Enjoy G.H.Francis

Pas facile pour G.H.Francis de vivre son jour de courage. The Only Queer In The Van est une confession libératrice sous la forme d'une pop song à la Depeche Mode.

Can’t blame anyone but myself. « J’aimerais être gay juste pour faire chier les homophobes. » affirmait Kurt Cobain. Gregory Hoepffner, alias G.H.Francis souhaite juste être lui-même sur la piste en faisant le grand saut.

Why does anyone ? de G.H.Francis sort le 14 juin.

G.H.Francis – The Only Queer In The Van

You’ve been telling everyone to wait
Just wait for the real thing
And now you’re thinking « I can do this »
Oh yeah ? But you don’t
The smell of fresh paint in your new apartment
won’t cover the fact
that you’re the most disappointing kind of gay

I was the only queer in the van
I lied because I thought it would end
Wanted to come out to my friends,
instead I made my face bleed
I was the only queer in my head
And even thought now it’s not a problem
You can believe me when I say
It was back then
It was back then baby

Got all the stress,
but none of the sass
Got all the traumas,
but no one can tell
Can’t blame anyone but myself
for not doing my best
Should I call my bass with a man’s name
To rub it in your face ?

I know you’re thinking « I can do this »

I was the only queer in the van
I lied because I thought it would end
Wanted to come out to my friends,
instead I made my face bleed
I was the only queer in my head
And even thought now it’s not a problem
You can believe me when I say
It was back then
It was back then baby

Whydoesanyone Ep

Tracklist : G.H.Francis - Why does anyone ?
  1. Without You
  2. The Only Queer In The Van
  3. Belong (Feat. Pencey Sloe)
  4. The Resolution

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Chromozone

Dark Side Of The Music

George Abitbol, l’homme le plus classe du monde serait heureux d’assister au détournement de films de SF des années 60 lors du ciné-concert, Chromozone 51.
Neptunefootballclub-livingbackwards

Vidéo : Neptune Football Club – Living Backwards

Vivre à l’envers, refaire le match, c’est peut être ce que se disent certains footballeurs en quête d’un Graal jamais atteint. Neptune Football Club nous manquait, il nous offre en exclusivité son tour de manège enchanté avec Living Backwards.
Morganeimbeaud-patineuse

Vidéo : Morgane Imbeaud – Patineuse

Dans le monde du patinage, un adage revient souvent, « quand la vie est dure, enfile tes lacets et patine. » Comment remonter sur la glace d’un monde artistique concurrentiel pour Morgane Imbeaud quand on a connu un burn out ? En s’affranchissant des règles, en se débarrassant des diktats, en étant soi même.

Plus dans Découvertes

Ana-imdone

Ana n’attend pas !

Ana a tout juste 18 ans et sort un premier titre de rupture langoureux. On n’est pas sérieux quand on a 18 ans ? Pas sûr.
Johncanningyates

Quiet John Canning Yates

6 mois après la mort d’Elliott Smith sortait en 2004 l’unique album d’Ella Guru, le bien nommé The first album et cette cathédrale d’harmonies n’a pas pris une ride. Vingt ans plus tard John Canning Yates revient tranquillement en solitaire avec The Quiet Portraits chez Violette Records.
Shezlng2

Longue vie à Shezlöng !

Syncrétisme sensationnel. Shezlöng « chante et joue des musiques traditionnelles d’Anatolie réarrangées en funk psychédélique. » Bien sûr on connaît Altin Gün ou plus loin dans le temps, Selda Bağcan ou Nese Karabocek avec son Yali Yali remixé par Todd Terje. Voilà que déboule du massif central, l’Anadolu français, Shezlöng qui vous fera chalouper tout l’hiver.
20230624-img 6066

Pills ‘n’ Thrills avec Dirty Cloud

On pourrait les croire échappés du Kids de Larry Clark tendance Folk Implosion ou encore de Wayne’s World, le power trio Dirty Cloud vient de Rouen et n’atteint pas le demi siècle à eux trois. Il dégaine un premier titre, Psychotrope que l’on gobe avec gourmandise.