Otis Stacks et Deluxe étaient en concert ce samedi soir au Zénith de Toulouse.

Otis Stacks

20h30 pétantes, Otis Stacks lance les hostilités face à un Zénith pas complet, mais déjà bien dans l’ambiance. Le concert démarre sur un ton très soul avec des notes hip hop bien placées. Quatre personnes sur scène (chant, clavier, guitare et dj), Le chanteur en costume, un verre à la main impose sa présence par son charisme !

Otis Stacks – Fashion Drunk

Le groupe dégage une belle harmonie et la soirée commence plutôt bien : une bonne surprise et une belle découverte.

Les moustachus débarquent

Une intro sur Carmina burana pour nous chauffer, et voilà le groupe débordant d’énergie d’Aix en Provence qui arrive. Ils semblent ravis d’être là ce soir, d’ailleurs ils précisent qu’ils sont comme à la maison au Zénith de Toulouse. Ils sont déchaînés.
Le set démarre sur Tall Ground, morceau extrait du nouvel album qui fonctionne parfaitement pour nous faire jumper et s’en suit l’excellent Daniel. Le ton est donné, on va danser. Le titre suivant est un de mes coups de cœur de l’album, Baby that’s you en featuring avec -M- sur l’album. Mais ce soir, c’est Piètre le guitariste qui va l’interpréter avec talent. Je souris et ondule naturellement, tout comme ce public qui semble déjà séduit.

Deluxe feat – M-Baby that’s you –

Et si ça envoyait un peu de rock? Blocked arrive pile au bon moment, ça jumpe toujours autant dans la salle surchauffée.
Soudain P.P l’excellent saxophoniste qui s’envole et semble léviter au dessus de la scène et du public ( je n’ai presque pas vu les câbles !)
Moment un peu plus doux et plus calme avec Oh Oh, tous les bras sont levés pour accompagner Lily boy qui a vraiment une classe folle ce soir ! Et pour continuer sur cette lancée dansante, c’est My Game qui déboule avec une jeune fille choisie dans le public pour danser sur scène à la fin du morceau. Deluxe aime vraiment jouer et chanter avec son public, c’est donc tout naturellement que nous sommes conviés sur Wait a minute pour les « chalalalala » du refrain.

La fin approche, le groupe se présente avec beaucoup d’humour et de taquinerie, leur complicité fait vraiment plaisir à voir. Le chanteur d’Otis Stacks, revient pour lâcher un flow hip hop, l’ambiance est survoltée ! On en redemande ! Le spectacle continue avec Superman et de gros ballons rouges et jaunes lancés dans le public, toujours réceptif à leurs délires ! Et du coup, petite surprise (ou pas car ils le font à tous les concerts), le groupe complet descend dans la fosse pour nous offrir un morceau en acoustique joué depuis les gradins. Moment vraiment sympa et complètement raccord avec leur show et leur proximité avec les spectateurs. Au retour sur scène Lily Boy s’envole à son tour et le set s’achève avec Shoes. Les canons à paillettes finissent de nous en mettre plein les yeux.

Deluxe – Shoes

Une soirée clôturée par le classique Pony où le public est à nouveau appelé pour chanter avec eux.

C’était mon troisième concert, je suis une fois de plus conquise. C’est festif, dansant, varié et vraiment un bonheur à chaque fois !
Après une tournée des festivals l’été dernier (superbe souvenir au Garorock) et le succès du Stachetour à travers l’hexagone, ils ont toujours une énergie incroyable, et comme ils disent à chaque fin de show « Si ça vous a plu, revenez moustachus!! » Je reviendrais c’est sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Deluxe au Radiant

Deluxe au Radiant-Bellevue

Deluxe,le « groupe le plus live de France » a sorti le 21 octobre un double album (+ DVD), « Live à l’Olympia » (Nanana Prod / Chinese Man Records) et sera de passage au Radiant Bellevue à Caluire près de Lyon le 18 février.
Photos : Le Rock dans tous ses États 2014

Photos : Le Rock dans tous ses États | 27.06.2014

Le 31e Rock démarre fort avec un premier jour mêlant gros noms et gros sons : Kasabian retourne l’hippodrome, bien sûr, mais derrière, le reste de l’affiche est à la hauteur : Birth of Joy rageurs, The Dillinger Escape Plan survoltés ― même quand la sono à sauté pendant un titre et demi sans qu’ils arrêtent de…
Woodstower 2013

Un bol d’air à Woodstower 2013

Woodstower 2013 Vous comatez dans la torpeur moite de l’été, jetez donc un oeil sur la formidable programmation de Woodstower 2013 qui annoncera la rentrée les 24 et 25 août.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…