Whyte Horses : Greater Manchester

Whyte Horses - Empty Words
Louis 24/04/2018

Le disque de malade. Dom Thomas, fondateur du label mancunien de rééditions sixties Finders Keepers et membre unique de Whyte Horses vient de publier un disque de malade. Avec La Roux, Audrey Pic et Mélanie Pain de Nouvelle Vague en guise d’invitées, Thomas a écrit de nouveau un disque impeccable qui montre la pop anglaise sous son plus beau visage.

Efficace et exigeante, la musique de Thomas a fait tomber en pâmoison la presse anglaise. Il en va de même chez nous. En même temps, comment aurait-il pu en être autrement avec un type qui invite Jim Noir et Jez Williams des regrettés Doves sur son premier album.

Pourquoi avoir appelé ce disque Empty Words ?

Dom Thomas est le nom d’une des chansons de l’album. J’ai essayé de faire un disque qui parlait de notre époque et j’ai tenté de laisser tout ce qui m’entourait influencer mon écriture. Les chansons sont centrées sur le commentaire social, la technologie, les observations quotidiennes, Twin Peaks The Return… Tout cela est fait pour fonctionner avec mes mélodies. Je pense que la chanson éponyme de l’album résume bien les choses.

Whyte Horses – Empty Words

Votre album sort sur CRC Records. Comment vous-êtes vous rencontrés ?

Quelqu’un que j’ai connu a transmis certaines de mes démos à Charlie de CRC. Il a accroché de suite. je le respecterai toujours pour sa démarche. Pas mal de labels nous regardaient évoluer mais Charlie était le seul qui nous a vraiment compris et il a franchi le pas. De nos jours, les labels ne prennent aucun risque : ils veulent que le cadeau soit fini et emballé et déposé à leurs pieds.

Dans quel état d’esprit te trouves-tu aujourd’hui?

Aujourd’hui, je me sens très à l’aise avec le groupe et cela rend ma vie meilleure. L’écriture du deuxième album a été un amour de travail qui a repoussé mes propres limites Je commence à me sentir comme un vrai auteur de chansons maintenant… C’est assez nouveau pour moi cette carrière et je la chéris tous les jours.

Quellee est l’histoire de Counting Down The Years ?

Counting Down The Years est une histoire qui change de points de vue tout le temps. J’ai laissé tout ce qui entrait dans ma vie impacter mon écriture à ce moment-là. J’ai eu une vision du rythme de la chanson et j’ai su que je devais compléter une chanson qui pourrait être joviale tout en racontant pas mal de choses.

Whyte Horses – Counting Down The Year

Comment as-tu trouvé le son de ce disque ?

J’ai créé notre son dès la première minute du groupe. Je voulais utiliser des arrangements de cordes et donner à l’album un sentiment d’opéra pop. Ce ne fut pas facile tous les jours. J’ai travaillé avec Mike des studios de Love Buzz à Londres et Boe Weaver de l’île de Wight.

Tu viens de Manchester… C’est quelque chose qui est important pour toi ?

L’histoire de la ville est difficile à ignorer et je ne peux en être que fier. Ces dernières années, il y a eu une pénurie de bonne musique. Cela m’a un peu aidé d’une certaine façon. J’étais gêné avec des groupes comme Elbow qui représentent ma ville. Les groupes du passé sont maintenant suspendus comme un nœud autour du cou des groupes actuels. J’espère que nous pourrons remettre musicalement Manchester sur une carte.

Whyte Horses - Empty Words

Empty Words de Whyte Horses est disponible chez CRC Records.

Whyte Horses - Empty Words

Tracklist : Whyte Horses - Empty Words
  1. Counting Down The Years
  2. Never Took The Time
  3. Greatest Love In Town
  4. This Dream
  5. Empty Words
  6. Any Day Now
  7. Prelude
  8. Watching TV
  9. Ecstacy Song
  10. The Best Of It
  11. The Return
  12. Fake Protest Song
  13. Dawn Dont You Cry
  14. Nightmares Aren't real
  15. Fear Is Such A...
  16. Ride Easy

English text

What’s the reason behind the name of your new album (Empty Words) ?

Empty Words is the title song of the album, I was trying to make a record that spoke about the time we are in, I tried to let everything around me influence my writing. Songs centred around social commentary, technology, everyday observations, Twin Peaks The Return crafted to work with my melodies. I think the title song says everything about this point in time.

How did you meet CRC Records ?

Someone I knew passed on some of my demos to Charlie from CRC. He jumped straight on it, I’ll always respect him for it, lots of labels looked at us but Charlie was the only one who really got it and took the plunge. These days labels don’t take risks, they want the finished article gift wrapped and dropped on their knee.

What’s your state of mind today ?

Today I’m feeling very positive about the band and it’s making my life better. Writing the second album was a labour of love it pushed me to the edge. I’m starting to feel like a proper song writer now, it’s still quite new to me this career and I’m cherishing every day of it.

What’s the story of Counting Down The Years ?

Counting Down The Years is effectively a story that switches viewpoints throughout the song. I was letting everything that came into my life affect my writing at the time. I had a vision of the song’s rhythm and knew I had to complete a song that could be breezy but also tell a story that’s all encompassing.

How did you find the sound of this album ?

I’ve been crafting our sound from the first minute I thought about the band. I wanted to use string arrangements and give the album a pop opera feeling. It’s been a difficult process it took its toll to get it into the finished article. I worked with Mike from love buzz studios in London and boe weaver in Isle of Wight.

You are from Manchester.. It’s important for you ?

The history of the city is hard to ignore and I couldn’t be prouder. In recent years there’s been a dearth of good music so that’s helped me in a way. I was getting embarrassed with bands like Elbow representing my city. The bands from the past are now hanging like a noose around the current bands necks. Hopefully we can put Manchester back on the map musically.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Faire ami-ami avec Special Friend

Découvrir les Special Friend à la fin d’une journée, c’est finir en beauté cette journée si celle-ci était cool. Et c’est se consoler avec leurs morceaux si la journée a été pourrie. Ecouter Before, c’est l’assurance de croiser les ombres de Stephen McRobbie et des Yo La Tengo… Ecouter Low Tide, c’est retrouver une présence…

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

Tropical Fuck Storm

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

La grande évasion des Raptor !

Il n’y a pas que Banksy et le trip hop à Bristol ! Les Raptor viennent de sortir leur premier disque, Escapism enregistré à l’ancienne aux studios Bink Bonk et produit par Mat Sampson (Turbowolf, Kasabian).

Carriers

Carriers devrait faire carrière

Pilier de la scène de Cincinnati, Curt Kiser a monté le projet Carriers et arrive avec un premier album qui s’annonce comme un coup de maître.

LIFE

LIFE (is good)

On n’avait pas entendu parler de la ville de Hull (Yorkshire) depuis… Les Housemartins ? Le groupe Life, qui accompagne Idles sur leur tournée, devrait replacer cette ville sur la carte du rock avec leur album A Picture Of Good Health.

La musique très adroite de Gauche

Il n’y a pas que Fugazi à Washington D.C. ! Il y aussi Gauche qui s’apprête un sortir un joli disque chez Merge Records.

La chevauchée pop de The Soft Cavalry

Rachel Goswell n’a aucun défaut. Il y avait d’abord Slowdive et sa réapparition (impeccable) sur scène et dans les bacs des disquaires. Il y avait aussi Mojave 3, merveilleux trait d’union entre les années 90 et les années 2000. Et il y avait Waves Are Universal, son disque solo de 2004. Désormais, il y aura…

Sacré Gerry Cinnamon !

Liam Gallagher a triomphé à Glastonbury sans Oasis et a été désigné comme le grand vainqueur de l’édition 2019 de ce festival. Mais il y a plus fort que lui, un Écossais de 33 ans qui a triomphé sur scène, seul avec sa guitare. Son nom ? Gerry Cinnamon.

Olivier Rocabois, le feu follet pop

Évadé d’ALL IF, Olivier Rocabois prend la tangente et grille tout le monde par la droite. Mais il a mis son clignotant… Monsieur Rocabois a de l’éducation. Et du talent.

Biche

[Rock En Seine 2019] To Biche or not to Biche ?

To Biche voyons ! A Rock En Seine, il y aura du très lourd avec The Cure. Mais il y aura aussi des jeunes pousses qui ne demandent qu’à fleurir. C’est le cas de Biche et son psychédélisme finement ciselé qui s’apprête à jouer le 23 août 2019. Enquête sur ces gens bien sous tous…

Studio Electrophonique

Électrisant Studio Electrophonique

Violette Records, le label qui a réussi l’exploit de faire entrer Michael Head (Shack/The Pale Fountains) dans les charts anglais, s’apprête à publier Elp, une nouvelle collection de disques. Et c’est un certain James Leesley qui ouvre le bal.

Parfaite Julia Shapiro

En retrait des Chastity Belt, Julia Shapiro se lance dans une carrière solo et arrive dans les bacs cette semaine avec Perfect Version.

Carton plein pour les Catenary Wires

Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut pas être mauvais. Après avoir écouté Til The Morning des Catenary Wires, on vous le confirme : Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut qu’être bon.

A ne pas rater dans Découvertes !