Photos : Whatevershebringswesing @ A la maison, Lyon | 18.03.2018

Alors que j’écris ces quelques mots, le big bazar musical humaniste, Whatevershebringswesing s’apprête pour la troisième fois en deux jours à prendre la barque vagabonde et emmener telle l’arche de Noé, des amis, des quidams, des quidams qui vont devenir des amis sur une île apaisante habitée par une fée, un magicien et des lutins tous extraordinaires.

Tout commence par Youkali, le pays de nos désirs inventé par Kurt Weil. Et c’est la métaphore parfaite de ce que représente l’amicale musicale Whatevershebringswesing. Une setlist parfaite de titres d’artistes que l’on aime, un syncrétisme qui fait se rejoindre Laura Marling, Joseph Leon, Phil Spector, Gianmaria Testa, Elliott Smith, Peter Von Poehl, The Microphones, Canzoniere Grecanico Salentino, Micah P. Hinson et Jeanne Cherhal. Du français, de l’anglais, de l’italien, enfin un dialecte des Pouilles, du portugais, du violoncelle, de l’accordéon, du piano, des percussions délicates, de la basse (forcément sexy !), de la guitare, du violon ! N’en jetez plus ! un orchestre de chambre dans un salon !

Ce Youkali, c’est bien le bonheur, c’est bien le plaisir, c’est un rêve, une folie et Kurt Weil se trompe, il y a bien un Youkali, il se trouve montée Saint-Sébastien à la Croix Rousse à Lyon. Point de martyr ici, plutôt un petit miracle qui transforme les flageolets du dimanche en risotto aux truffes onctueux. Et pendant ce temps certaines oreilles écoutent entre autres le sublime hommage à Joseph Leon par Richard Robert, le voyage immobile dans le solar system de The Microphones par Zacharie J. Boissau, ou cette histoire impossible de Peter Von Poelh par Marguerite Martin qui montre au contraire que tout est possible. Merci pour cette grande évasion.

2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing
2018_03_18_whatevershebringswesing

La setlist de Whatevershebringswesing

Whatevershebringswesing est composé de :

Marguerite MARTIN – chant, violoncelle, guitalélé, percussions, chœurs
Richard ROBERT – chant, guitare, basse, orgue, chœurs
Suzie BARET-FABRY – accordéon, orgue, percussions
Zacharie J. BOISSAU – chant, guitare, basse, piano, orgue, percussions, chœurs
Marion BONDAZ – piano, percussions, chœurs
Laure ISSARTIAL – violon, chant, percussions, chœurs
Guillaume ITIER – percussions, orgue, chœurs
Stacey POPE – chant, basse, percussions, chœurs
et Franck LEMONDE – chant (mardi 20 mars uniquement)

Date : 18 mars 2018
Photographe

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]