Barry Moore, les yeux dans les yeux

Barry Moore© Louis Teyssedou
Louis 14/03/2019

Nouvelle signature du label Spookland (Jain), Barry Moore débarque en France sans prévenir avec un single en béton armé. De béton il n’en est pas question dans le clip de Hey Now (le single en question). On découvre avec intérêt la ville où cet irlandais a grandi. Il est question de briques rouges, de pubs et d’usines.

Barry Moore, la découverte

Comment as-tu rencontré Spookland et Yodelice ?

Barry Moore : Je suis signé chez Spookland depuis deux ans et demi. J’étais de passage dans le studio de Maxime. J’ai chanté une chanson. Maxime s’est arrêté, m’a demandé d’en chanter une deuxième… Il m’a appelé deux trois jours plus tard et on a signé ensemble.

Barry Moore – Hey Now

Une rencontre coup de cœur !

Oui on partage pas mal de choses. On a le même goût pour le folk. On a aussi débuté de la même manière… On se complète parfaitement. Je passe beaucoup de temps chez Spookland.

Hey Now et son clip sont sortis il y a quelques semaines. Quelle est l’histoire de cette chanson ?

C’est l’histoire de ma vie. J’ai bossé dans les usines et fréquenté les bars et tous les endroits que l’on peut voir dans le clip. Et les figurants du clip sont mes amis et des membres de ma famille.

De quelle ville es-tu originaire ?

De Drogheda. C’est à 30 minutes de Dublin. C’est une ville industrielle coincée dans les années 80.

Oui l’architecture des maisons et le paysage m’ont fait penser à Blackpool…

C’est exactement ça. C’est très Manchester, très britannique. Je n’aime pas trop le dire car je ne suis britannique mais irlandais.

Quand as-tu écrit cette chanson ?

Il y a deux ans. J’étais avec Julien Martinez, un réalisateur qui travaillait dans le studio de Maxime. On a écrit ensemble sur différents projets. Il a produit le titre et j’ai écrit les paroles. L’histoire était écrite. Elle commence quand j’ai quinze ans et elle se termine à vingt et un an. J’ai fait quatre ans d’école de commerce et deux ans de master. J’ai travaillé dans des banques… J’ai fait tous les métiers possibles pour payer mes études. J’ai beaucoup joué dans la rue… J’ai toujours trouvé un coin tranquille pour jouer.

A quel âge as-tu écris tes premières chansons ?

J’avais quatorze ans je crois. J’étais en Californie. A partir de sept ans, on m’a obligé à apprendre le piano. Mon père est musicien. A chaque repas familial, mon père jouait beaucoup de musique. La guitare a été une révélation. J’ai pu arrêter le piano à condition que je fasse deux heures de guitare. J’ai écrit dès que j’ai commencé à jouer régulièrement de la guitare. C’était le début.

Tu ouvres ce soir pour Jain. Tu vas jouer des « vieilles » chansons.

Oui. Il y a des chansons qui datent de 2008. Elles ont plus de dix ans. J’ai pas mal de titres en ce moment.

Tu aimes bien enregistrer tes morceaux ?

C’est bizarre. Je suis très autocritique. C’est comme se regarder dans un miroir HD où tu pourrais voir tous les défauts de ta peau. Mais tu apprends beaucoup sur toi même grâce à ça. Je peux écrire et enregistrer dans la journée. Et tout transformer deux mois après. Le studio de Maxime est parfait pour cela. Il y a un très bel équipement. J’ai beaucoup de chance de travailler dans ces conditions.

Hey Now est sur Youtube. Tu lis les commentaires des auditeurs ?

Il n’y a pas de mauvaise pub pour le moment. J’ai regardé au départ. Je me concentre plus sur les concerts. Je laisse les choses se faire. J’ai beaucoup échangé avec Jain. Je me suis posé les mêmes questions qu’elle. Elle m’a pas mal rassuré. Et je ne m’attends pas à faire l’unanimité.

Top 5 Barry Moore

  1. Ton artiste français préféré ?
  2. J’adore Gainsbourg… Mais je vais répondre Tryo. J’ai appris le français en écoutant leurs chansons. C’est le groupe qui m’a introduit à la langue française.

  3. Paris ou Londres ?
  4. Paris.

  5. Ta bande originale de film préférée ?
  6. Un film récemment sorti sur les Beatles. La bande originale était… les Beatles de 62 à 66. J’ai toujours écouté les Beatles.

  7. Blur ou Oasis ?
  8. Blur.

  9. Le meilleur endroit sur terre pour voir un concert ?
  10. Il y a un bar à San Francisco. Il peut accueillir 200 personnes. J’ai vu les Stereophonics là-bas. J’avais 12 ans. Je suis irlandais et chez moi ils remplissent des stades de 80 000 personnes. Ils sont passés dans le public à la fin de ce concert à San Francisco. Ce qui est totalement inimaginable chez moi.

Les prochains concerts de Barry Moore en France

DateSalleVilleTickets
18 Oct 2019Hotel ibis Styles Paris Pigalle MontmartreParisAcheter un Ticket
26 Oct 2019PARC DES EXPOSITIONS LES OUDAIRIESLa Roche Sur YonAcheter un Ticket
08 Nov 2019SALLE BEAUFILSMontagny-sainte-feliciteAcheter un Ticket
10 Nov 2019SALLE POLYVALENTEMontagny-les-buxyAcheter un Ticket
23 Nov 2019CENTRE CULTUREL - MJC CALONNESedanAcheter un Ticket
14 Dec 2019La Souris Verte / Scenes VosgesÉpinalAcheter un Ticket
Dates de concerts fournies par Bandsintown
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

Tropical Fuck Storm

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

La grande évasion des Raptor !

Il n’y a pas que Banksy et le trip hop à Bristol ! Les Raptor viennent de sortir leur premier disque, Escapism enregistré à l’ancienne aux studios Bink Bonk et produit par Mat Sampson (Turbowolf, Kasabian).

Carriers

Carriers devrait faire carrière

Pilier de la scène de Cincinnati, Curt Kiser a monté le projet Carriers et arrive avec un premier album qui s’annonce comme un coup de maître.

LIFE

LIFE (is good)

On n’avait pas entendu parler de la ville de Hull (Yorkshire) depuis… Les Housemartins ? Le groupe Life, qui accompagne Idles sur leur tournée, devrait replacer cette ville sur la carte du rock avec leur album A Picture Of Good Health.

La musique très adroite de Gauche

Il n’y a pas que Fugazi à Washington D.C. ! Il y aussi Gauche qui s’apprête un sortir un joli disque chez Merge Records.

La chevauchée pop de The Soft Cavalry

Rachel Goswell n’a aucun défaut. Il y avait d’abord Slowdive et sa réapparition (impeccable) sur scène et dans les bacs des disquaires. Il y avait aussi Mojave 3, merveilleux trait d’union entre les années 90 et les années 2000. Et il y avait Waves Are Universal, son disque solo de 2004. Désormais, il y aura…

Sacré Gerry Cinnamon !

Liam Gallagher a triomphé à Glastonbury sans Oasis et a été désigné comme le grand vainqueur de l’édition 2019 de ce festival. Mais il y a plus fort que lui, un Écossais de 33 ans qui a triomphé sur scène, seul avec sa guitare. Son nom ? Gerry Cinnamon.

Olivier Rocabois, le feu follet pop

Évadé d’ALL IF, Olivier Rocabois prend la tangente et grille tout le monde par la droite. Mais il a mis son clignotant… Monsieur Rocabois a de l’éducation. Et du talent.

Biche

[Rock En Seine 2019] To Biche or not to Biche ?

To Biche voyons ! A Rock En Seine, il y aura du très lourd avec The Cure. Mais il y aura aussi des jeunes pousses qui ne demandent qu’à fleurir. C’est le cas de Biche et son psychédélisme finement ciselé qui s’apprête à jouer le 23 août 2019. Enquête sur ces gens bien sous tous…

Studio Electrophonique

Électrisant Studio Electrophonique

Violette Records, le label qui a réussi l’exploit de faire entrer Michael Head (Shack/The Pale Fountains) dans les charts anglais, s’apprête à publier Elp, une nouvelle collection de disques. Et c’est un certain James Leesley qui ouvre le bal.

Parfaite Julia Shapiro

En retrait des Chastity Belt, Julia Shapiro se lance dans une carrière solo et arrive dans les bacs cette semaine avec Perfect Version.

Carton plein pour les Catenary Wires

Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut pas être mauvais. Après avoir écouté Til The Morning des Catenary Wires, on vous le confirme : Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut qu’être bon.

A ne pas rater dans Découvertes !