Le dernier album des Puppini Sister a eu beau sortir en mars 2008, les demoiselles étaient à la Cigale pour un concert pas piqué des hannetons. Les Puppini Sisters c’est Marcella Puppini, une italienne qui a émigré en Angleterre où elle a recruté Stephanie O'Brien et Kate Mullins. Les trois demoiselles, toutes à croquer, chantent façon crooner des années 40. Krystle Warren assurait la première partie du concert.

Les Puppini Sisters sont en habit de lumières, perchées sur des talons rouges vertigineux : Stephanie joue du violon électrique, Marcella de l’accordéon et Kate du mélodica. Elles sont accompagnées par un guitariste, un batteur et un contrebassiste. Elles interprètent « Sway »  – de Dean Martin –  façon tango. Suit « Wutherinf Heights » – de Kate Bush, puis « It Don’t mean a thing » – d’Ella Fitzgerald (entre autres). Les filles rajoutent leur sauce cependant – des déhanchés, des cris de chattes apeurées, et des pas de Samba.

Lorsque Kate chante « Why don’t you do right » en solo, elle a la classe de s’écarter pour laisser l’attention de l’audience se focaliser sur la guitare pour le solo. Puis les deux autres Puppini Sisters reviennent sur le plateau pour nous jouer « Heebie Jeebie« . Elles improvisent des jeux de scène humoristiques tout à fait mignons pour amuser la galerie : pendant le solo de Kate, Steph et Marcella s’asseyent dans un coin et poussent des soupirs ostentateurs d’ennui. Puis Marcella annonce une chanson d’amour, les voilà parties sur « I will survive » de Gloria Gaynor : elles s’acharnent gentiment sur un jeune homme du public afin de concentrer toute la frustration féminine de cette chanson.

Puis elles reprennent leur première influence : les Andrew Sisters « Don’t sit under the apple tree« . Après une introduction en Italien, c’est « Parole Parole » de Mina qui est repris par les trois sœurs. Puis elles laissent le quart d’heure aux musiciens pour partir en jam session, pendant qu’elles feintent l’ennui avant d’enchaîner avec leur « I can’t believe i’m not a millionaire« . Elles font peu à peu monter l’ambiance avec « Soho Nights« ,  puis elles arrivent à faire lever le public sur « Jilted » et, alors que le public allait se rassoir, elles enchaînent avec la chanson culturelle : « Crazy In Love » de Beyoncé qui fait « Shake les filles et les garçons » comme elles le disent si bien drapées dans leur accent britannique.

The Puppini Sisters – Jilted

Elles attendront le rappel pour jouer « Walk like an Egyptian » des Bangles pour laquelle toute la cigale y met du sien pour applaudir en rythme. Elles choisissent de faire chanter le public pour le deuxième rappel, le choix de la chanson est judicieux : « In The Mood » de Glenn Miller.  Au final, les Puppini Sisters ont assuré leur concert, mais l’audience a aussi rempli sa part du contrat. Pour une disposition assise, la salle est quand même restée debout pour un tiers du concert : une réussite. Le public est ressorti du concert ravi, et s’est jeté sur les demoiselles à leur passage dans le hall de la Cigale.

Date : 24 octobre 2009

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.