The Rifles + Jersey Budd @ la Boule Noire, 10-11-2009

The Rifles, groupe londonien comme on en fait plus, a sorti son deuxième album The Great Escape en janvier, et se retrouve en tournée Européenne. Fraîchement débarqués d’Allemagne, ils étaient à la Boule Noire pour leur unique date en France. Les fans se sont donné le mot. Nous étions entre de bonnes mains pour la première partie : Jersey Budd et son groupe.

Jersey Budd

Personnellement, j’avais plus entendu parler de Jersey Budd que des Rifles ; cela dit, le problème de la presse écrite, je n’avais pas fait le pas du magazine au MySpace. A ma grande surprise je me suis donc retrouvée face à un groupe perdu dans les limbes du Pop-Rock, plus proche de Bon Jovi que du Bruce Springsteen, auquel le magazine en question (Q pour être précise) l’avait comparé. Les quelques filles présentes poussent dans les ultra-sons… malheureusement il est moins beau que Jon quand j’avais 14 ans. Je remarque aussi qu’il affiche une magnifique Gibson blanche aux chromes dorés – alors pourquoi ne joue-t-il que la rythmique ? Les solos sont assurés avec brio par son guitariste, pendant que son bassiste compte les temps précautionneusement. Sans blague, une Gibson pour la rythmique c’est comme utiliser sa Ferrari jaune uniquement pour aller faire les courses en ville.

The Rifles

Après écoute de quelques titres de l’album, oscillant entre pop et rock, je pensais que les filles dans l’assistance allaient rester, mais elles sont rapidement remplacées par un groupe de mec qui ont dû se planter avec le Pub Irlandais d’à côté (le Edwards & Son – très bonne adresse) retransmettant le match de foot Manchester United vs. Arsenal. Très vite, les jeunes gens se lancent dans un pogo, alors que la chanson est plutôt calme.

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils mettent l’ambiance : ils applaudissent sur « Repeated Offender » et sautent sur place sur « Darling Girl » et scandent des chants de Hooligans sur « The Great Escape« . De leur côté, sur scène, la section rythmique a de quoi impressionner : Grant Marsh enchaîne les breaks de batterie et Rob Pyne laisse ses doigts valser sur sa montreuse basse à cinq cordes.

Après deux chansons en acoustique : « For The Meantime » et « Spend A Lifetime« , les affaires reprennent avec « Science in Violence« . Sur « Sometimes« , revoilà la foule qui pogote et sur « Robin Hood » une bagarre s’évite de justesse. Cette ambiance m’a gâché le concert, impossible de se mettre dedans quand vous voyez du coin de l’oeil les verres de bière à moitié pleins et les coups valser dans votre direction. Après le final sur « When I’m Alone« , leur manière de rappeler le groupe consiste à gueuler « Marseille, Marseille, on t’encule ». Je suis pas prude, mais je vois pas le rapport !

Le rappel débute sur « Narrow Minded Society » en acoustique, peut-être pour calmer les esprits. Mais quand ils annoncent « The General« , la salle est prise d’une fièvre, une bataille rangée s’organise entre les mecs qui veulent monter sur scène et les organisateurs qui les repousse et essayent de les garder à distance pendant que le groupe, fier de son flegme britannique, reste impassible. C’est là que nous avons jugé bon de nous éclipser, ratant de ce fait la fin du concert, pour éviter la véritable cohue à la sortie.

Date : 10 novembre 2009

Plus dans Concerts (live reports)

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.