Barry Moore, les yeux dans les yeux

Barry Moore© Louis Teyssedou
Louis - 14/03/2019

Nouvelle signature du label Spookland (Jain), Barry Moore débarque en France sans prévenir avec un single en béton armé. De béton il n’en est pas question dans le clip de Hey Now (le single en question). On découvre avec intérêt la ville où cet irlandais a grandi. Il est question de briques rouges, de pubs et d’usines.

Barry Moore, la découverte

Comment as-tu rencontré Spookland et Yodelice ?

Barry Moore : Je suis signé chez Spookland depuis deux ans et demi. J’étais de passage dans le studio de Maxime. J’ai chanté une chanson. Maxime s’est arrêté, m’a demandé d’en chanter une deuxième… Il m’a appelé deux trois jours plus tard et on a signé ensemble.

Barry Moore – Hey Now

Une rencontre coup de cœur !

Oui on partage pas mal de choses. On a le même goût pour le folk. On a aussi débuté de la même manière… On se complète parfaitement. Je passe beaucoup de temps chez Spookland.

Hey Now et son clip sont sortis il y a quelques semaines. Quelle est l’histoire de cette chanson ?

C’est l’histoire de ma vie. J’ai bossé dans les usines et fréquenté les bars et tous les endroits que l’on peut voir dans le clip. Et les figurants du clip sont mes amis et des membres de ma famille.

De quelle ville es-tu originaire ?

De Drogheda. C’est à 30 minutes de Dublin. C’est une ville industrielle coincée dans les années 80.

Oui l’architecture des maisons et le paysage m’ont fait penser à Blackpool…

C’est exactement ça. C’est très Manchester, très britannique. Je n’aime pas trop le dire car je ne suis britannique mais irlandais.

Quand as-tu écrit cette chanson ?

Il y a deux ans. J’étais avec Julien Martinez, un réalisateur qui travaillait dans le studio de Maxime. On a écrit ensemble sur différents projets. Il a produit le titre et j’ai écrit les paroles. L’histoire était écrite. Elle commence quand j’ai quinze ans et elle se termine à vingt et un an. J’ai fait quatre ans d’école de commerce et deux ans de master. J’ai travaillé dans des banques… J’ai fait tous les métiers possibles pour payer mes études. J’ai beaucoup joué dans la rue… J’ai toujours trouvé un coin tranquille pour jouer.

A quel âge as-tu écris tes premières chansons ?

J’avais quatorze ans je crois. J’étais en Californie. A partir de sept ans, on m’a obligé à apprendre le piano. Mon père est musicien. A chaque repas familial, mon père jouait beaucoup de musique. La guitare a été une révélation. J’ai pu arrêter le piano à condition que je fasse deux heures de guitare. J’ai écrit dès que j’ai commencé à jouer régulièrement de la guitare. C’était le début.

Tu ouvres ce soir pour Jain. Tu vas jouer des « vieilles » chansons.

Oui. Il y a des chansons qui datent de 2008. Elles ont plus de dix ans. J’ai pas mal de titres en ce moment.

Tu aimes bien enregistrer tes morceaux ?

C’est bizarre. Je suis très autocritique. C’est comme se regarder dans un miroir HD où tu pourrais voir tous les défauts de ta peau. Mais tu apprends beaucoup sur toi même grâce à ça. Je peux écrire et enregistrer dans la journée. Et tout transformer deux mois après. Le studio de Maxime est parfait pour cela. Il y a un très bel équipement. J’ai beaucoup de chance de travailler dans ces conditions.

Hey Now est sur Youtube. Tu lis les commentaires des auditeurs ?

Il n’y a pas de mauvaise pub pour le moment. J’ai regardé au départ. Je me concentre plus sur les concerts. Je laisse les choses se faire. J’ai beaucoup échangé avec Jain. Je me suis posé les mêmes questions qu’elle. Elle m’a pas mal rassuré. Et je ne m’attends pas à faire l’unanimité.

Top 5 Barry Moore

  1. Ton artiste français préféré ?
  2. J’adore Gainsbourg… Mais je vais répondre Tryo. J’ai appris le français en écoutant leurs chansons. C’est le groupe qui m’a introduit à la langue française.

  3. Paris ou Londres ?
  4. Paris.

  5. Ta bande originale de film préférée ?
  6. Un film récemment sorti sur les Beatles. La bande originale était… les Beatles de 62 à 66. J’ai toujours écouté les Beatles.

  7. Blur ou Oasis ?
  8. Blur.

  9. Le meilleur endroit sur terre pour voir un concert ?
  10. Il y a un bar à San Francisco. Il peut accueillir 200 personnes. J’ai vu les Stereophonics là-bas. J’avais 12 ans. Je suis irlandais et chez moi ils remplissent des stades de 80 000 personnes. Ils sont passés dans le public à la fin de ce concert à San Francisco. Ce qui est totalement inimaginable chez moi.

Les prochains concerts de Barry Moore en France

DateSalleVilleTickets
14 May 2020La MaroquinerieParisAcheter un Ticket
17 Jul 2020Ambert Plan d'eauAmbertAcheter un Ticket
18 Jul 2020PARC RENE NICODOyonnaxAcheter un Ticket
12 Sep 2020LAC DE VIOREAUBourg De Joué-sur-erdreAcheter un Ticket
Dates de concerts fournies par Bandsintown
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Brigid Mae Power

Power to Brigid Mae Power !

Enregistré avec Alasdair Roberts à Glasgow, le nouvel album de Brigid Mae Power pourrait réunir au coin du feu les fans de folk irlandais et les ascètes qui ne jurent que par Bill Callahan.

Captifs avec Cavetown

Version slacker d’Harry Potter, Cavetown sort son premier album chez Sire Records ce vendredi après avoir enquillé les titres sur son Bandcamp. Rendez-vous est pris avec ce garçon !

Tout va bien avec Every Bad !

Tout va bien donc avec Porridge Radio qui nous claque un uppercut avec ce nouveau disque, le tristement bien nommé Every Bad.

JacobBellens_by_MathisSchmidt_0296

Jacob Bellens change d’échelle !

Bon, Jacob Bellens ne pouvait pas prédire la claustration. Le divin danois sort le 3 avril chez Hfn son cinquième disque, My Heart Is Hungry And The Days Go By So Quickly et les jours à scruter notre cœur passeront peut être plus vite.

Planet 1999

Écouter les Planet 1999 en 2020

Planet 1999 ne nous met pas une disquette avec son premier EP publié par PC Music. Ces trois Français expatriés à Londres avaient séduit Slowdive avec leurs premiers morceaux au point d’être invités sur leur dernière tournée. De la fête, du shoegaze : bienvenue chez Planet 1999.

Sea, Sex & Sunshade

Sea, sex & Sunshade. On remplacera juste la mer par La Marne. Et on a tout bon. Les Sunshade débarquent dans notre quotidien sans prévenir. Les nouvelles chansons de ce duo français sont fortement addictives et devraient faire autant plaisir aux fans de Swell qu’aux fanatiques de folk heureux. Les titres de ce duo sont…

Bonny Light Horseman

A cheval !

Bonny Light Horseman est un super groupe composé d’Eric D. Johnson (Fruit Bats, The Shins), du vétéran multi-instrumentiste Josh Kaufman (Craig Finn, Josh Ritter, The National) et de la chanteuse Anaïs Mitchell qui a triomphé à Broadway avec Hadestown l’an dernier et honorée d’un Grammy. Et cela donne un disque somptueux, profondément amoureux de la…

Gyslain.N - Welcome

Bienvenue Gyslain.N

Découvert au tremplin du Kiwi Festival 2018 (inscription ici) initié par la Maison pour tous Salle des Rancy à Lyon, Gyslain.N est en train d’aller Au bout de [ses] rêves et on s’évade avec lui.

Twisted Wheel en roue libre

Les Twisted Wheel ouvrent ce soir pour Liam Gallagher au Zénith de Paris. Un mois avant la sortie de Satisfying The Ritual, leur troisième album, les Twisted Wheel peuvent rouler des mécaniques devant les fans d’Oasis et tester leurs nouvelles chansons.

Le b.a.-ba d’Anna B Savage

Les premiers morceaux d’Anna B Savage avaient séduit Father John Misty en 2015 à tel point que ce dernier l’avait embarquée sur sa tournée. Cette année, Anna B Savage ouvrira pour Destroyer sur sa tournée européenne et sortira un album chez City Slang. Tout va bien pour notre américaine préférée.

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

Beau comme du Manopolo !

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de…

Le monde est beau, The World is Haunted

Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

A ne pas rater dans Découvertes !