Catégories
Interviews

Frànçois sort du bois

Frànçois and The Atlas Mountain @ Nuits de Fourvière 2012 (© David Heang)

On retrouve François Marry, tête de pont des Frànçois & The Atlas Mountains sur les quais de la Somme à Amiens à quelques heures d’un concert qui s’annonce excellent. Si le niveau du live est celui du disque, La Lune des Pirates devrait rougir de plaisir ce soir.

Frànçois and The Atlas Mountain aux Nuits de Fourvière 2012
Frànçois and The Atlas Mountain @ Nuits de Fourvière 2012 (© David Heang)

Frànçois & The Atlas Mountains

Que donnent les premiers concerts de cette nouvelle tournée ?

François Marry : Nous venons de faire une tournée anglaise de cinq concerts. Là, pour le moment, nous en sommes à 4 en France. C’est cool, il y a plus de monde. Nous sommes en nette progression.

Vous avez des attentes particulières concernant certaines salles ?

François Marry : C’était assez émouvant de retourner à Bristol. On a joué avec des anciens Mountains, des vieux amis de 10 ans. Il y avait de la clarinette et du saxophone sur de très vieux morceaux.

Des morceaux des trois premiers disques dont les médias ne te parlent jamais ?

François Marry : C’est cela.

Pour parler de ta période anglaise, tu restes sur Bristol ou tu vas vers d’autres villes ? Bath ? Cardiff ?

François Marry : Non je reste sur Bristol. Mais j’ai joué plusieurs fois à Cardiff. Londres aussi.
J’ai habité un an à Glasgow. Ce qui m’a permis de tisser des liens avec des groupes de cette ville comme avec Camera Obscura .

C’est la première fois que vous jouez en Allemagne ?

François Marry : Non, non. On y a joué à l’époque où on était auto-produit. Un ami avait monté un truc très lo-fi et nous a bookés. Là c’est un degré au dessus. Désormais nous avons un tourneur.

Tu peux nous en dire plus concernant ton parcours musical à Bristol ?

François Marry : Évidemment, j’étais fan de Portishead, Massive Attack et Tricky.
J’ai eu la chance de commencer avec une scène qui a bien fonctionné. Notamment avec les Fuck Buttons.
Et puis j’habitais St Pauls, le quartier Jamaïcain donc je découvre tout le son Sound System.

Et la pochette du nouveau disque ?

François Marry : Au départ l’idée vient du tableau de Magritte « Le Banquet ». L’idée du rond rouge au premier plan, c’est lui.
J’aime bien l’idée que la source lumineuse disparue soit au premier plan.
Et puis c’est une collaboration avec Alexis Facca qui avait déjà travaillé avec Petit Fantôme pour son site Web. Et il avait travaillé sur l’anamorphose.
Quant à la photo, elle a été prise dans la forêt des Landes, au sud de Bordeaux.

Vous avez deux batteries sur scène désormais ? Pourquoi ?

François Marry : Amaury s’occupait des sonorités africaines mais il nous était impossible de jouer une chanson comme City Kiss.
On a pris un virage plus pop.

Ton regard au jour d’aujourd’hui sur l’album ?

François Marry : Je l’ai réécouté récemment.
Je le trouve très clair, très distinct.
La production le rend très efficace et clair. Il est très intelligible.
Les autres albums sont représentatifs d’une autre époque.

Frànçois & the Atlas Mountains – La Vérité

Je relisais ton interview de 2012 pour notre site. Tu évoquais la lecture d’Un Balcon en Forêt de Julien Gracq. Le titre, le thème de Piano Ombre a t-il un lien avec cette oeuvre ?

François Marry : Peut-être.
C’est très bien écrit. Je prends du temps pour lire ce genre de livre. Comme le Grand Meaulnes.
Avec le livre de Gracq, on se retrouve dans un bunker lors de la Drôle de Guerre. Le danger est imminent mais le type vit des moments en totale contradiction avec cette Histoire.
Et puis grâce à ce livre tu apprends des mots nouveaux comme béjaune.

Qui veut dire ??

François Marry : Un jeune idiot.

TOP 10

Le meilleur de disque de 2013 ?

François Marry : Spaces de Nils Frahms.

Le pire disque de 2013 ?

François Marry : Le dernier Weeknd. Impossible de rentrer dedans.

Ton producteur préféré ?

François Marry : Ash Workman. Il y a son apport artistique mais surtout ses qualités humaines.

Un Anglais qui devrait chanter en français ?

François Marry : Joseph Mount de Metronomy .

Un Français qui devrait chanter en Anglais ?

François Marry : Christophe.

La meilleure salle de concert ?

François Marry :La scène de la Plage de la Route du Rock.

Ton quartier préféré de Bristol ?

François Marry : St Pauls.

Saintes ou Bordeaux ?

François Marry : Saintes.

On te donne la possibilité de créer un festival. Qui invites-tu ? Comment l’appelles-tu ?

François Marry : Au Bord de la Plage.
Un festival acoustique.
Sur la plage, on fait jouer Elisabeth Frazer avec des musiciens tahitiens qui jouent sur des coquillages et des ukulélés.
Dans les dunes, Johanna Newsom en duo avec Vincent Ségal .
Dans les bois, Animal Collective époque 2002/2003 avec des joueurs de trompettes tibétaines.

Ton pays africain préféré ?

François Marry : Le Mali.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Fnac Live 2017

Fnac Live : du live gratuit !

La 7ème édition du Fnac Live aura lieu du 6 au 8 juillet 2017 sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris, fidèle à sa gratuité !
Les Nuits de Fourvière 2017

Ovaire toutes les Nuits (de Fourvière)

Le festival des Nuits de Fourvière vient de dévoiler sa riche programmation qui cette année s’intéressera aux identités multiples, à l’ailleurs les visuels de la photographe suisse et guinéenne Namsa Leuba.
François and the Atlas Mountains © Fabrice Buffart

L’âme tendre de Frànçois & The Atlas Mountains

L’oxymorique nouvel album de Frànçois & The Atlas Mountains, Solide Mirage sort le 3 mars chez Domino. Frànçois, sans foi ni loi aborde l’actualité tout en conservant sa poésie onirique, ses textes pastels qui au détours d’une métaphore, d’une image forte font réfléchir.

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…