Clues
Première soirée de la carte blanche offerte aux Coming Soon dans leur fief d’Annecy au Brise Glace.

The Matching Cubes

Rompre la glace, c’est entrer en sympathie avec autrui et par extension faire les premiers pas dans une relation.

Nul besoin de cela avec les « Local Native » Matching Cubes, soit un tiers des Coming Soon, « les plus jeunes mais non les moins talentueux » comme l’affirme le flyer. Bien sûr les deux compères ne sont plus des perdreaux de l’année côté concert, mais le stress est bien présent quand il s’agit de jouer des morceaux antédiluviens remontant à 4 ou 5 ans qui servaient d’ouverture aux prestations des Coming Soon à leurs débuts. Mais Alex Banjo et Leo Bear Creek ont voulu vigoureusement réactiver ce side project en hibernation en proposant des versions hip hop trash folk de titres comme Love is not true ou Walk on the border line. Le set durera une grosse demi heure et nous aurons en prime l’aide confraternelle des quatre autres acolytes choristes d’un soir sur un titre plus WU en rappel, titre qui figurera ainsi que Sweetheart sur un 45 tours collector à paraitre très prochainement chantés sur une face par Coming Soon et sur l’autre par les Wave Pictures.

Au final, une mise en bouche très appréciable qui donnait le ton à une soirée qui allait être irrésistiblement envoutante avec Clues, groupe de Montréal totalement barré formé d’un ex Arcade Fire à la batterie, Brendan Reed et du leader des géniaux et défunts Unicorns, Alden Penner.

Clues

Ils sont rares les groupes où l’on sort du concert en se disant que l’on a assisté à quelque chose d’unique, avec un potentiel énorme et un avenir radieux. C’est définitivement le cas pour Clues qui surpend d’emblée par un gros son (deux batteries sur scène qui ne font pas dans la figuration) avec un chanteur guitariste, Alden Penner, tête de premier de la classe ou de représentant en aspirateur qui vous souffle par son incroyable énergie mêlée à une fragilité poignante.

Leur album qui est sorti en mai dernier sur le label exigent Constellation Records (Godspeed you! black emperor, Tindersticks, Vic Chesnutt, Silver Mt Zion pour ne citer que les plus connus), accompagné d’excellentes critiques laissait présager d’une prestation haute en couleurs sonores comme leur pochette et leurs t-shirts au merch’. Le résultat sur scène est impressionnant de maturité et d’émotion. Clues déploie une vitalité incroyable doublée d’une voix stratosphérique dans un genre inclassable avec deux batteurs bucherons, une basse où il manque une corde, des machines électronique, de micros hullulesques : au total 6 hurluberlus canadiens, le pays où le froid congèle les bons groupes pour mieux les exporter.

Leur musique est magistralement épique, elle offre un voyage au delà du dépaysement, A great escape pour paraphraser un autre cousin transatlantique, Patrick Watson. Les tempi changent tout le temps ce qui démultiplie les ambiances qui in fine s’avèrent être très proches d’une symphonie classique, Alden m’a soufflé rêver d’études en musicologie. Les compositions de Clues sont polymorphes, mélange de rock psychédélique, de post rock, punk, de ballades comptines et d’hymnes aux grands espaces, elles font naitre de fulgurantes images, entre violence et douceur, eau et feu, une symphonie tellurique où se succèdent cris explosifs, voix angélique apaisée, murmures élégiaques ou mélancoliques. Ce maelstrom sonore doit beaucoup à la structure peu commune des chansons qui jaillissent comme les coups de pinceaux d’un Van Gogh échappé de l’asile, âpres et lumineuses à la fois. Que cela soit Haarp, Perfect fit, Crows, Ledmonton ou In the dreams, chaque titre vous emporte, vous submerge, les pieds tapent le sol, la tête bat la mesure : Clues devrait faire attendre les impatients du forcément décevant prochain Arcade Fire.

Clues étaient en concert à la Maroquinerie le 27 février 2010

Date : 16 février 2010
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Avec le soleil sortant de sa bouche3

C’est le fun avec ALSSDSB au Marché Gare

Ceux qui les ont vu au Sonic en décembre 2015 s’en rappellent encore, les déjantés québécois d’Avec le soleil sortant de sa bouche, ALSSDSB pour les intimes sont de retour au Marché Gare à Lyon le mardi 28 février.
Ought - Sun Coming Down

Ought double la mise

Il faut mettre le décibel quand il est encore chaud. Un an après la publication de son premier album, Ought revient avec de nouvelles chansons dans sa besace. Le premier extrait, Beautiful Blue Sky, laisse présager une météo éclatante pour ces Canadiens.
Ought - More Than Any Other Day

Ought

Ought – More Than Any Other Day Bon, on tient le cinglé de l’année en la personne de Tim Beeler. Le chanteur des Ought emballe à lui seul le disque.
Alden Penner - Precession

Alden Penner, l’attrape-cœurs

Le formidable Alden Penner (Unicorns, Clues) est de retour avec un EP, Precession, 4 titres en apesanteur tout en haut du sapin. Alden Penner – Precession
Tindersticks - Le Fil

Les Tindersticks sur le fil

Tindersticks – Le Fil Les Tindersticks faisaient escale au Fil à St-Etienne la semaine dernière. Je me souviens de mon premier concert avec la bande à Stuart Staples en avril 1994 au club du Transbordeur à Lyon, bien avant son déménagement de Nottingham vers les profondeurs du Limousin.
Siskiyou - Keep Away The Dead

Sur la montagne Siskiyou

Siskiyou – Keep Away The Dead Siskiyou, c’est une montagne à cheval sur la Californie et l’Oregon, mais c’est aussi Colin Huebert et Erik Arnesen, une partie de Great Lake Swimmers. Formés à Vancouver (et oui, encore un groupe canadien formidable !), ils sont en tournée en France pour présenter Keep Away the Dead sorti…
Tindersticks - A Night so still

clip : Tindersticks – A Night so still

Tindersticks – A Night so still Tourné à la maison au coin du feu pendant l’enregistrement du formidable 9ème album des Tindersticks, A night to still est une invitation à la rêverie, un moment suspendu pour déguster un bon whisky single malt. Un titre ambré, rond, plein où la voix suave de Stuart Staples hypnotise.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…