Catégories
Découvertes

Hilary Woods sort du bois

L’ex-JJ72 a rangé sa basse au placard et a dépoussiéré son piano. Le résultat de ce ménage de printemps est le très beau Colt, un album de huit morceaux qui nous transportent dans les montagnes de Twin Peaks.

Il y a quasiment vingt ans aujourd’hui, on regardait Buffy Contre Les Vampires et on écoutait Placebo. On avait aussi un petit faible pour les JJ72 qui auraient pu faire de grandes et belles choses s’ils ne s’étaient pas cramés tout seuls. De ce groupe, il nous reste aujourd’hui deux disques (qui ont au final très bien vieilli, à la différence de Brian Molko) et Hilary Woods. Comme nous, elle a pris un petit coup de vieux. Elle n’est plus bassiste et a coupé ses cheveux blonds. Après s’être rappelée à notre bon souvenir avec The River Cry (2013), la revoilà avec Colt, un album planant qui ferait passer les Mazzy Star pour Metallica.

Hilary Woods – Inhaler

A écouter dans son bain en regardant Twin Peaks. Ou en lisant la biographie de Brian Molko.

Hilary Woods - Colt

Colt d’Hilary Woods est disponible chez Sacred Bones Records.

Hilary Woods - Colt

Tracklist : Hilary Woods - Colt
  1. Inhaler

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

Plus dans Découvertes

Ela Minus

Maximus Ela Minus

Ela Minus est maousse costaud. Pas seulement parce qu’elle vient de Bogotá et a joué dès ses 12 ans et pendant 10 ans de la batterie pour Ratón Pérez, un groupe punk hardcore décolleur de tympan. Elle signe chez Domino un premier album addictif, Acts Of Rebellion, fruit de son expérience à la Berklee College…
OBI © Frank Loriou

La force d’OBI

Obi-Wan Kenobi affirme « l’œil ne voit que la surface des choses, ne t’y fie pas ». Alors il faut écouter OBI et suivre son odyssée jusqu’au collège Maurice-Scève délabré de la Croix Rousse à Lyon, métaphore ironique de nos sociétés sans valeurs.
Slight Of © Gracie Pendleton

Slight Of par petits bouts

On a découvert Slight Of avec Winter’s Maze et son clip poético -humaniste qui va à la rencontre des autres de son quartier, Brooklyn, ces Other people qu’on ne voit pas d’habitude. Il vient de sortir un album qui sent bon les 90′, sans Trump et virus.

Vote for Kiwi Jr. !

A cheval entre les Strokes et Pavement, les Canadiens de Kiwi Jr. font coup double avec leur nouveau single. En plus de nous faire remuer la tête comme au bon vieux temps, ces natifs de Toronto viennent de signer chez Sub Pop.
Mottron @Heart and Guts

L’intrusion de Mottron

Mottron n’est pas carré, il ne rentre pas dans les cases de la pop policée à la française. Il s’apprête à sortir son premier album, Giants le 30 octobre chez Pias Le Label.
Lomelda-Hannah © Tonje-Thilesen

Her name is Hannah !

Lomelda fait des merveilles de chansons. On avait beaucoup aimé M for Empathy l’an dernier, Hannah Read revient déjà avec Hannah, une collection de chansons bouleversantes.

Solaire Solaris Great Confusion

Accompagné par Elise Humbert au violoncelle, Yves Béraud à l’accordéon, Aurel Troesch aux guitares, Jérôme Spieldenner à la batterie, Foes Von Ameisedorf à la basse et Jacques Speyser aux chœurs, Stephan Nieser aka Solaris Great Confusion signe le disque le plus élégant de cette rentrée 2020.