lire report : Owl City et Lights @ Nouveau Casino, Paris | 26-10-2010

La curiosité est un vilain défaut… je ne pensais pas que ça s’appliquait en matière de musique, je l’ai appris à mes dépends. Un buzz monumental est-fondé sur de la poudre aux yeux ? Un compteur MySpace qui annonce un record de 7 millions de visites : sûrement qu’un nombre aussi important d’amateur de musique ne peuvent s’y tromper… ou justement le consensus est toujours suspicieux ?

Lights

Rien que la première partie en dit long sur le style de soirée qui m’attend. Lights c’est une charmante jeune femme qui joue de la keytar (je sais pas pourquoi mais cet instrument me fait penser à Jem et les Hologrammes). Je m’y connais pas bien dans son style de musique, elle me rappelle Britney à ses débuts, sauf que Mademoiselle Spears, elle au moins, elle avait des chorégraphies… Ah ! et puis, vu ce que le batteur joue, ils auraient pu économiser et le remplacer avec une boîte à rythmes.

Owl City

Sur scène, deux fauteuils, une batterie et pas moins de quatre synthés. La foule s’anime quand arrive Adam Young, entouré de ses musiciens : notamment une violoniste et une violoncelliste. Heureusement que la choriste sait jouer du synthé et que le multi-instrumentiste assure les parties de guitare, parce que ça a pas l’air d’être les points forts d’Adam.

Quels sont ses points forts alors ? Tel un homme caoutchouc, il penche la tête en arrière, un peu à la Paolo Nutini, et affole la foule en faisant des grands gestes avec sa guitare, ou aime à se prendre pour un albatros. Cet homme a passé des années à composer dans sa cave, il a clairement besoin d’espace. Il tire sans cesse sur son slim, tellement serré qu’on peut compter les pièces dans sa poche, mais non, il a mal aux jambes apparemment.
Il interrompt aussi une chanson pour nous raconter à quel point il aime la tour Eiffel et qu’il a commandé un steak au restaurant ce midi… il partage avec son public !

Et la musique, ça donne quoi ? Au début, ça paraît une pale copie de Mika, de la power-pop mais qu’il a choisi de mâtiner d’Eurodance. En tous cas, les mélodies restent en tête, et s’adaptent parfaitement au format sonnerie de portable. Le public chante les chansons par cœur et saute sur les passages plus dancefloor, donc ça a le mérite d’être efficace.

Je ne juge pas, je me mets à la place du public, après la semaine qu’ils ont eue : y’a eu contrôle de math, et y’a un exposé sur Pierre et Marie Curie à rendre pour lundi, sans compter qu’il faut finir le Grand Meaulnes et faire une fiche de lecture … Bon c’est un peu la honte parce que papa a tenu à m’accompagner, mais peut-être sur ‘Vanilla Twilight’ Maxime va me regarder, et là ça voudra tout dire non ?

Owl City – Fireflies

Date : 26 février 2010

Vous avez aimé ? Partagez !
10 réponses sur « lire report : Owl City et Lights @ Nouveau Casino, Paris | 26-10-2010 »

ah mais donc je me suis pas trompée, c’est bien toi que j’ai vu dans les escaliers?
Oui non Lights c’était vraiment bidon. Owl City c’est juste pas ma cam’, je trouve ça vide.

Hey fais gaffe Agnès, faut pas critiquer aussi durement la Cité du Hiboo auprès de son grand maître… ;-)

Aaaah! Merci Capt’ain, j’avais pas du tout fait le rapprochement! Je me demandais aussi pourquoi Rod était pas sur La Roux!! D’un coup c’est évident!
Ca me rappelle quand le chanteur s’est fait des yeux de hibou à la fin du concert – pourtant mémorable!

non mais en fait la roux … je m’en fous :)

et pis la c’etait en effet pour le clin d’oeil hiboo … heureusement la semaine prochaine, je vais me faire d’autres HibOOx d’un autre level … l’honneur est sauf :)

Bah moi au contraire, je trouve ça plaisant et « efficace », justement ! Euh… par contre Agnès, l’autre point à corriger, c’est que tu aurais dû faire une version fac du descriptif de l’ambiance : parce que dans les collèges et les lycées de la zone C, le contrôle de maths c’était la semaine dernière, et y a peut-être un exposé sur Pierre et Marie Curie à faire pour lundi, mais pour lundi en huit ;-)

J’avoue que le concept « efficace » en musique m’échappe un peu… dans tout autre art aussi d’ailleurs… Cela fait un peu « travailler plus pour gagner plus »… bref, à gerber ;-)

Non mais… en fait si tu veux, je voulais dire « plaisant à écouter » ! Sinon c’est vrai, la musique ça doit rester du plaiz’… même si les artistes, c’est comme les photographes pro, faut bien qu’ils gagnent leur croûte ;-)

Les commentaires sont fermés.

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]