U0mUqzxfXHA

Plus de lumière que d’ombre pour KØS, le jeune duo lyonnais qui file la gaule à Lugdunum.

Les gens sont étranges, ils se couvrent les yeux de peinture pour mieux se dévoiler. Aragon écrivait dans J’abats mon jeu, « Il n’y a pas de lumière sans ombre. » Et cette chanson nous caresse comme un rayon salvateur de soleil un jour de décrue, les voix androgynes s’entremêlement comme les images se superposent. Juliette et Johan gravissent rapidement la montagne et sont sur le point de décrocher la lune.

Le premier EP de KØS, People Are Strange est attendu on l’espère pour le printemps prochain.

Partagez!77