Dean Wareham sera en concert avec Luna le 12 octobre 2016.
Cette belle nouvelle a été l’occasion de réécouter tous les disques de Luna et de faire de nouveau ce constat accablant : Dean Wareham a écrit autant de bonnes chansons que Frank Black et a influencé une bonne partie des groupes de rock du vingtième-siècle.

Mais le succès n’a jamais vraiment frappé à la porte de ces esthètes warholiens.
Avant de jouer dans leur intégralité la sainte trilogie Bewitched, Penthouse & Rendezvous dans la salle The Chapel de San Francisco devant un public de dévots californiens, les Luna donneront un concert à Paris.

Dean Wareham

Vous allez jouer à Paris dans quelques semaines. Quelles relations entretiens-tu avec la France ? Quel est ton meilleur souvenir lié à ce pays ?

Dean Wareham : C’est toujours émouvant de revenir jouer en France. Britta et moi avons passé du temps ces dernières années en France : Nantes, Metz, St Brieuc, Marseille, la Champagne, Mulhouse, Toulouse. Mes concerts préférés étaient ceux donnés à l’église Saint Eustache avec les Screen Tests d’Andy Warhol en guise de décor. Un soir un orage a éclaté. Nous pouvions voir les éclairs à travers les vitraux. C’était très spécial.
Luna n’a pas joué à Paris depuis 2002. Notre dernier concert parisien est celui de La Boule Noire.
Je me rappelle aussi d’un autre concert, celui donné à L’Arapaho en 1995. C’était un club qui était installé dans un sous-sol. Il y avait une grève des transports et je me suis demandé si les gens allaient pouvoir venir. Ils sont venus…

Vous allez jouer les albums Bewitched, Penthouse and Rendezvous dans leur intégralité en janvier prochain. Qui a eu cette idée ? Pourquoi avoir choisi San Francisco pour y jouer ces concerts spéciaux ?

Dean Wareham : Un promoteur de cette ville (Folk Yeah !) nous a proposé cette opportunité. San Francisco est une ville où nous pouvons vendre aisément ces trois nuits. Ils aiment Luna là bas.

Quel album est le plus facile à jouer ? Le plus difficile ?

Dean Wareham : Nous avons choisi trois albums que nous pouvons jouer en live car nous les avons enregistrés en live. Les albums Pup Tent ou Romantica seraient bien plus difficiles à jouer car il y a une kyrielle d’autres instruments. Bewitched et Rendezvous ont juste besoin de deux guitares électriques, une basse et une batterie. C’est du pur Luna ! Hier nous avons répété quelques chansons de Penthouse et c’était amusant. Il y a quelques chansons que nous ne jouons pas souvent comme Bonnie & Clyde.

https://www.youtube.com/watch?v=tXeCLVsA5PQ

les enregistrements sont plus faciles quand le groupe vieillit

Quel album a été le plus difficile a enregistrer ? Le plus facile ?

Dean Wareham : Bewitched a été facile à enregistrer. Rendezvous fut le plus facile mais le groupe était dans une mauvaise période donc cela a rajouté du stress. Il y a une règle : les enregistrements sont plus faciles quand le groupe vieillit. Les arrangements sont plus faciles, les gens se soutiennent… Les choses prennent juste un peu plus de temps.

Quel est l’album le plus facile à jouer en live ?

Dean Wareham : Nous avons déjà joué quelques fois Penthouse donc nous savons que nous pouvons le faire. En réalité, nous répétons depuis hier et nous travaillons les chansons que nous ne jouons pas souvent comme Bonnie & Clyde que nous n’avons jouée depuis que Britta a rejoint le groupe et nous avons trouvé quelqu’un qui chante la partie Bardot.

Pourrais-tu décrire chaque album avec un seul mot ?

Dean Wareham : Bien sûr mais je ne pense pas que cela ait beaucoup de sens.

  • Lunapark : comprimé
  • Bewitched : l’heure d’été
  • Penthouse : rayonnant
  • Pup Tent : folie
  • The Days of Our Nights : perdu
  • Romantica : romantique
  • Rendezvous : le chant du cygne

Quel est ton meilleur souvenir pour chaque enregistrement ?

Dean Wareham :

  • Lunapark — découvrir que j’étais capable de chanter plus qu’une prise les chansons, chose que je n’avais jamais fait du temps de Galaxie 5000
  • Bewitched — Sterling Morrison qui est venu jouer de la guitare sur deux chansons.
  • Penthouse — Tom Verlaine qui est venu jouer de la guitare sur deux chansons. Deux solos magnifiques.
  • Pup Tent — Manger des tartes avec de la crème de banane.
  • The Days of Our Nights — Revenir dans le studio après avoir fini l’enregistrement du disque et reprendre Sweet Child ‘O’ Mine, Neon Lights , Emotional Rescue.
  • Romantica — Tomber amoureux pendant l’enregistrement de ce disque.

Tu peux me raconter l’histoire de Malibu Love Nest. Il s’agit de ma chanson préférée de Luna ?

Dean Wareham : Parfois il n’y a pas une mais plusieurs histoires derrière une chanson. Le riff d’ouverture m’a été inspiré par la chanson Mari de Martin Rev qui date de 1998. Le titre est celui d’une peinture d’Ed Ruscha. Et je ne sais pas comment je me suis débrouillé pour mettre Robespierre dans une chanson intitulée Malibu Love Nest mais je l’ai fait. J’étudie la Révolution Française mais je ne suis pas un expert.

Luna – Malibu Love Nest

Et la pochette de Bewitched ? Pourquoi avoir choisi cette photo ?

Dean Wareham : Michael Lavine avait pris de belles photos de Chloe Sevigny (avant qu’elle ne soit célèbre) assise dans un fauteuil-oeuf en train de regarder une télévision blanche qui flottait dans l’air. La maison de disques n’a pas aimé et nous a persuadé d’utiliser une photographie floue de cette télévision. J’ai regretté ce choix pendant des années. Quand nous avons réédité Bewitched il y a quelques années, nous avons retrouvé une photographie de ce fauteuil et nous l’avons utilisée pour la pochette.

Penthouse a été publié en 95. Quel est le meilleur disque sorti cette année là ?

Dean Wareham : Peut-être Wowee Zowee de Pavement. Mais je pense que Penthouse tient la route par rapport à tout ce qui est sorti cette année.

Luna - Penthouse

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Luna

[25] 23 minutes avec Dean et Mario

Deux ans après avoir vu jouer John Baumgartner et Sterling Morrison sur Bewitched, Dean Wareham et ses Luna s’enfoncent dans la pénombre des nuits new-yorkaises avec Tom Verlaine et Laetitia Sadier.
The Pastels (copyright The Pastels)

[1997 – 2017] Illumination, la toile de maître des Pastels

En 1997, les Pastels entrèrent en studio pour donner naissance à Illumination, leur quatrième album. Deuxième album pour Domino (qui les soutient comme aucun autre label ne soutient ses groupes), Illumination est un disque où les Pastels prennent tous les risques. Stephen McRobbie arrive à conserver l’A.D.N. des chansons des Pastels mais offrent à ces…
Luna - A Sentimental Education

Luna – A Sentimental Education

Luna revient en 2017 après quasiment une dizaine d’années de silence. Et comme Dean Wareham et sa bande ne font jamais rien comme personne, les Luna reviennent avec un disque de covers. Les critères de sélection ont été drastiques : ne sont repris ici que les artistes qui ont croisé la route du groupe. On…

Le Caire confidentiel de Dean Wareham

Depuis maintenant 30 ans, Dean Wareham fait les plus belles reprises du monde, que ce soit avec Luna ou les Galaxie 500. Luna étant de retour aux affaires à la rentrée, le label Double Feature vient de mettre en ligne le premier extrait de l’EP A Sentimental Education.
Luna

Luna nous prend par les sentiments

Alors que la planète s’écharpe pour savoir si le dernier single des Arcade Fire est bon ou mauvais, les Luna annoncent discrètement leur retour avec un album de reprises et un EP instrumental. Et avec Luna, on ne tergiverse pas : c’est forcément parfait.
Luna

Rendez-vous est pris avec Luna

Dean Wareham a remonté Luna en 2014 pour une tournée en Espagne. Après une tournée américaine en 2015, Luna a décidé de multiplier les bonnes nouvelles. La meilleure d’entre elles est la venue du groupe à Paris le 12 octobre 2016.

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…