Kasabian @ Casa Bacardi Live, Milan | 30.05.2013

Kasabian @ Casa Bacardi Live, Milan | 30.05.2013
Plus de 50 000 personnes ont envahi jeudi la place de la cathédrale de Milan pour la seule apparition italienne de Kasabian cette année ; un concert gratuit, dans un décor historique fabuleux, coup d’envoi du Casa Bacardi Live, projet de Bacardi visant à associer musique et cocktails. L’invitation était belle, on ne pouvait que l’accepter.

Tout a bien commencé. Le temps était incertain toute la journée mais, finalement, la première partie turinoise Garden of Alibis a joué devant un duomo doré par le soleil couchant. Lorsque Kasabian montent sur scène au son de la musique de Le bon, la brute et le truand, la foule devient instantanément dingue. On a à peine dépassé la première minute d’un Days Are Forgotten prometteur que, subitement, la barrière se rompt sous la pression des premiers rangs. Panique dans la sécu. Meighan et Pizzorno se lancent des regards inquiets. Le groupe termine le morceau, demande aux gens de reculer et disparaît. 15 minutes de fausse frayeur et de colmatage plus tard, Kasabian reprend les hostilités pour ne plus les arrêter. Tous les albums passent à la moulinette d’une tempête sonore. 50 000 personnes qui reprennent en chœur Club Foot ou Shoot the Runner, ça fait du bruit. Pizzorno, star de la soirée puisqu’italien d’origine, calme le jeu avec une version de Take Aim mémorable mais, lorsque l’intro à la trompette de La Fée verte se fend d’un détour par l’hymne italien, c’est du délire complet. Ambiance stade de fouteballe, mais en mieux. Club Foot, Re-Wired, Empire… les tubes s’enchaînent et la foule ne se lasse pas. Kasabian non plus, d’ailleurs.

Le groupe reprend le Praise You de Fatboy Slim, conclut par un L.S.F. dantesque et revient pour un rappel allongé. Le final est impeccable, les cœurs avec les mains se multiplient dans le public, tout le monde saute en cadence, Kasabian termine avec un Fire ― évidemment – incendiaire et quitte la scène en allongeant les adieux : salut comme au théâtre, présentation officielle par Tom Meighan de « son meilleur ami » (sic) Tim Carter, qui remplace Jay Mehler ― parti chez Beady Eye il y a quelques mois ― à la guitare, et, pour finir, une bonne moitié de She Loves You a capella, repris par un public décidément en feu.

Discographie

Photos concert : Kasabian @ Casa Bacardi Live, Milan | 30.05.2013

La soirée se termine tard, très tard même, avec un aftershow VIP offert par Bacardi à quelques invités triés sur le volet. Pizzorno et Chris Edwards (basse) sont de la partie, provoquant une mini-émeute dans la masse des invités qui se pressent dans le pallazo Reale, à quelques pas de la place, mojito à la main. Soirée épique, nuit idyllique. L’Italie rêvée.

2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian
2013_05_30_kasabian

Setlist
Intro : The Ecstacy of Gold | Days Are Forgotten | (interruption 14 min) | Shoot the Runner | Velociraptor! | Underdog | Where Did All the Love Go? | I.D. | Man of Simple Pleasures | Take Aim | Il Canto degli Italiani (solo trompette) / La Fée verte | Club Foot | Re-Wired | Empire | Goodbye Kiss | Praise You (Fatboy Slim) / L.S.F. (Lost Souls Forever) || Switchblade Smiles | Vlad the Impaler | Fire | She Loves You (The Beatles) (Tom Meighan solo) (a capella)

Date : 30 mai 2013

J'aime le noir et blanc qui bave et le rock garage bien gras.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Kasabian - For Crying Out Loud (2017)

Kasabian – For Crying Out Loud

En juin 1997, Radiohead s’apprêtait à prendre la tête du rock anglais avec son album OK Computer. Vingt ans plus tard, on annonce la réédition de ce fantastique album. La même semaine, Kasabian fait son retour en fanfare avec un album au titre prémonitoire. Et comme son équipe de football, le groupe de Leicester coule. […]
Photos : Le Rock dans tous ses États 2014

Photos : Le Rock dans tous ses États | 27.06.2014

Le 31e Rock démarre fort avec un premier jour mêlant gros noms et gros sons : Kasabian retourne l’hippodrome, bien sûr, mais derrière, le reste de l’affiche est à la hauteur : Birth of Joy rageurs, The Dillinger Escape Plan survoltés ― même quand la sono à sauté pendant un titre et demi sans qu’ils arrêtent de […]

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]