Ruby Cube en forme(s) à la Flèche

Ruby Cube © Sarah Koeke
Lundi soir, SK* a de nouveau réussi à se dédoubler ! Course effrénée entre la clôture du Festival des Inrocks au Bataclan d'un coté, et Day One à La Flèche d'Or de l'autre, pour aller voir ce que donnaient en live mes chouchous du moment, les Ruby Cube.

Entourés pour l’occasion des très bons Thérapie Taxi et The Portalis, (que j’ai malheureusement loupés, mais qui, je le sais, feront parler d’eux très bientôt également) les Ruby Cube ont envoyé leurs notes colorées et leurs nappes de synthé à la hauteur de ce qu’on attendait !

Des allures de geeks dans le vent

Ils ouvrent sans attendre sur leur « tube », Lobsters & Cherries, au grand bonheur de toute l’assemblée qui commence tout juste à se chauffer.

Et là c’est parti, ces cinq mecs aux looks régressifs de fluokids des années 90, quelque part entre ados attardés et gamers invétérés se mettent à balancer la sauce comme jamais, et on est instantanément transportés. Ils vivent leur musique et nous emmènent avec eux, un savant mélange de rock indé et d’électro-pop acidulée, dont les nappes et les riffs ne peuvent que donner envie de danser et de battre la cadence sur un rythme effréné.

Samson, le chanteur, est plutôt communicatif et a une très chouette chemise psyché, raccord avec le délire musical que nous semblons traverser. Ils envoient les sons de leurs EPs, Blood In Love, leur dernière sortie en date, ainsi que quelques nouveautés qui présagent un avenir réjouissant et bariolé, avant de terminer, à notre grand regret.

Ruby Cube – Blood in Love

Mais la clôture n’est pas des moindre, car après l’annonce de leur dernier titre, ils entament une version de Jungle qui dure bien cinq ou sept minutes, toute en variations étoilées. Et quand, ô frustration, ils nous laissent sur notre faim, c’est pour reprendre de plus belle quelques secondes après, aux grands cris d’un public conquis et d’une ambiance à son apogée. En tout cas, je pense que les Ruby Cube n’ont pas fini de faire parler d’eux, et en live, je ne peux que les conseiller !

Ils seront à la Maison Sage à Paris ce soir même, mercredi 23 novembre, c’est gratuit alors il faut foncer !

Ruby Cube - Utopia

Date : 21 novembre 2016

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Cela pourrait vous intéresser

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Juliajacklin-lovetrynottoletgo

Vidéo : Julia Jacklin – Love, Try Not To Let Go

Oubliez la grenouille de Roger Glover, place à Julia Jacklin qui exhorte, « love, love is all that I want now » sur Love, Try Not To Let Go qui figure sur son nouvel album, PRE PLEASURE à paraître le 26 août 2022.
Timolonlejardinier-zombiep

5 questions à … Timoléon Le Jardinier

Tout est bon dans le Timoléon. Qu’il hésite entre Vishnou ou Arinna, entre Proust et Engels, Thibauld Labey (Trumpets of Consciousness) nous emballe avec une playlist enthousiasmante et quelques conseils pour l’été.

Plus dans Concerts (live reports)

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.