Pour leur sixième édition du festival, les Black Angels à l’initiative du projet, ont vu les choses en plus grand. Exit les salles de la capitale du Live Music, cette année c’est en plein air que se déroule le rendez vous le plus improbable du Texas. Au pays des ribs, des Stetsons et des Bush, trois jours de musique (plus ou moins) psychédélique autour d’une soixantaine d’artistes dont on croyait la grande majorité brûlée au bûcher du LSD.

Il est trois heures de l’après-midi quand l’harassant soleil du Texas finit de sécher le sol et quelques hippies irréversiblement perdus – au minimum jusqu’au week end prochain – dans les abysses de la drogue artisanale. Carson Creek Ranch avait tout du paradis pour petit dealer de seconde zone : des âmes rongées par l’envie de partager les délires éthérés d’apôtres musicaux quasiment élevés au rang de semi-dieux à l’heure de leur passage sur scène, les curieux, voyant dans le Psych Fest l’ouverture d’un détroit vers l’univers tortueux des drogues, l’organisation peu regardante aux allures de vierge effarouchée (violée de toutes parts par les dealers) et surtout un public solvable qui, contrairement  à la clientèle habituelle s’avère être aussi docile que non armé. Car s’il est bien un point commun que partagent les hipsters et les hippies (hormis leur syllabe épithète, et une certaine appétence pour les goûts douteux) c’est cette capacité herculéenne à se surpasser dans l’unique but de goûter aux plaisirs illicites.

Austin Psych Fest

« Putain, les dealers nous baisent ici, trois champignons on a dû payer 15$ pièce » rage Mike, un bloggeur américain qui attend tranquillement l’arrivée des Laurels dans le peu d’herbe restante sur le sol (à ne pas confondre avec celle qu’il fumera 2 heures plus tard quand on le retrouvera à moitié défoncé, balloté par la foule). De sa poche, il sort fièrement 3 tortues en chocolat. « Celles ci sont pour le show des Black Angels, on va voyager avec eux » montre-t-il
ostentatoirement du doigt.

20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest
20130801_austin-psych-fest

En six éditions du Psych fest, les dealers ont eu tout le loisir de perfectionner leurs ruses et d’en inventer de nouvelles. « Ce chocolat j’en suis fier, ça passe inaperçu, au pire un mec de la sécurité va m’en demander pensant qu’il s’agit de chocolats normaux » plaisante Rick, dealer à ses heures – nombreuses – heures perdues, et de surenchérir « De toute façon si nous n’étions pas là le festival ne tiendrait pas, tu les imagines tous sans drogue là ? Soit ils ne viennent plus, soit ils se tuent ».

Black Rebel Motorcycle Club

La discussion coupe court lorsque les Laurels débarquent. De l’intello au punk à chien, il y a sur scène une impressionnante cartographie sociologique des mœurs vestimentaires des 12-25. Coincé dans le triangle des Bermudes musicales quelque part entre les citrouilles de Corgan, la vague grunge certifiée label rouge Seattle et les Stones Roses, le groupe livre une performance efficace idéale pour débuter ce troisième jour de Psych Fest. Une claque parmi tant d’autre au cours du séjour comme l’improbable rencontre de Tinariwen avec le Texas, la folie juvénile des Bass Drums Of Death, la démence de Goat, la folie éthérée de Clinic, le son endiablé des Night Beats… Tu vois l’truc. Pourtant à son 6éme printemps texan, le rassemblement n’attire pas les masses. S’il ferait passer la route du rock pour un vulgaire chemin de campagne avec sa programmation « de fou », seul 4000 personnes sur trois jours dont un peu moins de 1800 âmes devant les Black Rebel Motorcycle Club en ouverture ont fait le déplacement dans la capitale du « live music ». Dommage, les absents ont tort.
Chronique des jours 1 et 2 disponibles sur les Inrocks.fr
date : 24-28 avril 2013

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Photos de concert

Martin Luminet et les enfants de l’ALAE

Fabrice Buffart s’expose aux Chants de Mars

Dans le cadre de la 14ème édition du festival Les Chants De Mars à Lyon, Fabrice Buffart proposait à l’espace d’art de la MJC du vieux Lyon, une exposition dévoilant son regard sur ce festival printanier qui irrigue d’habitude les salles lyonnaises d’artistes qui chantent en français. Il aurait été dommage vu les circonstances de…
Eagle_in_your_mind_08sk

Photos : Wintower @ Transbordeur, Lyon | 22.02.2020

Pour les retardataires, Winter + Woodstower = Wintower. C’était la deuxième édition du festival Wintower pour 3 jours bigarrés dont ce 22 février au Transbordeur à Lyon avec le punch de Kompromat, les envolées d’Isaac Delusion, l’onirisme d’An Eagle in your Mind, l’humour de Texas Menthol et l’envoûtant Zimmer sous l’œil bienveillant de Fabrice Buffart.