La ruée vers Lauret

photo © Sarah Baldhere

Mélodie Lauret fait sa rentrée avant tout le monde. Avant de sortir son deuxième EP en septembre, elle publie A quoi tu penses quand tu m’adores ?, un titre trash-slam-pop joliment mis en images par Eloise Coussy.
Entretien avec l’intéressée à propos de ce nouveau titre.

Quand a été écrit A quoi tu penses quand tu m’adores ? Ce fut un titre facile à écrire ?

Mélodie Lauret : Un des plus faciles oui ! Je pense que j’avais tellement besoin de ce titre que le moment où j’ai eu le déclic qu’il fallait, ça a été super évident. Et je suis contente car malgré ce processus de « plus j’écris vite mieux c’est » c’est un de mes textes dont je suis le plus fière.

Mélodie Lauret – À quoi tu penses quand tu m’adores ?

Comment as-tu rencontré Eloise Coussy ?

Je suis Eloïse sur Instagram depuis une éternité, elle n’avait pas du tout le nombre de followers qu’elle a maintenant. J’étais absolument fan de son travail. Autant au niveau du dessin que de ses mots (elle écrit beaucoup sur ses dessins). À travers ce qu’elle postait j’avais l’impression curieuse de la connaitre et qu’on se ressemblait beaucoup. Un jour je lui ai écrit pour lui dire tout ça et pour lui demander si elle voulait qu’on collabore. On a beaucoup discuté. C’était professionnel mais surtout très humain, très intime finalement.

Comment s’est déroulée votre collaboration ?

Je lui ai envoyé ma chanson puis nous en avons parlé des heures au téléphone. J’ai beaucoup parlé des raisons pour laquelle je l’ai écrite, j’ai essayé de décortiquer chaque ligne pour sa retranscription soit la plus fidèle possible à ma vérité. Mais je n’ai eu à faire aucun effort pour être comprise. Elle comprenait tout. C’était d’ailleurs assez troublant. Puis de là sont nées des images, certaines dont j’ai imaginé la direction, d’autres noms. Puis est née un clip en animation. C’est la première fois qu’Eloïse réalise un clip. Je suis très admirative. Surtout très fière que ça soit pour moi.

Ton EP arrive à la rentrée. Tu peux nous en dire un peu plus ?

Pour moi il est beaucoup plus intime que le premier. J’ai continué de travailler avec la même équipe, c’était important pour moi. Je parle des sujets qui me tiennent à cœur de manière plus frontale et personnel. C’est un premier pas avec l’univers que je veux affirmer sur le long terme. Sur le premier EP, j’étais plus narratrice. J’ai l’impression de me placer bien davantage comme actrice dans ces chansons-là. C’est des choses plus intérieures, plus sensibles (j’ai voulu plus de sons organiques par exemple) et en même temps beaucoup moins lisse, beaucoup plus brut. (et finalement peut être plus clivant).

Tu as des concerts prévus cet été ? A quoi va ressembler ton été 2020 ?

Mon été 2020 va surtout être consacré à préparer la rentrée que j’espère riche (en émotion hein, on pensera à l’argent un autre jour).

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Adrien Legrand

[EXCLU] Bel-Vu, beau disque

Qu’il évoque ses cicatrices des premiers pas ou son quartier d’enfance d’Hérouville-Saint-Clair, Adrien Legrand nous tend un miroir même si ses chansons sont autobiographiques. On se souvient aussi de ces doux étés où l’on se croyait sur le toit du monde ou les jeux en bas d’immeubles défraichis.
Lonny - Comme la fin du monde

Vidéo : Lonny – Comme la fin du monde

« La fin du monde n’est pas encore pour demain. » affirmait Tite-Live il y a un peu plus de deux mille ans et on ne peut lui donner tort malgré tous les efforts de l’humanité pour le foutre en l’air.
caramia-entreparenthses

Parenthèse désenchantée

Cara Mia fait onduler les corps avec Entre Parenthèses son nouveau titre avec l’aide de Thibault Eskalt et Pierre Locatelli (Pharms).

Plus dans News

Adrien Legrand

[EXCLU] Bel-Vu, beau disque

Qu’il évoque ses cicatrices des premiers pas ou son quartier d’enfance d’Hérouville-Saint-Clair, Adrien Legrand nous tend un miroir même si ses chansons sont autobiographiques. On se souvient aussi de ces doux étés où l’on se croyait sur le toit du monde ou les jeux en bas d’immeubles défraichis.
caramia-entreparenthses

Parenthèse désenchantée

Cara Mia fait onduler les corps avec Entre Parenthèses son nouveau titre avec l’aide de Thibault Eskalt et Pierre Locatelli (Pharms).
Spitzer

Spitzer traque Chevalrex

Après avoir dynamité Thousand, remué Aquaserge et secoué Sure, Spitzer enténèbre le déjà angoissant Tant de fois sans doute le morceau le plus sombre de Chevalrex extrait de son quatrième album, Providence.
kramies-ohioillbefine2

Kramies va toujours bien

Deux versions, deux ambiances, mais toujours en Ohio. Si Matt Berninger a quitté l’état du pavier même s’il demeure dans son sang, Kramies va bien, qu’il soit dans une forêt féérique ou sur le toit d’un bulding.