Andoni Iturrioz ex Je rigole ne rigole plus. « Nous sommes au moyen âge, la terre est une terre de goulag » scande-t-il dans une litanie oppressante, un chant de malheur à la Lautréamont mais pourtant, Le monde est magique.

Andoni Iturrioz est inclassable, poésie chantée ou chant lyrique, transporté, exalté ? C’est brut, brutal, implacable comme la folie de ce monde qui nous remue, nous bouleverse, nous trouble, nous ravage. Andoni Iturrioz fait dans le shaker musical, la bétonnière émotionnelle avec son disque, L’insolitude. En écoutant Andoni Iturrioz me revient une épigraphe d’Artaud au roman longtemps interdit de Nicolas Genka, L’épi monstre :

« L’artiste qui n’a pas ausculté le coeur de son époque, l’artiste qui ignore qu’il est un bouc émissaire, que son devoir est d’aimanter, d’attirer, de faire tomber sur ses épaules les colères errantes de l’époque pour la décharger de son mal-être psychologique, celui là n’est pas un artiste. »

Andoni Iturrioz – Le monde est magique

Andoni Iturrioz - L'insolitude

Andoni Iturrioz sera en concert à Paris (Limonaire) le 9 juin.