Alchimie à l’Huma avec les Chemical

Ce week-end a eu lieu, comme chaque année depuis 1930 la mythique Fête de l'Humanité au Parc de la Courneuve, qui cette fois-ci aura particulièrement vibré au son des basses, et pour cause : la tête d'affiche de ce samedi soir n'était autre que les rois de la puissance électronique, les Chemical Brothers.


Difficile de décrire ce live autrement qu’en parlant de puissance d’ailleurs, puisqu’il s’est agi de plus d’1h30 de son, d’images et de lumières, balancés en continu à une foule complètement insatiable.
En général, chez SK*, on préfère quand même quand il y a des instruments sur scène, mais il faut dire que les Chemical sont l’un des seuls groupes à faire exception à cette règle : leur musique et leurs visuels sont tellement grandioses qu’on ne s’ennuie jamais, on se laisse entraîner par le rythme effréné des images qui défilent, haletant entre les beats qu’ils envoient sans répit.

C’était bel et bien le cas hier soir, et ils ont démarré fort ! « Pas le temps de niaiser ! » me lâche mon acolyte lorsque commencent les premières notes de Hey Boy, Hey Girl en ouverture.
Puis tout s’enchaîne, déferlante auditive, cascade de sons, naufrage électronique et noyade dans leur espace-temps, le temps d’un concert.

Pour mon plus grand plaisir, Swoon, mon titre favori, accompagné de ses visuels légendaires, s’ensuit quelques minutes après, j’ai à peine eu le temps de l’attendre, le tourbillon Chemical est en marche. Ils mélangent les sons et les transitions tellement habilement qu’on s’y perd, mais on adore ça. Ne plus rien comprendre et juste vivre le son, reconnaître des notes par-ci, des images par-là, et essayer de deviner ce qui suivra.

The Chemical Brothers – Swoon

Si je devais résumer les temps forts de ce live, je citerais la présence de deux énormes robots sortis du sol de la scène et bougeant en rythme sur Under The Influence, leur clown mythique et sa déclaration solennelle « You are my children now« , ou encore les tubes lumineux et rougeoyants qui nous ont transcendés sur Star Guitar.

Sans oublier bien sur le retour aux sources version break beat 90’s lors duquel images et sons scandaient en chœur « C.H.E.M.I.C.A.L. » , le final majestueux sur Block Rockin Beats qui suivait un Escape Velocity résolument planant, et surtout, l’explosion de sensations à l’apogée de l’intensité du moment sur le crescendo Saturate. Inoubliable !

The Chemical Brothers – Saturate

Cadeau inespéré également, ils nous ont fait le parfait Got Glint, un titre bien trop souvent oublié.
Comme je m’y attendais, j’ai été submergée, et je n’ai qu’un seul conseil à donner, voir les Chemical Brothers en live donne réellement une nouvelle dimension à leur musique, car ils ont beau pousser des boutons, ils nous offrent un show d’une ampleur digne d’une symphonie.
Si tous les DJs pouvaient faire pareil, j’irais voir plus d’électro ! Un grand bravo.

The Chemical Brothers – Got Glint

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Cela pourrait vous intéresser

Inigo Montoya - Nuit Blanche

Inigo Montoya en pleine lumière

Vous n’avez pas pris assez de couleurs cet été ? Inigo Montoya nous allume dans un jardin des délices aux néons évocateurs.
Deep Purple - Fête de l'Huma 2009, 12 septembre 2009

Deep Purple, Les Wampas, Arthur H et The Kooks à la fête de l’Huma 2009

Ce week-end a eu lieu, comme chaque année depuis 1930 la mythique Fête de l’Humanité au Parc de la Courneuve, qui cette fois-ci aura particulièrement vibré au son des basses, et pour cause : la tête d’affiche de ce samedi soir n’était autre que les rois de la puissance électronique, les Chemical Brothers. Difficile de décrire ce live autrement qu’en…

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.