Whyte Horses : Greater Manchester

Whyte Horses - Empty Words
Louis - 24/04/2018

Le disque de malade. Dom Thomas, fondateur du label mancunien de rééditions sixties Finders Keepers et membre unique de Whyte Horses vient de publier un disque de malade. Avec La Roux, Audrey Pic et Mélanie Pain de Nouvelle Vague en guise d’invitées, Thomas a écrit de nouveau un disque impeccable qui montre la pop anglaise sous son plus beau visage.

Efficace et exigeante, la musique de Thomas a fait tomber en pâmoison la presse anglaise. Il en va de même chez nous. En même temps, comment aurait-il pu en être autrement avec un type qui invite Jim Noir et Jez Williams des regrettés Doves sur son premier album.

Pourquoi avoir appelé ce disque Empty Words ?

Dom Thomas est le nom d’une des chansons de l’album. J’ai essayé de faire un disque qui parlait de notre époque et j’ai tenté de laisser tout ce qui m’entourait influencer mon écriture. Les chansons sont centrées sur le commentaire social, la technologie, les observations quotidiennes, Twin Peaks The Return… Tout cela est fait pour fonctionner avec mes mélodies. Je pense que la chanson éponyme de l’album résume bien les choses.

Whyte Horses – Empty Words

Votre album sort sur CRC Records. Comment vous-êtes vous rencontrés ?

Quelqu’un que j’ai connu a transmis certaines de mes démos à Charlie de CRC. Il a accroché de suite. je le respecterai toujours pour sa démarche. Pas mal de labels nous regardaient évoluer mais Charlie était le seul qui nous a vraiment compris et il a franchi le pas. De nos jours, les labels ne prennent aucun risque : ils veulent que le cadeau soit fini et emballé et déposé à leurs pieds.

Dans quel état d’esprit te trouves-tu aujourd’hui?

Aujourd’hui, je me sens très à l’aise avec le groupe et cela rend ma vie meilleure. L’écriture du deuxième album a été un amour de travail qui a repoussé mes propres limites Je commence à me sentir comme un vrai auteur de chansons maintenant… C’est assez nouveau pour moi cette carrière et je la chéris tous les jours.

Quellee est l’histoire de Counting Down The Years ?

Counting Down The Years est une histoire qui change de points de vue tout le temps. J’ai laissé tout ce qui entrait dans ma vie impacter mon écriture à ce moment-là. J’ai eu une vision du rythme de la chanson et j’ai su que je devais compléter une chanson qui pourrait être joviale tout en racontant pas mal de choses.

Whyte Horses – Counting Down The Year

Comment as-tu trouvé le son de ce disque ?

J’ai créé notre son dès la première minute du groupe. Je voulais utiliser des arrangements de cordes et donner à l’album un sentiment d’opéra pop. Ce ne fut pas facile tous les jours. J’ai travaillé avec Mike des studios de Love Buzz à Londres et Boe Weaver de l’île de Wight.

Tu viens de Manchester… C’est quelque chose qui est important pour toi ?

L’histoire de la ville est difficile à ignorer et je ne peux en être que fier. Ces dernières années, il y a eu une pénurie de bonne musique. Cela m’a un peu aidé d’une certaine façon. J’étais gêné avec des groupes comme Elbow qui représentent ma ville. Les groupes du passé sont maintenant suspendus comme un nœud autour du cou des groupes actuels. J’espère que nous pourrons remettre musicalement Manchester sur une carte.

Whyte Horses - Empty Words

Empty Words de Whyte Horses est disponible chez CRC Records.

Whyte Horses - Empty Words

Tracklist : Whyte Horses - Empty Words
  1. Counting Down The Years
  2. Never Took The Time
  3. Greatest Love In Town
  4. This Dream
  5. Empty Words
  6. Any Day Now
  7. Prelude
  8. Watching TV
  9. Ecstacy Song
  10. The Best Of It
  11. The Return
  12. Fake Protest Song
  13. Dawn Dont You Cry
  14. Nightmares Aren't real
  15. Fear Is Such A...
  16. Ride Easy

English text

What’s the reason behind the name of your new album (Empty Words) ?

Empty Words is the title song of the album, I was trying to make a record that spoke about the time we are in, I tried to let everything around me influence my writing. Songs centred around social commentary, technology, everyday observations, Twin Peaks The Return crafted to work with my melodies. I think the title song says everything about this point in time.

How did you meet CRC Records ?

Someone I knew passed on some of my demos to Charlie from CRC. He jumped straight on it, I’ll always respect him for it, lots of labels looked at us but Charlie was the only one who really got it and took the plunge. These days labels don’t take risks, they want the finished article gift wrapped and dropped on their knee.

What’s your state of mind today ?

Today I’m feeling very positive about the band and it’s making my life better. Writing the second album was a labour of love it pushed me to the edge. I’m starting to feel like a proper song writer now, it’s still quite new to me this career and I’m cherishing every day of it.

What’s the story of Counting Down The Years ?

Counting Down The Years is effectively a story that switches viewpoints throughout the song. I was letting everything that came into my life affect my writing at the time. I had a vision of the song’s rhythm and knew I had to complete a song that could be breezy but also tell a story that’s all encompassing.

How did you find the sound of this album ?

I’ve been crafting our sound from the first minute I thought about the band. I wanted to use string arrangements and give the album a pop opera feeling. It’s been a difficult process it took its toll to get it into the finished article. I worked with Mike from love buzz studios in London and boe weaver in Isle of Wight.

You are from Manchester.. It’s important for you ?

The history of the city is hard to ignore and I couldn’t be prouder. In recent years there’s been a dearth of good music so that’s helped me in a way. I was getting embarrassed with bands like Elbow representing my city. The bands from the past are now hanging like a noose around the current bands necks. Hopefully we can put Manchester back on the map musically.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Twisted Wheel en roue libre

Les Twisted Wheel ouvrent ce soir pour Liam Gallagher au Zénith de Paris. Un mois avant la sortie de Satisfying The Ritual, leur troisième album, les Twisted Wheel peuvent rouler des mécaniques devant les fans d’Oasis et tester leurs nouvelles chansons.

Le b.a.-ba d’Anna B Savage

Les premiers morceaux d’Anna B Savage avaient séduit Father John Misty en 2015 à tel point que ce dernier l’avait embarquée sur sa tournée. Cette année, Anna B Savage ouvrira pour Destroyer sur sa tournée européenne et sortira un album chez City Slang. Tout va bien pour notre américaine préférée.

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

Beau comme du Manopolo !

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de…

Le monde est beau, The World is Haunted

Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

Soyez branché, écoutez les Ringards

Ils sont fans d’Oasis et des Libertines, ils viennent d’être mis en avant par la marque Fred Perry et ont trouvé le meilleur nom pour un groupe de rock. Arrêtez votre activité et écoutez les Ringards.

L’invitation de Pastel Coast

Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

The Pistachio Kid (is alright)

Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help chantaient les Beatles en 1965. En 2019, on chantonne doucement « Elp, I need my new elp ! » grâce à Violette Records.

Salvateurs Strawberry Seas !

Les Strawberry Seas ont la classe. Ils ont les bonnes influences, le bon son et le bon look. Et surtout de bonnes chansons.

Fanel

Fascinante Fanel

Après deux Eps The Mirror (2014) et You and I (2016), Fanel passe par la case album. Mélangeant toujours habilement la pop anglo-saxonnne et des influences nippones, Fanel redonne le sourire avec ses mélodies.

Furies

Des Furies en Trans !

L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est…

© Juliette Henrioud

[EXCLU] Vidéo : Dream Parade – Fools to the World

Encore une belle pépite venant du Westeros musical avec les valaisans de Dream Parade et leur nouvelle toile, pardon titre, Fools to the World extrait de leur premier album, Sisyphus qui sort le 31 janvier 2020 sur l’excellent label Le Pop Club Records.

Working Men's Club

Au boulot les Working Men’s Club !

Ils sont aussi énervés que les Idles et regardent du côté de l’électro des caves de Londres. Ils s’appellent les Working Men’s CLub et sont la nouvelle égérie du très chic label londonien Heavenly Recordings (Mark Lanegan, Unloved, Saint Etienne).

A ne pas rater dans Découvertes !