I’m a lover.

I’m a lover. Un mardi soir presque pluvieux. Quasi lugubre. Comme Lyon, si souvent mais aussi si bien, arrive à en inventer. Un mardi soir qui donne à se cacher, dans le rouge, ou le blanc jaune brillant des fenêtres, belles artères et petites rues. Quand en évitant les flaques, on s’échappe en imaginant, là, sous les plafonds qui apparaissent en contre-plongée, ce qu’il s’y passe. On espère des retrouvailles, ou des dîners légers qui dérapent. Un buste, un cou, un refuge. Une chaleur. Un sourire qui se suffit. Une main qui s’aventure. Et puis le reste. Un soupir. Un cri, étouffé peut-être. I’m a lover.

Ce mardi soir, dans ce bar à cocktails, la jolie serveuse n’est pas là. Pourquoi rester ? Nous irions alors, enfin, errer sur un bout de quai de Saône, décor parfait, et nous chercherions les Simca, les Aronde et les Dauphine, sous un brouillard noir et blanc de Simenon ou de Tardi. Mais ici, pas de Maigret, pas de Burma, pas de brouillard. Mais une tristesse humide, et les feuilles mortes trempées, qui glissent ou qui collent aux godasses. Cela suffit. La péniche est là, sous l’ombre massive du pont, secoué par les craquements mécaniques et parfaitement linéaires d’un train de fret nocturne.

A l’intérieur on sort la carte, mais « on ne la prend pas ». Pas de monnaie, la place est donc offerte, on paiera des tournées, ça rattrapera. Au comptoir, un coca sans whisky. Et une fille. Une brune à frange, manteau imprimé, motif panthère, une bague turquoise opaline, presque familière, qu’elle porte si bien à m’en griffer le cœur, à m’en faire penser à une autre, qui l’aurait portée probablement encore mieux.

Autour, quarante personnes tout au plus, qu’essaie vainement d’agiter une première partie molle, look Dewaere Procol Harum, et puis on me le montre, « regarde, c’est lui ! ». Merci, je l’aurais reconnu, avant même de le connaître. Il dégage, il envoie. Mi-Lou Reed, mi-Mick Jagger, mi-Nick Cave, mi-Prince. Il est des gens probablement trop riches ou d’autres trop étranges pour n’être constitués que de deux moitiés. Ian Svenonius, le dernier marxiste américain, le voilà, échangeant contre un billet ses 45 tours.

A regret, j’abandonne la panthère au barman, et on se rapproche de la scène délaissée par le groupe d’avant, occupé à remplir ses valises de synthés et de prises, de micros et de câbles. Ça parle de Kim Wilde, de foot, et de Paris qui joue ce soir. Ian arrive peu après. Seul. Et sombre. Cravate étroite et costume de fête, étrangement élégant, malgré les fils satinés d’autres reliques de bal masqué qui pendent de sa veste.

Minutieusement, il branche et dispose. Vieille cassette rentrée dans le lecteur, play, et ça envoie sur la bande, d’un coup, crépitants, des tonnerres ou des rires… Ça servira d’intro, et l’homme se projette, ou se fracasse – c’est selon – contre la coque de la péniche. Une fois. Deux fois. Trois fois, puis s’écroule en grands coups de guitare. Ça fait toujours son effet.

Escape – ism – I’m a lover (at close range)

Lui s’agite donc, pendant que devant ça se dandine. Des demi-pas en avant, des tiers de pas en arrière, petits mouvements haut bas des épaules, bouches légèrement crispées, yeux fermés, presque on s’y croirait. Presque ça simulerait des transes. Presque. Des quadragénaires, ou quinquagénaires fleurent bon les rebelles de salon. Peut-être des révolutionnaires. On ne sait jamais. Et il vaut d’ailleurs sûrement mieux ne pas savoir. Une intuition comme ça. Au milieu certains sont plus distraits. Paris s’en est pris un. Naples a égalisé. Ça sourit.

Étranger à la réalité du rectangle vert, Ian, lui, combat. Tenant d’une même main son micro et sa guitare, il s’active, transpire, sautille, s’amuse et bondit. C’est électrique, lancinant, hypnotique, couleur rouge et bleu. Et bleu sur rouge. Ça joue un peu fort, déstructuré et bruyant. Je m’éclipse, je vais pisser et prendre l’air. A l’arrière, la fille panthère est toujours là. Dehors, sur le pont, un sms me prévient. Hélène, une amie, me met en garde. Elle s’inquiète : dans les errances, l’étrange se croise à la louche. Et le louche devient étrange. Et puis le faux, et puis le vrai… Elle a raison.

La porte s’ouvre. Sortie de cale, tout le monde s’en va, déjà. Je n’ai même pas eu le temps de rentrer. Cinq ou six chansons pas plus. Ca aura été tout, et c’est fini. Les tôles glissent. Et les feuilles mortes collent encore aux godasses. Comme les souvenirs aux moments qui furent beaux. Aux amours qui s’espèrent. Et aux incompris. Toujours. I’m a lover.

Cela pourrait vous intéresser

DER

[EXCLU] RED is not dead !

RED devient DER et nous offre le premier clip de la saga du cerf destroy et du City Town Bear clone de l’iguane en avant première de son nouvel album Supersound qui sortira le 18 Mars sur les labels Bisou Records et Beast Records.

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.