Catégories
Concerts (live reports)

Italians Do It Better (than Parisians) au Social Club

Le manque de culture musicale et l’abrutissement par des substances licites ou non aboutissent au genre de réactions stupides dont j’ai été témoin vendredi soir au Social Club.

Le groupe Desire de l’excellent label « Italians Do It Better » interprétait « Oxygène » qui à part être une reprise interprétée par la catastrophique canadienne que tout le monde connaît se trouve également être une chanson de la non moins canadienne Diane Dufresne, sœur nord-américaine de Brigitte Fontaine pour situer. Il se trouve que la chanteuse Megan Louise étant également canadienne, quoi de plus banal pour elle que de commencer son live par la chanson en question. Et là, le public siffle. En plus d’être d’une impolitesse sans limite je trouve cette attitude vraiment limite. Bon ok, ces gens sont payés pour venir jouer en Europe mais ils venaient sans doute de se taper quelques heures d’avion plus jet-lag, accueil plus que glacial de la part du public parisien. Je ne m’étalerai pas sur le public justement du Social Club, sauf pour dire qu’être entouré de clones de Jean Sarkozy et leurs amies, ça me crispe un peu en ce moment.

En début de soirée, nous avons eu droit à deux dj’s dont je n’ai pas retenu le nom puisque leur set aux forts relents tatayoesques était rigolo 5 minutes mais gonflant au bout de 10… Difficile de croire être Daniele Baldelli et être juste un pousseur de disques de plus. Enfin là en l’occurrence 2…

Mike Simonetti, le patron du label arrive enfin et nous régale d’une sélection entre électro vintage, nu-disco, anthem tech-house, le tout avec une parfaite aisance du mix et un art de marier les styles. Ouf, il était temps. Desire, fait son apparition dans un nuage de fumigènes, ceux qui ont pu apprécier l’album précédemment chroniqué ici même ont apprécié. Les autres… Ben je leur suggérerai de rester chez eux la prochaine fois…

Glass Candy, dans la lignée de Desire en un peu plus remuant, fait son show et réussit à électriser la foule, sans doute grâce à la jolie robe dénudée de Ida No la chanteuse.

Le public, la sécurité du Social Club, l’ambiance inexistante font que cette soirée ne restera pas dans les annales mais ce fut un vrai bonheur de pouvoir enfin écouter en live le crew, presque au grand complet, de Italians Do It Better. La prochaine fois, dans une autre salle avec de vrais passionnés, ça sera certainement d’une qualité supérieure…

Glass Candy – Computer Love (Live)

Date : 23 octobre 2009
Partager cet article
3 réponses sur « Italians Do It Better (than Parisians) au Social Club »

Ils ont sifflé Desire???

MON DIEU ces gens devraient être jugés pour ça.
Je suis presque content de ne pas avoir été à cette soirée pour ne pas avoir été témoin de ces réactions…

« La prochaine fois, dans une autre salle avec de vrais passionnés » j’essayerai d’y être pour le moment c’est vraiment triste de devoir côtoyer « des clones de Jean Sarkozy et leurs amies » pour voir le label Italians do it Better se produire…

En tout cas merci à toi, Fred d’avoir chroniqué ce concert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Chromatics - Kill for love - video

Chromatics – Kill for love

Le 4ème album de Chromatics, Kill for love est prévu pour janvier prochain, c’est aussi le titre du premier extrait disponible. Il convient parfaitement à ces temps d’incertitude, de désenchantement maussade : « I took a pill almost every night / In my mind I was waiting for change / While the world just stayed the…
Chronique CD : Desire - II

Ultra moderne solitude

La genèse du groupe Desire parait presque trop belle pour être crue mais il faudra bien se contenter de cette version puisque c’est la seule disponible et elle est sans doute véridique.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…