A ?

La Fossette.

6) Nantes ou Lille ?

Lille.

7) Le meilleur endroit dans le monde pour faire un concert ?

Au sommet de L’Himalaya. Quoi que cela doit être assez horrible...

8) Le meilleur endroit dans le monde pour voir un concert ?

Sur la Lune.

9) Ta bande originale de film préférée ?

Tenacious D The Pick Of Destiny. Cette B.O.F est extrêmement drôle.

10) La personne morte avec qui tu aimerais bien boire un verre ?

David Bowie.

Le premier EP de VOYOU sera publié le 26 janvier 2018 via le label Entreprise.
Retrouvez l'actualité de VOYOU ainsi que toute ses dates de concert sur sa page Facebook.

+ d'articles et photos :
Partagez!