Catégories
News

Too chicken to even try it !

White Riot c’est bien sûr le premier single de The Clash sorti le 18 mars 1977 qui résonne ironiquement dans notre société hédoniste actuelle, gavée de soldes, pour qui la révolte est d’applaudir aux balcons. C’est aussi un documentaire réalisé par Rubika Shahui sort en salles le 5 août 2020 qui s’intéresse au mouvement politique et culturel Rock Against Racism né en Angleterre en 1976 et à son festival à Londres en 1978.

White Riot ne révolutionne pas le genre, même s’il a été primé dans la catégorie documentaire lors du dernier BFI London film Festival et sélectionné lors de la 70ème Berlinale en 2020. Mais ce documentaire permet d’écouter masqué de la musique live en salle de cinéma à défaut de salles de concerts. On trouvera aussi des interviews d’époque de Joe Strummer ou de Jimmy Purey (Sham 69) ou plus récentes de Topper Headon des Clash et de Tom Robinson mais aussi de dézinguer quelques idoles comme Bowie, Clapton ou Rod Stewart qui ont raconté à l’insu de leur plein gré quelques conneries nauséabondes qui auraient enflammé les réseaux sociaux aujourd’hui. Et en filigrane, le documentaire pointe du doigt le vide idéologique et militant de la scène musicale actuelle gangrenée par le nombrilisme, la quête quart du d’heure warholien et le business de la société du spectacle.

White Riot – Bande-annonce

The Clash – White Riot

White riot, I want to riot
White riot, a riot of our own
White riot, I want to riot
White riot, a riot of our own
Black man gotta lotta problems
But they don’t mind throwing a brick
White people go to school
Where they teach you how to be thick
And everybody’s doing
Just what they’re told to
And nobody wants
To go to jail
White riot, I want to riot
White riot, a riot of our own
White riot, I want to riot
White riot, a riot of our own
All the power’s in the hands
Of people rich enough to buy it
While we walk the street
Too chicken to even try it
And everybody’s doing
Just what they’re told to
And nobody wants
To go to jail
White riot

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

François Morel

François Morel chante Yves Marie Le Guilvinec

Pour partir en mer et attendre en musique le film sur les Pogues (Crock of Gold), on se doit d’écouter François Morel qui chante Yves-Marie Le Guilvinec. Placé sous la direction d’Antoine Sahler et accompagné de Juliette et de Bernard Lavilliers, François Morel donne vie à des textes silencieux depuis trop longtemps.
Dominique A

Les contes d’automne de Dominique A

Dominique A sort le 6 novembre Vie étrange chez Cinq7 pour rendre la notre un peu plus supportable. Quatre morceaux figuraient sur l’EP sorti cet été, six autres qui nous font entrevoir peut être la lumière.

[Exclu] Virginia Wing – I’m Holding Out For Something

Alice Merida Richards, Sam Pillay et Christopher Duffin sont donc de retour. Ces Mancuniens, hébergés par Fire Records (The Lemonheads, The Chills), ont décidé que 2020 serait aussi un tournant pour eux. Un peu comme tout le monde. Mais eux, ce sera en musique. SK* vous propose en exclusivité, I’m Holding Out For Something, le…
cross2020

Again on the Crossroads

La cinquième édition du Crossroads Festival, le Festival européen de découvertes musicales a eu lieu en ligne du 8 au 11 septembre, chaque soir, en direct et les 26 sessions individuelles sont à revivre ci-dessous.
LAETITIA SHERIFF

Se lever avec Laetitia Shériff

Power to the trio. Laetitia Shériff revient enfin avec les essentiels Thomas Poli (Dominique A) et Nicolas Courret (Eiffel). Stillness est une claque magistrale comme on en fait peu en France rance. Un brûlot qui ravive la flamme et rassure (un peu) sur l’avenir qui fait culbuter The Mamas and the Papas et PJ Harvey.…

The Besnard Lakes est le meilleur groupe du monde

Enfin une bonne nouvelle en 2020 ! Après l’impeccable A Coliseum Complex Museum et surtout après quatre années de silence, les Besnard Lakes sont de retour. On peut ranger ses compilations de My Bloody Valentine et prévenir les voisins… Le gros son est de retour.
Jî Drû

La douce musique de Jî Drû

Filmé par Jean-Baptiste d’Enquin, le flûtiste Jî Drû revient avec ses acolytes dans un western halluciné.