Loma donne le La

Loma© Bryan C. Parker
Louis - 11/01/2018

Prenez deux Cross Record (Emily Cross et Dan Duszynski) et un Shearwater (Jonathan Meiburg) et vous obtenez Loma. Ces trois-là se sont enfermés dans un studio perdu du Texas (Dandy Sounds Studios) pour enregistrer un premier album dont les deux premiers extraits nous ont retourné la tête.

Pourquoi avez-vous fait un pacte secret pour former ce groupe ?

Jonathan Meiburg : Après avoir été ensemble pendant une année en jouant chacun pour des groupes différents, nous nous sommes dits « Pourquoi ne pas essayer de jouer ensemble ? » Rêver à quelque chose de complètement nouveau est quelque chose d’assez excitant. Nous ne savions pas à quoi cela ressemblerait et nous voulions créer la surprise. D’ailleurs, qui ne veut pas travailler sur un projet secret ? C’est quelque chose d’assez drôle.

Loma – Relay Runner

Comment s’est passé l’enregistrement de ce premier disque ? Cela a été facile ?

Ce n’était pas vraiment facile, mais assez fascinant… Ce dont je suis sûr est que nous avons tous appris des choses surprenantes sur la musique et sur nous-mêmes.

Quelle est l’histoire de Black Willow ?

Nous savions que Black Willow clôturait l’album… Je voulais donc faire une chanson qui ressemble à la fin d’un voyage et au début d’un autre.

Loma – Black Willow

Comment avez-vous rencontré Andrew McGlennon, le réalisateur du clip de Black Willow ?

Il a travaillé sur des clips de Cross Record que nous aimons (Basket, Lemon). C’est pourquoi nous avons décidé de travailler avec lui.

Dans quel état d’esprit êtes-vous avant cette tournée sur la cote ouest américaine ?

Nous venons d’annoncer nos dates pour une tournée aux Etats-Unis qui aura lieu en avril et mai… Et je pense que nous annoncerons bientôt les dates européennes pour les mois de mai et juin. Bien sûr nous sommes un peu nerveux ! Mais tout va bien se passer. Nous avons répété pour la première fois le mois dernier. Quand nous avons commencé à jouer nous avons eu le même sentiment que lorsque nous faisions le disque… C’est quelque chose d’unique et de spécial. Les concerts vont être un plaisir pour nous en tant que musiciens mais aussi pour le public. Cela va être mémorable !

Loma de Loma sera disponible le 16 février 2018 chez Sub Pop/PIAS.
Loma sera en concert le 29 mai 2018 à L’Olympic Café (Paris).

Loma - Loma

Tracklist : Loma - Loma
  1. Who Is Speaking?
  2. Dark Oscillations
  3. Joy
  4. I Don't Want Children
  5. Relay Runner
  6. White Glass
  7. Sundogs
  8. Jornada
  9. Shadow Relief
  10. Black Willow

English text

Why did you make a secret pact to start a band together ?

After being on tour together for a year playing separately, we thought « Why not try playing together? »
It was exciting to dream up something completely new, without any expectations of what it would sound like—and we wanted it to be a surprise when we announced it. Besides, who doesn’t want to be working on a secret project? It’s fun.

How easy was the recording process of your first LP ?

It wasn’t exactly easy, but it was fascinating…I think it’s safe to say we all learned some surprising things about music and about each other.

What’s the story of Black Willow ?

We knew « Black Willow » would be closing song on the album, so I wanted to make a song that feels like the end of one journey and the beginning of another.

How did you meet Andrew McGlennon, the director of the Black Willow clip ?

He’d worked on some videos for Cross Record that we loved (for « Basket » and « Lemon »), so we decided to work with him for BW.

What’s your mood before your west coast tour ?

We’ve just announced our entire run of US dates for April/May…and I think we’re announcing Europe dates for May/June shortly. And of course we’re a bit nervous! But hopeful.
We met to run through the songs as a band for the first time last month, and when we started playing, we had the same feeling as when we were making the record—that this was something unique and special. The shows are going to be a pleasure for us as musicians—and I think they’re going to be memorable for audiences, too.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Twisted Wheel en roue libre

Les Twisted Wheel ouvrent ce soir pour Liam Gallagher au Zénith de Paris. Un mois avant la sortie de Satisfying The Ritual, leur troisième album, les Twisted Wheel peuvent rouler des mécaniques devant les fans d’Oasis et tester leurs nouvelles chansons.

Le b.a.-ba d’Anna B Savage

Les premiers morceaux d’Anna B Savage avaient séduit Father John Misty en 2015 à tel point que ce dernier l’avait embarquée sur sa tournée. Cette année, Anna B Savage ouvrira pour Destroyer sur sa tournée européenne et sortira un album chez City Slang. Tout va bien pour notre américaine préférée.

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

Beau comme du Manopolo !

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de…

Le monde est beau, The World is Haunted

Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

Soyez branché, écoutez les Ringards

Ils sont fans d’Oasis et des Libertines, ils viennent d’être mis en avant par la marque Fred Perry et ont trouvé le meilleur nom pour un groupe de rock. Arrêtez votre activité et écoutez les Ringards.

L’invitation de Pastel Coast

Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

The Pistachio Kid (is alright)

Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help chantaient les Beatles en 1965. En 2019, on chantonne doucement « Elp, I need my new elp ! » grâce à Violette Records.

Salvateurs Strawberry Seas !

Les Strawberry Seas ont la classe. Ils ont les bonnes influences, le bon son et le bon look. Et surtout de bonnes chansons.

Fanel

Fascinante Fanel

Après deux Eps The Mirror (2014) et You and I (2016), Fanel passe par la case album. Mélangeant toujours habilement la pop anglo-saxonnne et des influences nippones, Fanel redonne le sourire avec ses mélodies.

Furies

Des Furies en Trans !

L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est…

© Juliette Henrioud

[EXCLU] Vidéo : Dream Parade – Fools to the World

Encore une belle pépite venant du Westeros musical avec les valaisans de Dream Parade et leur nouvelle toile, pardon titre, Fools to the World extrait de leur premier album, Sisyphus qui sort le 31 janvier 2020 sur l’excellent label Le Pop Club Records.

Working Men's Club

Au boulot les Working Men’s Club !

Ils sont aussi énervés que les Idles et regardent du côté de l’électro des caves de Londres. Ils s’appellent les Working Men’s CLub et sont la nouvelle égérie du très chic label londonien Heavenly Recordings (Mark Lanegan, Unloved, Saint Etienne).

A ne pas rater dans Découvertes !