Le dernier album des Puppini Sister a eu beau sortir en mars 2008, les demoiselles étaient à la Cigale pour un concert pas piqué des hannetons. Les Puppini Sisters c’est Marcella Puppini, une italienne qui a émigré en Angleterre où elle a recruté Stephanie O'Brien et Kate Mullins. Les trois demoiselles, toutes à croquer, chantent façon crooner des années 40. Krystle Warren assurait la première partie du concert.

Les Puppini Sisters sont en habit de lumières, perchées sur des talons rouges vertigineux : Stephanie joue du violon électrique, Marcella de l’accordéon et Kate du mélodica. Elles sont accompagnées par un guitariste, un batteur et un contrebassiste. Elles interprètent « Sway »  – de Dean Martin –  façon tango. Suit « Wutherinf Heights » – de Kate Bush, puis « It Don’t mean a thing » – d’Ella Fitzgerald (entre autres). Les filles rajoutent leur sauce cependant – des déhanchés, des cris de chattes apeurées, et des pas de Samba.

Lorsque Kate chante « Why don’t you do right » en solo, elle a la classe de s’écarter pour laisser l’attention de l’audience se focaliser sur la guitare pour le solo. Puis les deux autres Puppini Sisters reviennent sur le plateau pour nous jouer « Heebie Jeebie« . Elles improvisent des jeux de scène humoristiques tout à fait mignons pour amuser la galerie : pendant le solo de Kate, Steph et Marcella s’asseyent dans un coin et poussent des soupirs ostentateurs d’ennui. Puis Marcella annonce une chanson d’amour, les voilà parties sur « I will survive » de Gloria Gaynor : elles s’acharnent gentiment sur un jeune homme du public afin de concentrer toute la frustration féminine de cette chanson.

Puis elles reprennent leur première influence : les Andrew Sisters « Don’t sit under the apple tree« . Après une introduction en Italien, c’est « Parole Parole » de Mina qui est repris par les trois sœurs. Puis elles laissent le quart d’heure aux musiciens pour partir en jam session, pendant qu’elles feintent l’ennui avant d’enchaîner avec leur « I can’t believe i’m not a millionaire« . Elles font peu à peu monter l’ambiance avec « Soho Nights« ,  puis elles arrivent à faire lever le public sur « Jilted » et, alors que le public allait se rassoir, elles enchaînent avec la chanson culturelle : « Crazy In Love » de Beyoncé qui fait « Shake les filles et les garçons » comme elles le disent si bien drapées dans leur accent britannique.

The Puppini Sisters – Jilted

Elles attendront le rappel pour jouer « Walk like an Egyptian » des Bangles pour laquelle toute la cigale y met du sien pour applaudir en rythme. Elles choisissent de faire chanter le public pour le deuxième rappel, le choix de la chanson est judicieux : « In The Mood » de Glenn Miller.  Au final, les Puppini Sisters ont assuré leur concert, mais l’audience a aussi rempli sa part du contrat. Pour une disposition assise, la salle est quand même restée debout pour un tiers du concert : une réussite. Le public est ressorti du concert ravi, et s’est jeté sur les demoiselles à leur passage dans le hall de la Cigale.

Date : 24 octobre 2009

Plus dans Concerts (live reports)

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.