Barry Moore, les yeux dans les yeux

Barry Moore© Louis Teyssedou
Louis - 14/03/2019

Nouvelle signature du label Spookland (Jain), Barry Moore débarque en France sans prévenir avec un single en béton armé. De béton il n’en est pas question dans le clip de Hey Now (le single en question). On découvre avec intérêt la ville où cet irlandais a grandi. Il est question de briques rouges, de pubs et d’usines.

Barry Moore, la découverte

Comment as-tu rencontré Spookland et Yodelice ?

Barry Moore : Je suis signé chez Spookland depuis deux ans et demi. J’étais de passage dans le studio de Maxime. J’ai chanté une chanson. Maxime s’est arrêté, m’a demandé d’en chanter une deuxième… Il m’a appelé deux trois jours plus tard et on a signé ensemble.

Barry Moore – Hey Now

Une rencontre coup de cœur !

Oui on partage pas mal de choses. On a le même goût pour le folk. On a aussi débuté de la même manière… On se complète parfaitement. Je passe beaucoup de temps chez Spookland.

Hey Now et son clip sont sortis il y a quelques semaines. Quelle est l’histoire de cette chanson ?

C’est l’histoire de ma vie. J’ai bossé dans les usines et fréquenté les bars et tous les endroits que l’on peut voir dans le clip. Et les figurants du clip sont mes amis et des membres de ma famille.

De quelle ville es-tu originaire ?

De Drogheda. C’est à 30 minutes de Dublin. C’est une ville industrielle coincée dans les années 80.

Oui l’architecture des maisons et le paysage m’ont fait penser à Blackpool…

C’est exactement ça. C’est très Manchester, très britannique. Je n’aime pas trop le dire car je ne suis britannique mais irlandais.

Quand as-tu écrit cette chanson ?

Il y a deux ans. J’étais avec Julien Martinez, un réalisateur qui travaillait dans le studio de Maxime. On a écrit ensemble sur différents projets. Il a produit le titre et j’ai écrit les paroles. L’histoire était écrite. Elle commence quand j’ai quinze ans et elle se termine à vingt et un an. J’ai fait quatre ans d’école de commerce et deux ans de master. J’ai travaillé dans des banques… J’ai fait tous les métiers possibles pour payer mes études. J’ai beaucoup joué dans la rue… J’ai toujours trouvé un coin tranquille pour jouer.

A quel âge as-tu écris tes premières chansons ?

J’avais quatorze ans je crois. J’étais en Californie. A partir de sept ans, on m’a obligé à apprendre le piano. Mon père est musicien. A chaque repas familial, mon père jouait beaucoup de musique. La guitare a été une révélation. J’ai pu arrêter le piano à condition que je fasse deux heures de guitare. J’ai écrit dès que j’ai commencé à jouer régulièrement de la guitare. C’était le début.

Tu ouvres ce soir pour Jain. Tu vas jouer des « vieilles » chansons.

Oui. Il y a des chansons qui datent de 2008. Elles ont plus de dix ans. J’ai pas mal de titres en ce moment.

Tu aimes bien enregistrer tes morceaux ?

C’est bizarre. Je suis très autocritique. C’est comme se regarder dans un miroir HD où tu pourrais voir tous les défauts de ta peau. Mais tu apprends beaucoup sur toi même grâce à ça. Je peux écrire et enregistrer dans la journée. Et tout transformer deux mois après. Le studio de Maxime est parfait pour cela. Il y a un très bel équipement. J’ai beaucoup de chance de travailler dans ces conditions.

Hey Now est sur Youtube. Tu lis les commentaires des auditeurs ?

Il n’y a pas de mauvaise pub pour le moment. J’ai regardé au départ. Je me concentre plus sur les concerts. Je laisse les choses se faire. J’ai beaucoup échangé avec Jain. Je me suis posé les mêmes questions qu’elle. Elle m’a pas mal rassuré. Et je ne m’attends pas à faire l’unanimité.

Top 5 Barry Moore

  1. Ton artiste français préféré ?
  2. J’adore Gainsbourg… Mais je vais répondre Tryo. J’ai appris le français en écoutant leurs chansons. C’est le groupe qui m’a introduit à la langue française.

  3. Paris ou Londres ?
  4. Paris.

  5. Ta bande originale de film préférée ?
  6. Un film récemment sorti sur les Beatles. La bande originale était… les Beatles de 62 à 66. J’ai toujours écouté les Beatles.

  7. Blur ou Oasis ?
  8. Blur.

  9. Le meilleur endroit sur terre pour voir un concert ?
  10. Il y a un bar à San Francisco. Il peut accueillir 200 personnes. J’ai vu les Stereophonics là-bas. J’avais 12 ans. Je suis irlandais et chez moi ils remplissent des stades de 80 000 personnes. Ils sont passés dans le public à la fin de ce concert à San Francisco. Ce qui est totalement inimaginable chez moi.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

Soyez branché, écoutez les Ringards

Ils sont fans d’Oasis et des Libertines, ils viennent d’être mis en avant par la marque Fred Perry et ont trouvé le meilleur nom pour un groupe de rock. Arrêtez votre activité et écoutez les Ringards.

L’invitation de Pastel Coast

Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

The Pistachio Kid (is alright)

Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help chantaient les Beatles en 1965. En 2019, on chantonne doucement « Elp, I need my new elp ! » grâce à Violette Records.

Salvateurs Strawberry Seas !

Les Strawberry Seas ont la classe. Ils ont les bonnes influences, le bon son et le bon look. Et surtout de bonnes chansons.

Fanel

Fascinante Fanel

Après deux Eps The Mirror (2014) et You and I (2016), Fanel passe par la case album. Mélangeant toujours habilement la pop anglo-saxonnne et des influences nippones, Fanel redonne le sourire avec ses mélodies.

Furies

Des Furies en Trans !

L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est…

© Juliette Henrioud

[EXCLU] Vidéo : Dream Parade – Fools to the World

Encore une belle pépite venant du Westeros musical avec les valaisans de Dream Parade et leur nouvelle toile, pardon titre, Fools to the World extrait de leur premier album, Sisyphus qui sort le 31 janvier 2020 sur l’excellent label Le Pop Club Records.

Working Men's Club

Au boulot les Working Men’s Club !

Ils sont aussi énervés que les Idles et regardent du côté de l’électro des caves de Londres. Ils s’appellent les Working Men’s CLub et sont la nouvelle égérie du très chic label londonien Heavenly Recordings (Mark Lanegan, Unloved, Saint Etienne).

This Is Not Your Animal

Un groupe qui cite Hüsker Dü en interview ne peut pas être un mauvais groupe. C’est le cas de Not Your Animal qui vient de sortir Not Rock And Roll… Comme un gosse de deux ans, ce groupe est dans sa période du non. Mais on lui dit un grand oui quand on écoute Cannibale…

[BBmix 2019] Faites une cure de Carla dal Forno

Carla dal Forno, musicienne australienne installée à Berlin, avait publié en 2017 You Know What It’s Like, un premier disque hautement recommandable. Désormais établie à Londres, elle revient avec Look Up Sharp, un album qui va réchauffer le cœur glacé des fans de The Cure.

Josienne Clarke

Avis de tempête : Josienne Clarke

Josienne Clarke entre dans votre vie en quelques secondes. Avec If I Didn’t Mind, le premier extrait d’In All Weather, on reste hypnotisé par cette douce ligne mélodique et par cette voix qui agit comme une déflagration. Et on se dit que la musique de Clarke ne va plus nous quitter.

Yo Yolande Bashing !

Rencontre improbable entre Alain Bashung et Yolande Moreau des Deschiens (pour le nom), fusion impromptue de Thiefaine et de Stromae, Yolande Bashing devrait révolutionner votre quotidien avec son premier album, le bien nommé Yolande et l’amour.

A ne pas rater dans Découvertes !