Les pépites du MaMA 2018

Adam Naas @ MaMA Festival, Bus Palladium, Paris, 18/10/2018
Encore et toujours partenaire du MaMA, SK* vous dévoile les meilleurs moments de cette édition 2018, saisis sur le vif par l'objectif toujours aussi efficace de ce très cher Wally après trois jours de cavale aux quatre coins de Pigalle.

Jour 1

2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival
2018_10_17_mama-festival

Le premier soir commence très bien avec la soirée des Inouïs, où performent notamment l’Ordre du Périph’, Concrete Knives ou encore Apollo Noir.

La soirée Cold Fame, au Carmen, se défend également très bien avec une jolie programmation : Born Idiot, Thé Vanille et Holy Two, trois projets aux univers artistiques marqués chacun dans leur genre.

Zoom ensuite sur la machine du Moulin Rouge, où les drôles de rappeurs de 47Ter viennent tout donner : si leur concert reste peut-être un ton en-dessous de celui qu’on avait pu voir au Woodstower festival à Lyon en septembre dernier, on salue tout de même l’énergie qu’ils ont mis, car il n’y a pas à dire, du « piano souffleur » aux grattes électriques, ça joue !

La découverte de la soirée se passera à la Chaufferie juste après : un groupe de « rap finlandais » qui répond au nom de View et entre autant dans la catégorie du rap que du métal et de la dubstep ! Une chose est sure : leur live n’a pas fait l’unanimité mais il avait le mérite d’être très particulier et de n’entrer dans aucune case.

Jour 2

20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival
20181018_mama-festival

La jolie voix d’Adam Naas conquiert un Bus Palladium plus que complet en ce deuxième soir de festival ! C’est ensuite au Backstage que nous retrouvons la rappeuse Blu Samu, une proche du crew des belges du 77 pour un changement d’ambiance complet qui envoie sur la lune, aussi bien lié à son top « ceinture de sécurité » qu’à son flow léché et ses bangers enflammés. La musique électronique et texturée à souhait d’Irène Drésel a ensuite clos les festivités en beauté.

Jour 3

20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival
20181019_mama-festival

Vient enfin le dernier soir, ou comment finir en beauté en enchaînant les prestations d’artistes de toutes envergures : de Gaêl Faye l’écrivain à Oxmo Puccino le ‘padre’ en passant par Eagle-eye Cherry et son tube interplanétaire, il y avait de quoi faire !

Petite déception concernant le très chouette Miel de Montagne dont la prestation a été beaucoup brimée par l’endroit où il jouait : les Trois Baudets et leurs éternelles places assises doublées de larges poteaux qui ne l’ont pas beaucoup aidé à faire décoller l’ambiance dans l’assemblée !

Live mitigé à la machine pour Jok’air, qui s’est un peu fait attendre et a eu du mal à toucher son public, malgré une bonne énergie d’ensemble.

Un MaMA 2018 bien fatigant, mais qui lorsqu’il se termine, laisse toujours un goût de reviens-y !

Date :17 – 18 – 19 octobre 2018
Photographe
J'aime le noir et blanc qui bave et le rock garage bien gras.

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Cela pourrait vous intéresser

Structures @ MaMA Festival, la Machine du Moulin Rouge, Paris, 14/10/2021

Photos : MaMa Festival, Paris | 13-14.10.2021

Avec Ko Shin Moon, Terrier, PPJ, Lulu Van Trapp, James BKS, Annaël et Structures pour le MaMa Festival 2021 à : La Cigale, La Machine du Moulin Rouge, Le Backstage By The Mill et Les Trois Baudets.
MaMA 2021

Le Mama en marche !

Il est temps de se retrouver à nouveau, de prendre le souffle et le pouls musical au MaMA festival & Convention les 13, 14 et 15 octobre 2021 qui a dévoilé sa programmation complète !
MaMA 2021

Essentiel MaMA 2021 !

Vous cherchez des artistes nouveaux à écouter cet été avant de les découvrir au MaMA festival 2021, écoutez la playlist de l’évènement incontournable si l’on est curieux qui aura lieu les 13, 14 et 15 octobre 2021 dans 7 salles de Pigalle à Paris.

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.