Catégories
Découvertes

Du côté de chez Lonny Montem et de Guillaume Charret

© Anna Farnoux

Quelques mois après avoir publié What Kind of Music Do You Play, Lonny Montem est partie s’isoler en Auvergne avec Guillaume Charret (Yules). Le résultat de cet exil volontaire est admirable. En sept chansons, ce duo redonne un souffle nouveau au folk chéri des 90’s… Et si Lonny Montem et Guillaume Charret emménageaient définitivement dans notre discothèque ?

Comment s’est faite la rencontre entre Lonny Montem & Guillaume Charret ?

Lonny Montem : Pendant un stage, au Studio des Variétés. Nous étions une quinzaine d’artistes à passer deux semaines de « structuration professionnelle ». Et à force d’entendre l’autre parler de musique, on a fini par se rapprocher. Et on a tout de suite beaucoup ri. Quelques mois après, Guillaume chantait sur mon 1er E.P la chanson Parallel Ride.
Guillaume Charret : C’est ce genre de rencontre où rien n’est forcé, les choses se font avec un naturel époustouflant, c’est ce qui la rend d’autant plus précieuse.

https://www.youtube.com/watch?v=5zk4ZWywiX0

Tara est la maison dans laquelle vous avez enregistré le disque. Et ce disque lui est « dédié ». Comment écrit-on à propos d’une maison ?

Lonny Montem : En fait, on ne parle pas tant de la maison en elle même que le sentiment qu’on éprouve à y rester, à deux comme ça, loin de tout. L’écriture en elle même est plus liée aux alentours de la maison. Le silence, la chaleur, l’isolement, le calme. Des choses plus dures aussi, comme la peur, l’isolement…
Guillaume Charret : Il faut savoir que les seuls proches voisins de cette maison sont les arbres et les collines à perte de vue. Cela a permit de se sentir en immersion dans la création de ce disque, la déconnexion avec le monde est un vrai luxe.

Comment avez-vous trouvé votre son ? Comment se sont repartis les rôles ?

Lonny Montem : Guillaume s’est intégralement occupé de l’enregistrement. J’avais écrit les chansons (sauf Little Lovers et bien sur les deux reprises), puis nous les avons arrangées à deux. Souvent nous nous levions le matin en attaquant une chanson qu’on amenait le plus loin possible à la fin de la journée. En matière de son, il était super important pour nous d’aller capter les bruits de la maison, le moindre craquement dans le bois, le feu de la cheminée. On s’est même servit de certains meubles pour créer des percussions.
Guillaume Charret : Nous sommes partis sans a priori, sans savoir ce que nous allions capter, à part une poignée de chansons préalablement écrites et une que nous avons terminée sur place. Se laisser surprendre et guider par les chansons, c’est tout ce que nous avons fait.

Vous avez ouvert pour Alex Lutz récemment. Comment un groupe de folk se retrouve en première partie d’un spectacle « comique » à L’Olympia ?

Lonny Montem : J’avais glissé un disque à Jean-Marc Dumontet. Par chance, ça lui a plu, et voilà ! On était comme des enfants.

Vous ne faites rien comme personne en fait. Quels sont les projets des mois à venir ?

Lonny Montem : Un départ dans un autre lieu, pour enregistrer un nouveau disque, cette fois-ci sur la route. Mais à priori toujours dans ce même format d’une semaine et de 7 chansons.
Guillaume Charret : Enregistrer sans pression de sortir quelque chose à la fin, c’est la clé.

TOP 10

1) Votre album préféré de 2018 ?

Lonny Montem : Pour l’instant, le dernier Belle & Sebastian.
Guillaume Charret : il n’est pas encore sorti alors je choisis un album de 2017, Semper Femina de Laura Marling.

2) Le disque que vous attendez le plus ?

Lonny Montem : Make Way For Love de Marlon Williams.
Guillaume Charret : Toute Latitude de Dominique A.

3) Le disque qui va forcément vous décevoir ?

Lonny Montem : Joker !
Guillaume Charret : C’est dur de savoir à l’avance… je ne sais pas du tout. Récemment j’ai été très déçu par le dernier The National mais peut-être que la rencontre a été ratée et que plus tard, je changerai d’avis sur ce disque.

4) Le refrain ultime ?

Lonny Montem : As the World Caves in de Matt Maltese.
Guillaume Charret : Seasons (Waiting on You) de Future Islands.

5) Votre bande originale de film préférée ?

Lonny Montem : Grosse hésitation entre Twin Peaks, Fargo, Babel et Magnolia.
Guillaume Charret : Pareil, j’hésite entre The Virgin Suicides de Air ou Lost in Translation mais je choisirai Rome de Danger Mouse et Daniele Luppi, c’est la BO d’un film imaginaire, enregistrée à Rome avec de grands musiciens italiens qui ont travaillé avec Ennio Morricone. Un must !

6) Votre disque honteux ?

Lonny Montem : Nirinjan Kaur qui chante des mantras. En matière de production c’est une catastrophe, mais le son de sa voix est trop beau. Elle chante des « Ooooommm »,c’est super re-centrant.
Guillaume Charret : Christopher Cross de Christopher Cross c’est l’album de Sailing, ce morceau me replonge dans l’enfance, le soleil et la douceur.

7) La meilleure salle pour voir un concert (en France ou à l’étranger) ?

Lonny Montem : J’ai un souvenir très ému du Métropolis à Montréal. J’ai vu Wilco là-bas et c’était trop génial.
Guillaume Charret : Le Royal Albert Hall, un rêve d’y avoir vu Goldfrapp avec le London Contemporary Orchestra.

8) La meilleure salle pour faire un concert (en France ou à l’étranger) ?

Lonny Montem : Le Petit Bain ! C’est vraiment ma salle préférée !
Guillaume Charret : Dur de choisir car le simple fait de faire un concert est déjà une grande joie alors je dirais L’Olympia, on y prend goût quand même.

9) Votre disque préféré de Belle & Sebastian ?

Lonny Montem : Le premier, Tigermilk !
Guillaume Charret : If you’re feeling sinister.

10) L’Auvergne ou l’Ile de France ?

Lonny Montem : L’Auvergne
Guillaume Charret : L’Auvergne aussi, le fromage y est meilleur.

Tara de Lonny Montem & Guillaume Charret sera publié le 13 avril 2018 chez Marjan Records.
Lonny Montem & Guillaume Charret seront en concert au Pop-Up du Label le 19 février 2018.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

L’Incandescence selon Lonny

À l’écoute du titre Incandescente, une conclusion s’impose dès les premières notes : Lonny a raccourci son nom de scène mais a augmenté son talent.

La fortune de Matthew Edwards & the Unfortunates

En 2017, on a découvert Matthew Edwards And The Unfortunates. Et on s’est senti à la fois soulagé et un peu idiot. Il y a donc encore des plumes de grand calibre en Angleterre… Mais il nous aura fallu cinq ans pour le reconnaître.
Lonny Montem

Lonny Montem, the Only One

Il y a Lonny Montem et les autres. Seule ou accompagnée de Guillaume Charret, elle arrive, par on ne sait quel miracle à écrire des chansons comme si elle était dans les Jayhawks ou dans les Black Crowes. Et c’est bien la première fois que quelqu’un du Vieux Continent fait aussi bien que les Yankees…
Lonny Montem & G. Charret

[EXCLU] Lonny Montem & G. Charret – Big Big House

Lonny Montem & G. Charret ont trouvé avec l’Auvergne leur eldorado musical. Notre duo français préféré a investi pendant quelques semaines Tara, une maison auvergnate, pour écrire et enregistrer leur premier effort. SK* vous propose en exclusivité le premier clip de nos Jayhawks locaux, Big Big House.

Plus dans Découvertes

Ela Minus

Maximus Ela Minus

Ela Minus est maousse costaud. Pas seulement parce qu’elle vient de Bogotá et a joué dès ses 12 ans et pendant 10 ans de la batterie pour Ratón Pérez, un groupe punk hardcore décolleur de tympan. Elle signe chez Domino un premier album addictif, Acts Of Rebellion, fruit de son expérience à la Berklee College…
OBI © Frank Loriou

La force d’OBI

Obi-Wan Kenobi affirme « l’œil ne voit que la surface des choses, ne t’y fie pas ». Alors il faut écouter OBI et suivre son odyssée jusqu’au collège Maurice-Scève délabré de la Croix Rousse à Lyon, métaphore ironique de nos sociétés sans valeurs.
Slight Of © Gracie Pendleton

Slight Of par petits bouts

On a découvert Slight Of avec Winter’s Maze et son clip poético -humaniste qui va à la rencontre des autres de son quartier, Brooklyn, ces Other people qu’on ne voit pas d’habitude. Il vient de sortir un album qui sent bon les 90′, sans Trump et virus.

Vote for Kiwi Jr. !

A cheval entre les Strokes et Pavement, les Canadiens de Kiwi Jr. font coup double avec leur nouveau single. En plus de nous faire remuer la tête comme au bon vieux temps, ces natifs de Toronto viennent de signer chez Sub Pop.
Mottron @Heart and Guts

L’intrusion de Mottron

Mottron n’est pas carré, il ne rentre pas dans les cases de la pop policée à la française. Il s’apprête à sortir son premier album, Giants le 30 octobre chez Pias Le Label.
Lomelda-Hannah © Tonje-Thilesen

Her name is Hannah !

Lomelda fait des merveilles de chansons. On avait beaucoup aimé M for Empathy l’an dernier, Hannah Read revient déjà avec Hannah, une collection de chansons bouleversantes.

Solaire Solaris Great Confusion

Accompagné par Elise Humbert au violoncelle, Yves Béraud à l’accordéon, Aurel Troesch aux guitares, Jérôme Spieldenner à la batterie, Foes Von Ameisedorf à la basse et Jacques Speyser aux chœurs, Stephan Nieser aka Solaris Great Confusion signe le disque le plus élégant de cette rentrée 2020.