Les bonnes vibrations de Benjamin Dean Wilson

Ne cherchez plus l'injustice de l'année, elle s'appelle Benjamin Dean Wilson. Signé chez le label teuton Tapete, Benjamin Dean Wilson a publié un album qui trousse des mélodies à l'ancienne et qui fait écho à Nick Lowe et aux Magnetic Fields. Et ? Tout le monde s'en fiche.


Uniquement repéré par l’ami Boiteux, Dean Wilson est confiné dans l’ombre et n’accumule que 300 fans sur sa page Facebook. Pourtant, son premier album (Small Talk) ne manque pas d’arguments et surtout d’élégance.

Benjamin Dean Wilson

Comment as-tu rencontré Tapete Records ?

Benjamin Dean Wilson : Mon frère vit en Allemagne car il joue au basket-ball. Il m’a mis dans la tête l’idée de signer avec un label européen. Tapete faisait parfaitement l’affaire. Je leur ai envoyé une démo et ils l’ont écouté.

Quelle est ta formation musicale ?

Benjamin Dean Wilson : Si ta question évoque le disque, j’ai joué tous les instruments présents dessus et je n’ai pas de groupe qui m’accompagne.
Si ta question se réfère à ma personne, disons que j’ai commencé par faire du cinéma et de la télévision. Puis j’ai découvert le fait que je pouvais aussi raconter des histoires de manière aussi convaincante et intéressante avec des chansons.

Pourquoi as-tu appelé ton album « Small Talk » ?

Benjamin Dean Wilson : Je pense que la majorité des personnages de ce disque ont quelques petits soucis et cela leur semble énorme. Les histoires de ce disque me rappellent les petites histoires qu’on s’échange entre amis lors du repas ou ailleurs… « Hé, tu as entendu parler de ça ? »

Comment un type de Tulsa (Oklahoma) peut connaître Serge Gainsbourg ?

Benjamin Dean Wilson : J’avais une correspondante qui vivait à Paris. Nous avons pas mal échangé quand nous étions adolescents. Elle est responsable de mon bonne éducation à la culture française.

Pourquoi avoir choisi une portrait de toi en noir et blanc pour la pochette ?

Benjamin Dean Wilson : Pour des raisons esthétiques et non métaphoriques. La plupart du temps, mes goûts sont décrits comme minimalistes.

Comment écris-tu tes chansons ? Les paroles en premier ?

Benjamin Dean Wilson : Normalement je commence au piano. Je pars toujours d’une petite mélodie pour arriver à construire une chanson. Une fois que j’ai trouvé cette mélodie, je laisse les paroles s’accaparer la mélodie.

On peut lire sur le site d’Allmusic à propos Small Talk : Benjamin Dean Wilson, arrangeur, compositeur et producteur. Pourquoi travailles-tu seul ? Pour des raisons économiques ?

Benjamin Dean Wilson : Pour des raisons économiques… C’est sûr. Mais à cette période de ma carrière, je pense que cela fait sens de travailler seul. L’année dernière j’ai acheté de nombreux instruments et tout le matériel d’enregistrement pour travailler seul. Je suis très impatient de collaborer avec d’autres artistes mais je n’aime pas perdre du temps avec des réunions et attendre des semaines avant d’enregistrer. Je préfère commencer à écrire seul et faire mes propres arrangements.

Qui est la personne qui chante avec toi sur William ?

Benjamin Dean Wilson : Emily Bell. Elle a un talent incroyable.
Elle est comptable mais elle a fait partie de ce « projet ». Je suis ravi qu’elle ait accepté de travailler avec moi.
Petite précision : elle est aussi ma femme.

Quelle est l’histoire de « So Cool » ?

Benjamin Dean Wilson : Steve Green est un mélange de plusieurs personnalités universitaires que j’ai rencontrées lors de mes études. Il me semble qu’ils voulaient tous rester « cools ».

Benjamin Dean Wilson – So Cool

Tu comptes venir faire un concert en France ? Quels sont tes projets pour 2017 ?

Benjamin Dean Wilson : Je n’ai pas de concerts programmés en France pour le moment… Mais j’ai dit à mes amis parisiens qu’ils pensent à moi.
Pour 2017 ? Continuer mes études de mathématiques, voyager, peindre…

TOP 10

1) Le meilleur album de 2015 ?

Benjamin Dean Wilson : Tracker de Mark Knopfler.

2) Le meilleur endroit pour voir un concert ?

Benjamin Dean Wilson : Red Rocks Amphitheater, Colorado.

3) Le meilleur endroit pouf faire un concert ?

Benjamin Dean Wilson : The Blue Whale, Route 66.

4) Ta bande originale de film préférée ?

Benjamin Dean Wilson : How to Succeed in Business Without Really Trying. (1967)

5) Le refrain ultime ?

Benjamin Dean Wilson : Une chorale d’enfants de dix ans qui chantent des chansons de Noël.

6)Ton plaisir coupable musical ?

Benjamin Dean Wilson : Meatloaf.

7) Ton artiste français préféré ?

Benjamin Dean Wilson : Camille Saint-Saëns.

8) Le CD ou le Vinyle ?

Benjamin Dean Wilson : Le vinyle. Toujours le vinyle.

9) Le producteur de tes rêves ?

Benjamin Dean Wilson : Ray Davies ou Paul Samwell-Smith.

10) New York ou Los Angeles ?

Benjamin Dean Wilson : Aucune des deux.

Small Talk de Benjamin Dean Wilson est disponible via Tapette Records.

Benjamin Dean Wilson - Small Talk


Tracklist : Benjamin Dean Wilson - Small Talk
  1. Sadie And The Fat Man
  2. So Cool
  3. William
  4. End Of Never Again
  5. My Wife
  6. Rick; I Tick Tock

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Plus dans Interviews

Skopitone Sisko

5 questions à … Skopitone Sisko

Skopitone Sisko s’offre avec Remember Tomorrow une quête intemporelle, pas à pas dans des paysages désertiques espagnols majestueux.
Lady J.

5 questions à … Lady J.

Vous connaissiez Lady Oscar ou Lady D. Découvrez Lady J.. Après Calm Belt, vient la tempête de douceur de Soul Whispers. L’occasion de mieux cerner l’Audrey Hepburn de la soul lyonnaise avant son concert pour la fête de la musique sur la scène du tremplin Wiki organisé par la Maison pour Tous salle des Rancy […]
Marilyne Léonard

5 questions à … Marilyne Léonard

Marilyne Léonard n’est plus seule dans la foule. Elle vient de sortir une mixtape chez Audiogram, Vie d’ange rassemblant ses premiers titres avant un album en préparation. En attendant, pour la sortie de son nouveau clip, Quand tu parles ci-dessous, elle répond à quelques questions et commente une playlist bien de son époque.
Bryon Parker

5 questions à … Bryon Parker

On vous a déjà dit tout le bien de 3 Consecutive Championships, le nouvel EP de Bryon Parker. On découvre davantage son univers musical avec une playlist composée de morceaux d’artistes avec lesquels il a joué au cours de ces quinze dernières années.