Minuit avant la nuit

Pour partir en week-end et échapper à la morosité ambiance, rien de mieux que DRAUMR. Avec sa musique, il arrive à vous emmener loin de votre quotidien et à vous hypnotiser un petit moment. Rencontre avec ce sorcier des songes qui a travaillé avec le sorcier du son de AIR et de Phoenix.

Pourquoi avoir appelé ce disque Ethereal Mildness ?

Ce que j’appelle l’Ether dans cet EP c’est l’espace infini situé dans notre esprit. Un sanctuaire où l’on flotte, sans ressentir d’émotions négatives ou positives, là où le passé, présent et futur cohabitent en paix. Où notre œuvre, notre imagination, nos histoires, nos joies, nos peines, nos échecs et nos réussites sont archivées. C’est bien sur une image pour parler de l’apaisement de l’esprit, de vivre l’instant présent, un moment de douceur éthérée.

Draumr – Seamless

Comment as-tu rencontré Stéphane "Alf" Briat ? C'est la première fois que vous travaillez ensemble ?

Oui c’est la première fois que nous travaillons ensemble. En écoutant les prémix des morceaux de l’EP l’année dernière, un de mes meilleurs amis (qui m’aide au management de Draumr) m’a dit qu’il fallait absolument que ce soit ‘Alf’ qui mixe les titres (il avait déjà mixé le morceau d’une artiste dont mon ami s’occupait). Je ne le connaissais pas, et quand j’ai vu sa discographie (AIR, Phoenix, Sébastien Tellier…), j’étais très intimidé, et ne pensais pas qu’il pourrait trouver le temps ni l’envie de travailler avec moi. Quelques semaines plus tard, après quelques échanges de mails, je me suis retrouvé dans le studio de Stéphane qui a voulu me rencontrer après avoir écouté, nous avons planifié une session de mix pour le mois suivant pendant lequel il a gentiment accepté de libérer quelques jours dans son emploi du temps. Ce fut une rencontre et une expérience très enrichissante, et évidemment un honneur d’avoir pu le voir et l’entendre à l’œuvre.

Quelle est l'histoire de None Of These Days ? Il s'agit de ma chanson préférée de cet EP.

None of These Days est un titre à la fois très sombre et en même temps plein d’espoir. Je parle de cette voix dans notre tête, ce ‘Je’ maléfique qui prend le contrôle de temps à autres, et qui nous pousse vers le bas, qui nous dit que nous ne réussirons jamais, qu’il faut abandonner, que ça ne vaut pas la peine de prendre des risques, comme si c’était une autre personne. J’ai pris une voix et une intention un peu différente de mon habitude sur les couplets de ce titre, car j’interprète ces deux personnages, l’autre étant celui qui se bat pour son intégrité et sa détermination. Une quête de personnalité et d’évolution vers un ‘moi’ supérieur.

Tu peux m'en dire un peu plus sur la pochette ?

J’associe toujours mon histoire à une autre. Par le prisme de l’hypnagogie (état de semi-conscience entre le réveil et l’endormissement), j’aime créer des personnages pour jouer mon rôle dans une dimension parallèle, comme des alter-égos. Dans mon premier EP, j’avais imaginé cet homme appelé ‘Nefelibata’, qui marchait au dessus des nuages (littéralement) à qui il arrivait une aventure. Ici, j’ai eu l’envie que ce soit une femme, traversant des épreuves, dans un monde au delà du ciel et des nuages, comme une continuité avec mon précédent EP, car j’ai envie que ces histoires appartiennent à tout le monde, sans qu’elles s’apparentent spécialement à moi. Ce qui m’intéresse, c’est que font les gens de cette histoire, et de voir comment ça leur parle, il y a toujours un double discours dans mes paroles. Je laisse un peu de mystère quand à la signification, mais pour mieux comprendre, il faut voir la fresque complète de quatre images, créée par la talentueuse Anna Uru (Clara Chauvin de son vrai nom), qui à parfaitement réussi à créer cet univers, de la manière la plus gracieuse et fidèle possible.

5) Question piège.. Si tu devais définir ce disque en seul mot, lequel choisirez-tu ?

Je dirais que ce serait « Odyssée ».

TOP 10

1) Ton album préféré, pour le moment, de 2018 ?

Grid of Points de Grouper. D’une grâce et d’une douceur comme on ne l’entend malheureusement pas assez souvent, voir jamais. Prendre le temps d’écouter cet album est similaire à une séance de méditation, on ressent un calme et une paix intérieure après.

Grouper - Grid of Points

2) Le disque que tu attends le plus ?

Pour parler d’un album qui n’est pas encore annoncé, je dirais qu’il serait bon d’entendre un nouveau Connan Mockasin ou son autre très bon groupe Soft Hair’.

3) Ton disque préféré de Paul McCartney ?

Red Rose Speedway. On retrouve toute l’identité combinée de Paul et de son groupe Wings, avec la plus belle chanson d’amour jamais écrite : My Love, adressée à sa compagne Linda, ainsi qu’un medley épique de quatre chansons comme il sait si bien le faire. Cet album est sans prétention, sans fautes de gout, il s’écoute d’une traite sans que l’on se rende compte du temps qui passe.

4) Ta chanson préférée de Air ?

Aussi étrange que ça puisse paraître, j’ai découvert Air très tard (il y a environ un an et demi). J’avais déjà entendu plusieurs de leurs titres auparavant, mais je ne m’étais jamais penché sur leur œuvre comme j’ai pu le faire récemment. Si je ne devais en choisir qu’un, ce serait High Point, c’est un morceau que l’on peut écouter en boucle sans jamais se lasser, comme une éternelle progression vers le haut.

AIR - High Point

5) Un musicien qui aurait dû se mettre à la peinture ?

Jon Hopkins. J’ai toujours l’impression qu’il dessine sa musique. Sa palette de sons et d’ambiances est tellement riche qu’elle en fait presque éprouver de la synesthésie.

Jon Hopkins - Luminous Beings

6) Un peintre qui aurait dû se mettre à la musique ?

Salvador Dali, même si je crois qu’il méprisait ça !

7) Ta bande originale de film préférée ?

La Cité Des Enfants Perdus composé par Angelo Badalamenti, ça tombe bien qu’on en parle, ce fut une très grande inspiration pour Ethereal Mildness. Le film est un de mes favoris également.

8) Le refrain ultime ?

Sans rentrer dans le cliché des grands classiques, et pour laisser la place à la nouvelle génération d’artistes, je dirais que ce serait le refrain de la chanson Round and Round de Ariel Pink’s Haunted Graffiti, tirée de son album Before Today (un de mes albums de chevet). Je mets quelqu’un au défi de ne pas avoir envie de fredonner cet air après l’avoir écouté !

Ariel Pink's Haunted Graffiti - Round And Round

9) Le meilleur endroit sur terre pour faire un concert ?

le ‘Red Rocks Amphitheatre’ dans le Colorado ! C’est à couper le souffle comme endroit !

10) Le meilleur endroit sur terre pour voir un concert ?

Pareil !

Etheral Mildness de DRAUMR sera disponible le 22 juin 2018.
DRAUMR sera en concert le 4 juillet 2018 au Pop-Up du Label (Paris).

Draumr - Ethereal Mildness

Tracklist

DRAUMR - ETHEREAL MILDNESS
  1. Seamless
  2. Ethereal Mildness
  3. None Of These Days
  4. Echoing Worlds

+ d'articles et photos :
Partagez!