Ravages va faire des… ravages

Ravages
Louis - 09/03/2018

Les fans de pop sombre ont le choix aujourd’hui. Ils peuvent dans un premier temps écouter le nouveau disque des Editors qui est aussi finaud qu’un plat de cassoulet avarié et vont donc faire rapidement une indigestion.
Ils peuvent aussi écouter l’EP de Ravages qui sert une cold-wave trois étoiles.


Le duo Ravages, composé de Simon Beaudoux et Martin Chourrout fait donc les choses délicatement avec un peu de malice et chamboule nos cœurs avec sa pop sombre et latine.

Quel a été l’événement déclencheur qui a permis la naissance de Ravages ?

Il n’y a pas vraiment un événement déclencheur, mais plutôt une série de petites choses accumulées. L’envie d’écrire en français d’abord, ce qu’on avait commencé à faire dans Exsonvaldes. Une envie aussi de retrouver un projet neuf, ou tout est à faire. Et puis l’envie de changer de méthode de travail, d’utiliser des instruments (synthés ou boite à rythme) qu’on utilisait moins avant. C’était dans nos têtes depuis longtemps, mais c’est évident que l’arrêt d’Exsonvaldes nous a donné l’occasion de concrétiser cette envie.

Ravages – Renaissance

Comment se sont répartis les rôles dans ce nouveau projet ? Qui écrit quoi ?

On écrit uniquement ensemble, à deux dans notre studio. Ça ne veut pas dire pour autant qu’on a exactement les mêmes rôles, Martin est plus compétent en production que moi, et en tant que chanteur je finalise souvent les textes. Mais tout est fait et décidé à deux.

Quelle est l’histoire de votre premier single, Abraxas ?

C’est un morceau qui porte un regard à la fois nostalgique et critique sur une certaine forme d’architecture, incarnée dans le morceau par Les Espaces d’Abraxas, une réalisation de l’architecte Ricardo Bofill, à Noisy-le-Grand. On est fascinés par les utopies architecturales, et ce qu’elles disent de nos tentatives de vivre ensemble, comment penser la ville et ses habitants. C’est une science absolument inexacte dont les expérimentations peuvent être très réussies, parfois malheureuses, souvent entre les deux.

Comment avez-vous réussi l’exploit de réunir Emma Broughton, Manon Grange, Dorothée Hannequin, Amandine Maissiat, Maud Lübeck, Catherine Piekarec dans un même studio ?

Ce n’était pas si compliqué ! On avait envie sur ce titre de plusieurs voix féminines sur le refrain, mélangées pour n’en créer plus qu’une, peu reconnaissable. Emma, Manon, Dorothée, Amandine, Maud et Catherine sont toutes des amies et on est très heureux de les avoir réunies en studio !

Pourquoi avoir choisi l’option de chanter en Français ?

Dans Ravages on est à la recherche d’une articulation entre l’intime et l’universel, ça nous semblait plus logique d’écrire dans notre langue maternelle. Et puis beaucoup des titres de Ravages commencent par de longues discussions entre Martin et moi, sur de multiples sujets. On note quelques phrases, et au bout d’un moment un morceau peut naitre. Et comme on ne discute pas en anglais…

TOP 10

1) Le disque que vous attendez le plus cette année ?

J’ai assez hâte d’écouter le prochain Beach House et l’album d’Agar Agar.

2) Votre disque préféré de 2017 ?

Susanne Sundfor, Music for people in trouble.

3) Le disque qui va forcément vous décevoir ?

Je n’attends pas de déception particulière cette année ! Mais en 2017 j’ai trouvé l’album d’Arcade Fire assez paresseux.

4) Joy Division ou New Order ?

Joy Division. Mais je changerai d’avis demain.

5) Manchester ou NYC ?

NYC. Mais je ne suis jamais allé à Manchester.

6) Le meilleur endroit pour faire un concert ?

Dans une ville qu’on ne connait pas. C’est agréable de voyager pour faire de la musique.

7) Le meilleur endroit pour voir un concert ?

J’aime beaucoup la salle du Café de la danse à Paris.

8) Le refrain ultime ?

Wouldn’t it be nice des Beach Boys.

9) MP3 ou Vinyle ?

J’ai une platine, mais j’écoute surtout Spotify.

10) Votre plaisir coupable en musique ?

On aime beaucoup de choses différentes et on ne se sent coupables de rien !

Ravages - Renaissance

Renaissance de Ravages est disponible chez Ravages.
Ravages sera en concert le 12 avril aux Trois Baudets (Paris).

Ravages - Renaissance

Tracklist : Ravages - Renaissance
  1. Gamma
  2. Disparition totale et définitive
  3. Renaissance
  4. Syracuse
  5. Abraxas

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

Beau comme du Manopolo !

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de…

Le monde est beau, The World is Haunted

Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

Soyez branché, écoutez les Ringards

Ils sont fans d’Oasis et des Libertines, ils viennent d’être mis en avant par la marque Fred Perry et ont trouvé le meilleur nom pour un groupe de rock. Arrêtez votre activité et écoutez les Ringards.

L’invitation de Pastel Coast

Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

The Pistachio Kid (is alright)

Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help chantaient les Beatles en 1965. En 2019, on chantonne doucement « Elp, I need my new elp ! » grâce à Violette Records.

Salvateurs Strawberry Seas !

Les Strawberry Seas ont la classe. Ils ont les bonnes influences, le bon son et le bon look. Et surtout de bonnes chansons.

Fanel

Fascinante Fanel

Après deux Eps The Mirror (2014) et You and I (2016), Fanel passe par la case album. Mélangeant toujours habilement la pop anglo-saxonnne et des influences nippones, Fanel redonne le sourire avec ses mélodies.

Furies

Des Furies en Trans !

L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est…

© Juliette Henrioud

[EXCLU] Vidéo : Dream Parade – Fools to the World

Encore une belle pépite venant du Westeros musical avec les valaisans de Dream Parade et leur nouvelle toile, pardon titre, Fools to the World extrait de leur premier album, Sisyphus qui sort le 31 janvier 2020 sur l’excellent label Le Pop Club Records.

Working Men's Club

Au boulot les Working Men’s Club !

Ils sont aussi énervés que les Idles et regardent du côté de l’électro des caves de Londres. Ils s’appellent les Working Men’s CLub et sont la nouvelle égérie du très chic label londonien Heavenly Recordings (Mark Lanegan, Unloved, Saint Etienne).

This Is Not Your Animal

Un groupe qui cite Hüsker Dü en interview ne peut pas être un mauvais groupe. C’est le cas de Not Your Animal qui vient de sortir Not Rock And Roll… Comme un gosse de deux ans, ce groupe est dans sa période du non. Mais on lui dit un grand oui quand on écoute Cannibale…

[BBmix 2019] Faites une cure de Carla dal Forno

Carla dal Forno, musicienne australienne installée à Berlin, avait publié en 2017 You Know What It’s Like, un premier disque hautement recommandable. Désormais établie à Londres, elle revient avec Look Up Sharp, un album qui va réchauffer le cœur glacé des fans de The Cure.

A ne pas rater dans Découvertes !