[EXCLU] Vidéo : John Milk – Don’t Blame The Hammer

Monde d'avant versus monde merdique d'aujourd'hui. John Milk rend hommage aux artisans, à ceux qui bossent avec leurs mains au quotidien et non par intermittence. Sa voix coule et apaise dans ce titre, Don't Blame The Hammer extrait d'un EP qui parait ce jour chez Underdog Records.

Cette chanson de John Milk se boit comme du petit-lait. Pourtant sa mise en images lorgne du côté de Lars von Trier et de son charmant The House that Jack Built. Si j’avais un marteau, je cognerais la nuit, j’y mettrais tout mon cœur et l’on ne reproche pas grand chose à John Milk à l’approche de la noria des mensonges démagos électoraux. On a envie de ressortir son gilet jaune et de taper dans le tas.

Don’t Blame The Hammer de John Milk est disponible chez Underdog Records.

John Milk – Don’t Blame The Hammer

Joe was a craftsman he was working hard
he knew how to make a living out of his tools and art
Joe had a hammer and could handle it well
His boss were satisfied as far as he could tell

And it never came to his mind to put the blame on the hammer
Pieces of wood and steel are the mirror of their master
Never came to his mind to blame the hammer
I remember what Joe used to say

Don’t blame the hammer
Never blame the hammer
For striking your hand down
Remember, one hand is hurt when another on strikes

Joe saw the world change, people were getting smart
Building up new digital tools to fill up their lives and carts
But Joe didn’t mind really
Except for the people who were getting crazy
Blaming on the new tools they just made
Transforming their lives it’s shady

But it never came to his mind to put the blame on the hammer
Pieces of wood and steel are the mirror of their master
Never came to his mind to blame the hammer
I remember what Joe used to say

Don’t blame the hammer
Never blame the hammer
For striking your hand down
Remember, one hand is hurt when another on strikes

John Milk - Don't Blame The Hammer

John Milk – Don’t Blame The Hammer

Tracklist : John Milk - Don't Blame The Hammer
  1. Don't Blame The Hammer
  2. Offline Love
  3. Don't Blame The Hammer (Blanka Remix)
  4. Don't Blame The Hammer (Patchworks Remix)
  5. Don't Blame The Hammer (Instru)
  6. Offline Love (Instru)

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Bruce Springsteen

Merci patron !

La pêche du jour vient d’un monsieur de 73 ans qui annonce un album de reprises de standards de la soul avec Do I Love You (Indeed I Do) et effectivement on l’aime. Merci Boss !
Jeykhemeya-dice

Vidéo : Jey Khemeya – Dice

Les dés sont jetés. Lady J. devient Jey Khemeya et l’alchimie de sa voix chaude et du groove de ses musiciens fait monter une température déjà caniculaire.

Plus dans Son du jour

Someone-iguessimchanging

[EXCLU] Vidéo : Someone – I Guess I’m Changing

Attention, belle découverte. Vous serez irrémédiablement changés à l’écoute de Someone et de son deuxième album Owls qui « oscille entre le doux, le sombre et l’inquiétant, avec une production qui passe du mélancolique et du brut à l’électronique et au menaçant. »
Pierredemaere-enfantde

Vidéo : Pierre De Maere – Enfant de

Pierre De Maere sera assurément notre révélation des 38ème Victoires de la musique. Sa pop pétillante sans prétention pourrait faire de la concurrence rapidement à Angèle, on le lui souhaite tellement ce garçon irradie sur scène et touche déjà un public transi.
Augustincharnet-pleasedontdie

Vidéo : Augustin Charnet – Please don’t die

Augustin Charnet enfin dans la lumière. Après Kid Wise puis After Marianne et des mélodies pour Disiz et Damso ou Dinos, le voilà en solo avec un extrait de son premier album, Please don’t die .
Mattelliott-januaryssong

Vidéo : Matt Elliott – January’s Song

En Janvier, on voudrait du repos. Oublier les amours défuntes, les décès prématurés, les vœux hypocrites, les réformes iniques. Alors on écoute l’immense Matt Elliott avec désormais un saxophone envoûtant.