I’m a lover.

I’m a lover.
Julien Tixier - 13/11/2018

I’m a lover.
Un mardi soir presque pluvieux. Quasi lugubre. Comme Lyon, si souvent mais aussi si bien, arrive à en inventer. Un mardi soir qui donne à se cacher, dans le rouge, ou le blanc jaune brillant des fenêtres, belles artères et petites rues. Quand en évitant les flaques, on s’échappe en imaginant, là, sous les plafonds qui apparaissent en contre-plongée, ce qu’il s’y passe. On espère des retrouvailles, ou des dîners légers qui dérapent. Un buste, un cou, un refuge. Une chaleur. Un sourire qui se suffit. Une main qui s’aventure. Et puis le reste. Un soupir. Un cri, étouffé peut-être. I’m a lover.

Ce mardi soir, dans ce bar à cocktails, la jolie serveuse n’est pas là. Pourquoi rester alors ? Nous irions, enfin, errer sur un bout de quai de Saône, décor parfait, et nous chercherions les Simca, les Aronde et les Dauphine, sous un brouillard noir et blanc de Simenon ou de Tardi. Mais ici, pas de Maigret, pas de Burma, pas de brouillard. Mais une tristesse humide, et les feuilles mortes trempées, qui glissent ou qui collent aux godasses. Cela suffit. La péniche est là, sous l’ombre massive du pont, secoué par les craquements mécaniques et parfaitement linéaires d’un train de fret nocturne.

A l’intérieur on sort la carte, mais « on prend pas ». Pas de monnaie, la place est donc offerte, et puis merde on est la presse. On paiera des tournées alors. Au comptoir, un coca sans whisky. Et une fille. Une brune à frange, manteau imprimé, motif panthère, une bague turquoise opaline et familière, qu’elle porte si bien à m’en griffer le cœur, à m’en faire penser à une autre, qui l’aurait portée probablement encore mieux.

Quarante personnes tout au plus, qu’essaie vainement d’agiter une première partie molle, look Dewaere Procol Harum, et puis « regarde, c’est lui », comme on me dit. Merci, je l’aurais reconnu, avant même de le connaître. Il dégage, il envoie. Mi-Lou Reed, mi-Mick Jagger, mi-Nick Cave, mi-Prince. Il est des gens probablement trop riches ou d’autres trop étranges pour n’être constitués que de deux moitiés. Ian Svenonius, le dernier marxiste américain, le voilà, échangeant contre un billet ses 45 tours.

A regret, j’abandonne la panthère au barman, et on se rapproche de la scène délaissée par le groupe d’avant, occupé à remplir ses valises de synthés et de prises, de micros et de câbles. Ça parle de Kim Wilde, de foot, et de Paris qui joue ce soir. Ian arrive peu après. Seul. Et sombre. Cravate étroite et costume de fête, étrangement élégant, malgré les fils satinés d’autres reliques de bal masqué qui pendent de sa veste.

Minutieusement, il branche et dispose. Vieille cassette rentrée dans le lecteur, play, des tonnerres ou des rires, ça servira d’intro, et l’homme se projette, ou se fracasse – c’est selon – contre le mur de la péniche. Une fois. Deux fois. Trois fois, puis s’écroule en grands coups de guitare. Ça fait toujours son effet.

Escape – ism – I’m a lover (at close range)

Lui s’agite donc, pendant que devant ça se dandine. Des demi-pas en avant, des tiers de pas en arrière, petits mouvements haut bas des épaules, bouches légèrement crispées, yeux fermés, presque on s’y croirait. Presque ça simulerait des transes. Presque. Des quadragénaires, ou quinquagénaires fleurent bon les rebelles de salon. Peut-être des révolutionnaires. On ne sait jamais. Et il vaut d’ailleurs sûrement mieux ne pas savoir. Une intuition comme ça. Au milieu certains sont plus distraits. Paris s’en est pris un. Naples a égalisé. Ça sourit.

Étranger à la réalité du rectangle vert, Ian, lui, combat. Tenant d’une même main son micro et sa guitare, il s’active, transpire, sautille, s’amuse et bondit. C’est électrique, lancinant, hypnotique, couleur rouge et bleu. Et bleu sur rouge. Ça joue un peu fort, déstructuré et bruyant. Je m’éclipse, je vais pisser et prendre l’air. A l’arrière, la fille panthère est toujours là. Dehors, sur le pont, un sms me prévient. Hélène, une amie, me met en garde. Elle s’inquiète : dans les errances, l’étrange se croise à la louche. Et le louche devient étrange. Et puis le faux, et puis le vrai… Elle a raison.

La porte s’ouvre. Sortie de cale, tout le monde s’en va, déjà. Je n’ai même pas eu le temps de rentrer. Cinq ou six chansons pas plus. Ca aura été tout, et c’est fini. Les tôles glissent. Et les feuilles mortes collent encore aux godasses. Comme les souvenirs aux moments qui furent beaux. Aux amours qui s’espèrent. Et aux incompris. Toujours. I’m a lover.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…

Skip The Use @ Main Square Festival, 06-07-2019

Cool as Skip The Use

Samedi 6 juillet 2019 : le Tour de France débute à Bruxelles et l’Hollandais Mike Teunissen gagne la première étape et étonne tout le monde en endossant le Maillot Jaune. Samedi 6 juillet 2019 : le Main Square entame son deuxième jour. Les Skip The Use s’échappent du peloton et endossent le Maillot Jaune du…

Arnaud Rebotini @ Main Square Festival, 06-07-2019

Arras Calling ! Arnaud Rebotini can’t fail !

Avant de monter sur la scène du Main Square pour clôturer la deuxième journée de l’édition 2019, Arnaud Rebotini après un passage à l’Astropolis avec le Don Van Club pour un concert autour de la B.O. de 120 Battements par Minute et avant de jouer aux Eurockéennes de Belfort, Rebotini est passé par le Main…

[MALN 2019] La quête sacrée des Temples

Avant d’entamer une tournée américaine conséquente et une date au Trabendo en septembre, les Temples étaient à Amiens pour commencer à défendre leur troisième album, Hot Motion et poursuivre leur quête de la meilleure chanson psychédélique.