Ravages va faire des… ravages

Ravages
Louis 09/03/2018

Les fans de pop sombre ont le choix aujourd’hui. Ils peuvent dans un premier temps écouter le nouveau disque des Editors qui est aussi finaud qu’un plat de cassoulet avarié et vont donc faire rapidement une indigestion.
Ils peuvent aussi écouter l’EP de Ravages qui sert une cold-wave trois étoiles.


Le duo Ravages, composé de Simon Beaudoux et Martin Chourrout fait donc les choses délicatement avec un peu de malice et chamboule nos cœurs avec sa pop sombre et latine.

Quel a été l’événement déclencheur qui a permis la naissance de Ravages ?

Il n’y a pas vraiment un événement déclencheur, mais plutôt une série de petites choses accumulées. L’envie d’écrire en français d’abord, ce qu’on avait commencé à faire dans Exsonvaldes. Une envie aussi de retrouver un projet neuf, ou tout est à faire. Et puis l’envie de changer de méthode de travail, d’utiliser des instruments (synthés ou boite à rythme) qu’on utilisait moins avant. C’était dans nos têtes depuis longtemps, mais c’est évident que l’arrêt d’Exsonvaldes nous a donné l’occasion de concrétiser cette envie.

Ravages – Renaissance

Comment se sont répartis les rôles dans ce nouveau projet ? Qui écrit quoi ?

On écrit uniquement ensemble, à deux dans notre studio. Ça ne veut pas dire pour autant qu’on a exactement les mêmes rôles, Martin est plus compétent en production que moi, et en tant que chanteur je finalise souvent les textes. Mais tout est fait et décidé à deux.

Quelle est l’histoire de votre premier single, Abraxas ?

C’est un morceau qui porte un regard à la fois nostalgique et critique sur une certaine forme d’architecture, incarnée dans le morceau par Les Espaces d’Abraxas, une réalisation de l’architecte Ricardo Bofill, à Noisy-le-Grand. On est fascinés par les utopies architecturales, et ce qu’elles disent de nos tentatives de vivre ensemble, comment penser la ville et ses habitants. C’est une science absolument inexacte dont les expérimentations peuvent être très réussies, parfois malheureuses, souvent entre les deux.

Comment avez-vous réussi l’exploit de réunir Emma Broughton, Manon Grange, Dorothée Hannequin, Amandine Maissiat, Maud Lübeck, Catherine Piekarec dans un même studio ?

Ce n’était pas si compliqué ! On avait envie sur ce titre de plusieurs voix féminines sur le refrain, mélangées pour n’en créer plus qu’une, peu reconnaissable. Emma, Manon, Dorothée, Amandine, Maud et Catherine sont toutes des amies et on est très heureux de les avoir réunies en studio !

Pourquoi avoir choisi l’option de chanter en Français ?

Dans Ravages on est à la recherche d’une articulation entre l’intime et l’universel, ça nous semblait plus logique d’écrire dans notre langue maternelle. Et puis beaucoup des titres de Ravages commencent par de longues discussions entre Martin et moi, sur de multiples sujets. On note quelques phrases, et au bout d’un moment un morceau peut naitre. Et comme on ne discute pas en anglais…

TOP 10

1) Le disque que vous attendez le plus cette année ?

J’ai assez hâte d’écouter le prochain Beach House et l’album d’Agar Agar.

2) Votre disque préféré de 2017 ?

Susanne Sundfor, Music for people in trouble.

3) Le disque qui va forcément vous décevoir ?

Je n’attends pas de déception particulière cette année ! Mais en 2017 j’ai trouvé l’album d’Arcade Fire assez paresseux.

4) Joy Division ou New Order ?

Joy Division. Mais je changerai d’avis demain.

5) Manchester ou NYC ?

NYC. Mais je ne suis jamais allé à Manchester.

6) Le meilleur endroit pour faire un concert ?

Dans une ville qu’on ne connait pas. C’est agréable de voyager pour faire de la musique.

7) Le meilleur endroit pour voir un concert ?

J’aime beaucoup la salle du Café de la danse à Paris.

8) Le refrain ultime ?

Wouldn’t it be nice des Beach Boys.

9) MP3 ou Vinyle ?

J’ai une platine, mais j’écoute surtout Spotify.

10) Votre plaisir coupable en musique ?

On aime beaucoup de choses différentes et on ne se sent coupables de rien !

Ravages - Renaissance

Renaissance de Ravages est disponible chez Ravages.
Ravages sera en concert le 12 avril aux Trois Baudets (Paris).

Ravages - Renaissance

Tracklist : Ravages - Renaissance
  1. Gamma
  2. Disparition totale et définitive
  3. Renaissance
  4. Syracuse
  5. Abraxas

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Faire ami-ami avec Special Friend

Découvrir les Special Friend à la fin d’une journée, c’est finir en beauté cette journée si celle-ci était cool. Et c’est se consoler avec leurs morceaux si la journée a été pourrie. Ecouter Before, c’est l’assurance de croiser les ombres de Stephen McRobbie et des Yo La Tengo… Ecouter Low Tide, c’est retrouver une présence…

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

Tropical Fuck Storm

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

La grande évasion des Raptor !

Il n’y a pas que Banksy et le trip hop à Bristol ! Les Raptor viennent de sortir leur premier disque, Escapism enregistré à l’ancienne aux studios Bink Bonk et produit par Mat Sampson (Turbowolf, Kasabian).

Carriers

Carriers devrait faire carrière

Pilier de la scène de Cincinnati, Curt Kiser a monté le projet Carriers et arrive avec un premier album qui s’annonce comme un coup de maître.

LIFE

LIFE (is good)

On n’avait pas entendu parler de la ville de Hull (Yorkshire) depuis… Les Housemartins ? Le groupe Life, qui accompagne Idles sur leur tournée, devrait replacer cette ville sur la carte du rock avec leur album A Picture Of Good Health.

La musique très adroite de Gauche

Il n’y a pas que Fugazi à Washington D.C. ! Il y aussi Gauche qui s’apprête un sortir un joli disque chez Merge Records.

La chevauchée pop de The Soft Cavalry

Rachel Goswell n’a aucun défaut. Il y avait d’abord Slowdive et sa réapparition (impeccable) sur scène et dans les bacs des disquaires. Il y avait aussi Mojave 3, merveilleux trait d’union entre les années 90 et les années 2000. Et il y avait Waves Are Universal, son disque solo de 2004. Désormais, il y aura…

Sacré Gerry Cinnamon !

Liam Gallagher a triomphé à Glastonbury sans Oasis et a été désigné comme le grand vainqueur de l’édition 2019 de ce festival. Mais il y a plus fort que lui, un Écossais de 33 ans qui a triomphé sur scène, seul avec sa guitare. Son nom ? Gerry Cinnamon.

Olivier Rocabois, le feu follet pop

Évadé d’ALL IF, Olivier Rocabois prend la tangente et grille tout le monde par la droite. Mais il a mis son clignotant… Monsieur Rocabois a de l’éducation. Et du talent.

Biche

[Rock En Seine 2019] To Biche or not to Biche ?

To Biche voyons ! A Rock En Seine, il y aura du très lourd avec The Cure. Mais il y aura aussi des jeunes pousses qui ne demandent qu’à fleurir. C’est le cas de Biche et son psychédélisme finement ciselé qui s’apprête à jouer le 23 août 2019. Enquête sur ces gens bien sous tous…

Studio Electrophonique

Électrisant Studio Electrophonique

Violette Records, le label qui a réussi l’exploit de faire entrer Michael Head (Shack/The Pale Fountains) dans les charts anglais, s’apprête à publier Elp, une nouvelle collection de disques. Et c’est un certain James Leesley qui ouvre le bal.

Parfaite Julia Shapiro

En retrait des Chastity Belt, Julia Shapiro se lance dans une carrière solo et arrive dans les bacs cette semaine avec Perfect Version.

Carton plein pour les Catenary Wires

Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut pas être mauvais. Après avoir écouté Til The Morning des Catenary Wires, on vous le confirme : Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut qu’être bon.

A ne pas rater dans Découvertes !