Lonny Montem, the Only One

Lonny Montem © Louis Teyssedou
Louis - 31/10/2018

Il y a Lonny Montem et les autres. Seule ou accompagnée de Guillaume Charret, elle arrive, par on ne sait quel miracle à écrire des chansons comme si elle était dans les Jayhawks ou dans les Black Crowes. Et c’est bien la première fois que quelqu’un du Vieux Continent fait aussi bien que les Yankees du Nouveau Monde.

Il y a pire que les Français qui plagient les Beatles ou n’importe quel autre groupe de pop anglaise. Il y a les Français, voire les Européens qui se mettent à l’Americana ou au Bluegrass. C’est la catastrophe assurée. Ils auront beau se grimer en cow-boys, acheter des santiags chez Bata dans la banlieue de Melun… On restera toujours à Melun avec leurs chansons. Et il y a Lonny Montem. Elle ne porte pas de santiags mais arrive à nous emmener dans le Wyoming ou dans le Dakota du Nord avec ses chansons. Ses chansons sont un petit miracle. A chaque fois, c’est l’assurance d’un voyage dans les contrées de l’Amérique reculée.
Ecoutez Tara, lisez le nouveau tome d’America et buvez un bon café. Vous passerez un moment aux Etats-Unis et vous économiserez un billet d’avion.

Pourquoi t’es-tu lancée dans la musique ?

Lonny Montem : Qui ? Moi ? Oula ! C’est assez animal je pense.

Animal ?

Oui, tactile. Je fais de la musique depuis que je suis petite. Je me suis mise à l’alto à l’âge de 6 ans. Et le chant est arrivé à l’adolescence.
Je suis nulle dans tout le reste. Je n’ai donc pas trop le choix… J’étais nulle à l’école. Je ne pourrais pas faire autre chose.

Lonny Montem – Pour que je t’abandonne | Sofar Paris

Et pourquoi as-tu eu envie de chanter ?

C’est Joan Baez qui m’a donnée cette envie là. C’est grâce à ma mère. Quand j’avais 13 ans, j’écoutais les Plasticines, les Naasts. Mais la folk est arrivée assez rapidement. J’étais fascinée par les Jefferson Airplane, Patti Smith. Les 60’s et les 70’s m’ont accroché.
Ma première vraie émotion musicale, c’est Joan Baez. Et un concert de Patti Smith. J’avais quinze ans. C’était à la Cité de la Musique. Concert ultra sincère. J’étais au premier rang. Ce concert a été un vrai déclic.

Et tu as écrit des chansons à ce moment là ?

Non. J’avais du mal. Je pensais être incapable de sortir quelque de chose de bien. Je pensais que tout avait déjà été dit. Quand tu es adolescent, tu es dans l’imitation. Il a fallu attendre que quelque chose de difficile m’arrive. Là j’ai eu le besoin d’écrire.

Ce fut une écriture cathartique.

Oui, car au lieu de faire comme Dylan, j’ai fait comme… moi. J’avais quelque chose à dire, alors je l’ai écrit.

Tu as deux carrières : une solo et une avec Guillaume Charret. C’est cette dernière qui est mise en lumière en ce moment.

Car c’est la tournée.

Comment se passe-t-elle ?

Merveilleusement bien. C’est de plus en plus « spectaculaire ». On arrive à imposer notre marque de plus en plus.apidement. On a deux dates en décembre dont une première partie d’Elliott Murphy.

Tiens à ce propos, il faut que je te remercie. Grâce à toi, j’ai découvert une chanson sensationnelle d’Elliott Murphy.

Ah oui ? Laquelle ?

Tell Me. Je suis totalement bloqué sur cette chanson.

C’est bien d’être bloqué sur des chansons. C’est le cas pour moi en ce moment avec deux chansons du dernier album de Brisa Roché. Je tourne en boucle de suite. Mais pour en revenir à la tournée, tout se passe bien. Elle nourrit même mon écriture.

Tu écris pendant la tournée ?

Disons que j’avais pré-écrit. J’ai écrit un peu. Là, je vais m’y remettre.

Tu enregistres bientôt ?

Il faut que je finisse mes maquettes. Ce sera pour 2019.

Comment va Tara ? Comment tu le regardes aujourd’hui ?

Il vit sa vie. C’est génial. On l’a posé à un endroit et il voyage. Je lui fais confiance.

Vous avez prévu de publier un nouvel EP ?

Tout est encore au stade de projet. Par contre, il y a une création qui arrive avec le Conservatoire de Montbéliard. Il y aura un ensemble baroque qui jouera Tara avec nous deux. Ce sera plus orchestré, un peu plus théâtre. Et comme on aime bien les salles assises.

Pourquoi ?

Tara doit être joué dans des conditions assez calmes.

C’est une super année 2018 au final.

Oui. On est en octobre et j’ai déjà l’impression que c’est la fin de l’année. On a un projet de carte de vœux avec Pascal Blua d’ailleurs. On avait une chanson de Noël avec Guillaume et on va en faire un petit cadeau-carte de vœux. Je suis ravie de cette année. J’ai écrit mes premières chansons en français, j’ai commencé à bosser la scénographie… Mon album arrive. J’ai fait une belle première partie, plusieurs Trois Baudets. Et l’Olympia en première partie d’Alex Lutz. 2018 fut une grande année de travail. 2019 sera encore plus dédiée au travail : une tournée Tara avec Guillaume Charret, une autre avec Baptiste W. Hamon et l’enregistrement de mon deuxième disque.

Question totalement idiote pour finir cet entretien. Pourquoi t’appelles-tu Lonny Montem ?

Parce que c’est une référence à la montagne solitaire. Lonny serait un clin d’oeil à « lonely » et « Montem » veut dire « montagne », en latin. Je suis née à la montagne, c’est un élément qui m’a toujours touchée.

Tara de Lonny Montem et de G. Charret est disponible chez Marjan Records/La Baleine.
Lonny Montem et G. Charret seront en concert les :

  • 7 décembre 2018 au Foyer Georges Brassens (Beaucourt) en première partie d’Elliott Murphy.
  • 8 décembre 2018 à la maison du quartier Barbusse (Malakoff)

Lonny Montem & G. Charret - Tara

Tracklist : Lonny Montem & Guillaume Charret - Tara
  1. Big Big House
  2. Woman Now
  3. Please; Look After Me
  4. You Can Close Your Eyes
  5. Little Lovers
  6. Old Friends
  7. Burning Bridges

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Les Gelatine Turner tapent dans le dur

Les Gelatine Turner tapent dans le dur

Les frères de Gelatine Turner sont habillés comme des lads de Manchester. Mais au lieu de sonner comme les La’s ou Cast, les Gelatine Turner sonnent comme les… Gelatine Turner. Sur une base rock, les frères Audoynaud rappent et enchaînent les merveilles. En 2012, Aline regardait le ciel. En 2020, Gelatine Turner regarde derrière les…

Ondara de choc !

Ondara de choc !

C’est un conte contemporain ou plutôt une histoire de conviction. De Nairobi à Minneapolis, au plus près de son idole Dylan, aux Etats-Unis, J.S. Ondara veut vivre son ‘American Dream’ sur cette terre de liberté. Cruelles et infâmes désillusions depuis quelques jours.

Héroïques Hermetic Delight

Héroïques Hermetic Delight

Conseillés par Anna Calvi et produits par Charles Rowell des Crocodiles, les Hermetic Delight ont réussi à mettre dix ans pour sortir F.A. Cult, leur premier album. Des chansons du calibre de Common Love Square ou Glassdancers devraient tourner sur notre platine pendant au moins dix ans.

Do Nothing or die

Do Nothing or die

Les morceaux des Do Nothing devraient balayer d’un revers de main les yeux de chien battu de Grian Chatten des Fontaines DC et nous faire oublier les inoffensifs (donc déjà oubliés) Murder Capital.

KennyHoopla boom !

KennyHoopla boom !

KennyHoopla écrit des brulots qui doivent autant à Aphex Twin qu’aux premiers disques des Drums. Ce jeune Américain du Wisconsin débarque sans prévenir et trône en majesté avec How will i rest in peace if i’m buried by a highway?//, son premier EP.

(Beautiful) Blue Bones

(Beautiful) Blue Bones

Se recommandant de Mac DeMarco (pourquoi pas) et des Arctic Monkeys (surtout pas), ce Londonien a tout compris au catalogue Postcard Records et distille ses chansons à l’ancienne.

Le bon son de Katy J Pearson

Le bon son de Katy J Pearson

Bristol ne se résume pas à des gens tristes qui font d’immenses albums (Portishead) ou des gens totalement fous qui flinguent leur carrière malgré le fait d’avoir enregistré d’immenses albums (Strangelove)). La preuve avec Katy J Pearson, la nouvelle signature du label Heavenly Recordings. Qui pourrait devenir immense…

Les bons conseils de Gary Olson

Les bons conseils de Gary Olson

Gary Olson laisse de côté ses chers et tendres The Ladybug Transistor pour tenter l’aventure en solo. Avec sa trompette et les deux frères Åleskjær, Olson fait la démonstration que l’on peut faire simple et beau en même temps.

Merci PATRÓN !

Merci PATRÓN !

Lo risque de donner le la avec Patrón, son nouveau projet. Son précédent projet (Loading Data) étant en sommeil, Lo a monté Patrón et est parti vivre son rêve américain.

Le train-train zinzin de The Living Brain

Le train-train zinzin de The Living Brain

Actifs de 1995 à 2001, The Living Brain revient dans les bacs des disquaires avec Two Sides of The Brain, une anthologie qui sera à ranger entre une compilation des premières démos (excellentes) de THe Coral et les deux premiers albums de Cast.

Les Bdrmm ne sont pas HS

Les Bdrmm ne sont pas HS

Hull, nouvelle capitale du rock anglais ? Après avoir accueilli le MTV Unplugged de Liam Gallagher, la placide ville anglaise accouche d’un groupe franchement excitant. Mais que se passe-t-il à Hull ?

Power to Brigid Mae Power !

Power to Brigid Mae Power !

Enregistré avec Alasdair Roberts à Glasgow, le nouvel album de Brigid Mae Power pourrait réunir au coin du feu les fans de folk irlandais et les ascètes qui ne jurent que par Bill Callahan.

Captifs avec Cavetown

Captifs avec Cavetown

Version slacker d’Harry Potter, Cavetown sort son premier album chez Sire Records ce vendredi après avoir enquillé les titres sur son Bandcamp. Rendez-vous est pris avec ce garçon !

Tout va bien avec Every Bad !

Tout va bien avec Every Bad !

Tout va bien donc avec Porridge Radio qui nous claque un uppercut avec ce nouveau disque, le tristement bien nommé Every Bad.

Jacob Bellens change d’échelle !

Jacob Bellens change d’échelle !

Bon, Jacob Bellens ne pouvait pas prédire la claustration. Le divin danois sort le 3 avril chez Hfn son cinquième disque, My Heart Is Hungry And The Days Go By So Quickly et les jours à scruter notre cœur passeront peut être plus vite.

Écouter les Planet 1999 en 2020

Écouter les Planet 1999 en 2020

Planet 1999 ne nous met pas une disquette avec son premier EP publié par PC Music. Ces trois Français expatriés à Londres avaient séduit Slowdive avec leurs premiers morceaux au point d’être invités sur leur dernière tournée. De la fête, du shoegaze : bienvenue chez Planet 1999.

Sea, Sex & Sunshade

Sea, Sex & Sunshade

Sea, sex & Sunshade. On remplacera juste la mer par La Marne. Et on a tout bon. Les Sunshade débarquent dans notre quotidien sans prévenir. Les nouvelles chansons de ce duo français sont fortement addictives et devraient faire autant plaisir aux fans de Swell qu’aux fanatiques de folk heureux. Les titres de ce duo sont…

A cheval !

A cheval !

Bonny Light Horseman est un super groupe composé d’Eric D. Johnson (Fruit Bats, The Shins), du vétéran multi-instrumentiste Josh Kaufman (Craig Finn, Josh Ritter, The National) et de la chanteuse Anaïs Mitchell qui a triomphé à Broadway avec Hadestown l’an dernier et honorée d’un Grammy. Et cela donne un disque somptueux, profondément amoureux de la…

Bienvenue Gyslain.N

Bienvenue Gyslain.N

Découvert au tremplin du Kiwi Festival 2018 (inscription ici) initié par la Maison pour tous Salle des Rancy à Lyon, Gyslain.N est en train d’aller Au bout de [ses] rêves et on s’évade avec lui.

Twisted Wheel en roue libre

Twisted Wheel en roue libre

Les Twisted Wheel ouvrent ce soir pour Liam Gallagher au Zénith de Paris. Un mois avant la sortie de Satisfying The Ritual, leur troisième album, les Twisted Wheel peuvent rouler des mécaniques devant les fans d’Oasis et tester leurs nouvelles chansons.

A ne pas rater dans Découvertes !