A la croisée des chemins de Bashung et de Air, OAKS surgit sans prévenir. Auteur d’un premier album en 2015, l’arrivée de leur deuxième album est une surprise. Une belle surprise. Chantant désormais en français, OAKS pratique une pop extrêmement élégante. Tellement élégante qu’on les imagine sur scène en costume avec un jeu de scène serré.

Pour se rendre compte de l’élégance folle de ces garçons, il faudra aller au Zèbre de Belleville le 18 mai 2018 pour la release party de ce nouvel album.
En attendant, entretien avec un des quatre OAKS, Pierre Welsh.

Que signifie le titre Les Matins Mauves ?

Pierre Welsh : Cela part d’un souvenir précis, une phrase prononcée sur les toits d’un loft à Amsterdam, à regarder l’aube naissante après une nuit blanche. Un moment de grande fatigue et de grand bonheur. Nous avons retenu ce titre pour l’album parce que j’ai une approche assez visuelle de la musique; le premier album était noir et blanc, parce que c’est ce que je voyais en écoutant la musique (un bloc homogène, très référencé, un peu rétro). Cet album est plus composite, comme la couleur mauve, c’est le mélange d’arrangements pop électro sur certains titres, de grooves qui sortent parfois de la pop traditionnelle, sur une toile de fond qui reste rock dans son ensemble. Le mauve, surtout le mauve des nuages de l’aube, c’est la couleur de l’élégance et de l’ambiguïté. Mais l’intérêt se trouve dans le titre complet: Les Matins Mauves (qui font suite aux nuits blanches). Contraste des couleurs, mais aussi des sensations; l’aube qui apaise après une nuit agitée. Contrastes au travers de l’album.

OAKS – Le Japon dans ma chambre

Le disque a été masterisé par Chab… Et pour l’enregistrement ? Vous avez fait les choses seuls ?

C’est un honneur pour nous d’avoir pu le faire masteriser par Chab, l’homme qui a masterisé des albums pour Daft Punk, entre autres. L’enregistrement s’est fait au studio TRAM 28, par Fabien Tessier qui avait également réalisé notre premier album. C’est un ami de longue date, nous avons même joué dans un groupe ensemble autrefois. C’est un peu le cinquième membre du groupe. En dehors de lui, Antoine Coinde, un ami qui a eu un long parcours au sein de labels, de maisons d’édition ou en tant que manager, est également intervenu, mais l’essentiel de la direction artistique est resté à l’intérieur du groupe. Et puis bien sûr, Lila Tamazit nous a offert sa superbe intervention en duo sur Mon insoumise.

Comment s’est passé l’enregistrement ? Cela a pris du temps ?

Contrairement au premier album, nous nous sommes plus livrés à des séances de laboratoire, à essayer des sons et des schémas rythmiques différents, nous avons pris beaucoup de risques en nous éloignant de ce que nous avions fait jusque là. Il y avait une véritable volonté de ne pas refaire le même album. Nous sommes allés parfois jusqu’à réécrire des titres entièrement alors qu’ils étaient déjà enregistrés. De ce monde, par exemple, était une ballade un peu dans l’esprit de Qui veut ma place. Ça fonctionnait bien. Sauf que c’était Qui veut ma place en moins bien. En revanche, on aimait le texte, on est donc reparti de là, on a tout déconstruit pour arriver à un morceau totalement différent, avec un groove et un arpégé très lancinants, et que je trouve très réussi.

Une fois qu’une piste est trouvée, l’exécution est en revanche très rapide compte tenu de l’expérience et des qualités des musiciens (je m’exclus de ce compliment, j’ai la chance d’être très bien accompagné !).

Comment définiriez vous votre son ?

Il y a une base rock qui est au cœur de notre culture musicale, mais ouverte à tout type d’influences. On y trouve des accents plus electro, comme sur les Matins Mauves ou Petit Homme, des grooves qui sortent des schémas pop/rock comme sur De ce monde ou Mon Insoumise. Notre son ne ressemble donc à rien de ce que j’entends en ce moment, précisément parce que nous n’avons pas peur d’assumer la modernité sans en faire un totem. Qui veut ma place a un son plus classique, et ce n’est pas un problème. Pour résumer, c’est un son qui a un caractère, une authenticité, et c’est là sa réelle singularité.

Quelle est l’histoire de la chanson Le Japon dans ma Chambre?

C’est un texte que j’ai écrit en 2011, au moment des événements de Fukushima. J’ai un rapport spécial au Japon où j’ai vécu plusieurs mois. La chanson parle de la manière dont les grands événements du monde interfèrent et se télescopent avec notre petite histoire personnelle et sont des marqueurs de notre propre histoire. C’est un thème qui revient souvent dans mes textes. Nous avons enregistré une version, avant même notre premier album. Le titre était efficace, mais trop banal et le refrain franchement un peu léger. Il est resté dans les oubliettes, car le premier album étant en anglais, il n’avait donc pas sa place. A la toute dernière minute, alors que l’album Les Matins Mauves était fini, j’ai insisté pour ré-essayer parce que je tenais au texte, et il y a eu un moment magique en studio, nous avons travaillé live, là encore en cassant le schéma rythmique, en repartant du chant pour repenser les harmonies, le refrain initial a carrément disparu. Le coté envoûtant a vraiment emmené tout le monde, c’est pourquoi il y a une partie instrumentale assez longue, pour capturer l’improvisation du moment à l’état brut. Ça a été bouclé en un jour, et c’est pour moi un des deux meilleurs titres de l’album. C’est ce mode de création que je veut systématiser pour l’enregistrement du troisième album. C’est comme çà que le groupe donne toute sa dimension.

OAKS - Les matins mauves (qui font suite aux nuits blanches)

LES MATINS MAUVES (qui font suite aux nuits blanches) d’OAKS est disponible chez December Square Records/M & O Music. OAKS fera sa release party le 18 mai 2018 au Zébre de Belleville (Paris).

OAKS - Les Matins Mauves (qui font suite aux nuits blanches)

Tracklist : OAKS - Les Matins Mauves
  1. Les matins mauves
  2. De ce monde
  3. Le Japon dans ma chambre
  4. Les fins d’hiver
  5. Mon insoumise
  6. Petit homme
  7. Mon coeur est une ville
  8. Toujours sourire
  9. Les erreurs de ce monde
  10. Qui veut ma place

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Brisa Roché & Fred Fortuny - Freeze Where U R

Brisa Roché & Fred Fortuny – Freeze Where U R

A ma gauche, Brisa Roché, chanteuse américaine installée à Paris depuis quelques années. A ma droite, Fred Fortuny, musicien ayant travaillé avec une kyrielle d’artistes dont Da Silva. Au milieu, ce disque, Freeze Where U R, qui réchauffe les cœurs et qui a le parfum des notes de Carole King.
Brisa Roché & Fred Fortuny - Last Song

Vidéo : Brisa Roché & Fred Fortuny – Last Song

Une voix, un musicien ou vice et versa. Brisa Roché et Fred Fortuny sont étroitement unis depuis Takes en 2007 mais Freeze Where U R le 5 février 2021 chez Black Ash et December Square est plus qu’un aboutissement.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.

Le grand saut des Strawberry Seas

On oublie tout, c’est les vacances. On oublie tout, sauf de partir avec le nouveau single des Strawberry Seas qui sera notre tube de l’été.
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…

[EXCLU] Strawberry Seas – Lazy Girl

La maison de musique December Square (OAKS, Emmanuel Tellier, Sévigné et Matthew Edwards & The Unfortunates) nous prépare le meilleur pour la rentrée. La preuve en images avec Lazy Girl des Strawberry Seas !

Plus dans Découvertes

Entropie

Trop peu d’Entropie

Si les questionnements des Adolescentes de Sébastien Lifshitz vous ont touchés, si la liberté et l’insouciance de Caitlin et Fraser dans la solaire série de Luca Guadagnino We Are Who We Are vous ont bouleversés, vous serez séduits par le Teenager Summertime des quatre kids d’Entropie.
LAEL NEALE

L’aède Lael Neale

Sub Pop (Nirvana, Mudhoney, The Shins, Fleet Foxes et des dizaines d’autres) a signé Lael Neale. Et a bien fait…
Darc Rama

Lumineux Darc Rama !

Darc Rama en ce triste anniversaire n’a rien à voir avec Daniel (Darc). Davantage avec Robert (Smith) dont la sœur est la maman de Darc Rama et un père, Pearl Thompson, guitariste historique de The Cure.

Oh, Marina

Au croisement d’une compilation de Fiona Apple et de la discographie de Karen Carpenter, Marina Allen vient de trouver sa place. Et c’est Fire Records (The Chills, The Lemonheads et tant d’autres) qui se charge de propager les bonnes ondes.

La beauté Belfour

Lucie Mena et Michael Sacchetti nous emmènent sur les routes d’Auvergne avec une superbe chanson. Que demander de plus ? Un EP. Souhait exaucé dans quelques mois.
Chico Bernardes

Place à Chico Bernardes !

Il y a des conjonctions par la pensée, des combinaisons d’étoiles et l’on est à notre place. Avec Em Meu Lugar, Chico Bernardes balance un coup de boule de douceur, on a envie de le suivre dans sa pérégrination introspective même si penser à l’autre se perd, où l’oubli devient une punition.
Gabriel Edé

L’archange Gabriel

Pour faire vite, Gabriel Edé pourrait être le pendant chilien/brésilien de l’italien Andrea Laszlo De Simone avec ses mélodies barrées, ses harmonies bancales, ses arrangements luxuriants.