Catégories
Concerts (live reports) Photos de concert

Soirée Pyromane Records @ Nouveau Casino : Tokyo Sex Destruction, Gâtechien, Stetson !

Photos concert : Tokyo Sex Destruction @ Nouveau Casino, Paris | 11 février 2010
Le label clermontois Pyromane Records vient de voir le jour et nous propose de découvrir ses artistes. Une vague rock a donc pris d’assaut le Nouveau Casino puis que Clermont-Ferrand a été élue ville rock de l’année 2009 (si si, même Rue 89 en parlait). Sur scène : Stetson !, Gâtechien et les espagnols de Tokyo Sex Destruction.

Stetson !

La première impression qui m’a frappée au visage c’est qu’ils avaient ‘de la rage à revendre ces p’tits jeunes’. Les paroles sont entre cris et des marmonnements, la structure des morceaux n’est peut-être pas brouillon mais aléatoire c’est certain. Et si le rythme est flottant, la rigidité du batteur n’est pas à mettre en cause. Malgré tout, j’ai senti que derrière quelques imprécisions, l’ensemble me plaisait : mettons ça sur le fait qu’ils ont joué tôt, devant une salle clairsemée – ou que c’est pas si simple quand on joue plus devant des potes? Un regret, les solos de guitare n’étaient pas assez mis en avant au niveau des balances.

2010_02_10-stetson
2010_02_10-stetson
2010_02_10-stetson
2010_02_10-stetson
2010_02_10-stetson
2010_02_10-stetson
2010_02_10-stetson
2010_02_10-stetson
2010_02_10-stetson
2010_02_10-stetson
2010_02_10-stetson
2010_02_10-stetson

Gâtechien

Quelques coups de grosse caisse, comme au théâtre, pour attirer l’attention de la salle qui s’est plus ou moins remplie. Stetson était énergique, Gâtechien est intense. Avec juste une batterie réduite au minimum – pas de toms, juste caisse claire/grosse caisse/charley/crash et ride – et une basse, autant dire que c’est un groupe rythmique et minimaliste. Qui a dit que la basse était limitée ? Laurent joue sur les harmoniques de son manche pour les solos. Florian paraît moins engageant que le chanteur/bassiste dont le t-shirt Betty Boop scintillant annonce comme adepte de l’auto-dérision. Il est par contre dommage que les paroles aient été écrites lors d’une soirée binge drinking au coin d’une route de la soif.

2010_02_10-gatechien
2010_02_10-gatechien
2010_02_10-gatechien
2010_02_10-gatechien
2010_02_10-gatechien
2010_02_10-gatechien
2010_02_10-gatechien
2010_02_10-gatechien
2010_02_10-gatechien
2010_02_10-gatechien
2010_02_10-gatechien
2010_02_10-gatechien

Tokyo Sex Destruction

Que s’est-il passé ? Il est clair que les musiciens étaient bons : la basse était très développée, le batteur était très fluide, le guitariste était bon – mais avec la connexion ne s’est pas faite. Pourtant le chanteur s’est donné : il s’est frotté sur le synthé, il a frappé le micro contre sa poitrine, il a porté le pied de micro à bout de bras (non pas que ça apporte énormément au son)… mais rien n’y a fait. Les premiers rangs ont reculé et avaient donc de la place pour danser… alors que je m’attendais au moins à quelques pogos pour cette soirée: le public était aussi agité que pour Midlake ! Certains diront que la scène parisienne ne sait pas de lâcher, à ça je réponds que j’ai vu le public du Nouveau Casino se déchaîner pour moins que ça. Ou alors nous n’avons rien compris au conceptuel de Tokyo Sex Destruction ? ce n’était pas non plus expérimental, tout au plus du rock traditionnel mâtiné de tout ce que la musique peut apporter : du groove, du métal, du funk, du rap, du hip-hop… Je dirais juste que la sauce n’a pas pris. Pour ma part, j’ai même pas bougé ma tête en rythme *shrugs*

2010_02_10-tokyosexdestruction
2010_02_10-tokyosexdestruction
2010_02_10-tokyosexdestruction
2010_02_10-tokyosexdestruction
2010_02_10-tokyosexdestruction
2010_02_10-tokyosexdestruction
2010_02_10-tokyosexdestruction
2010_02_10-tokyosexdestruction
2010_02_10-tokyosexdestruction
2010_02_10-tokyosexdestruction
2010_02_10-tokyosexdestruction
2010_02_10-tokyosexdestruction
Date : 11 février 2010
Photos : Laurent
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

L'Epicerie Moderne (Lyon)

Lyon n’est pas mort

Bien sûr, Lyon possède de formidables petites structures qui font bouger chaque semaine la ville comme le Sonic, le Trokson, le Clacson, La Boulangerie du Prado, le kraspek myzik, le Toi Toi le Zinc ou encore le Grrrnd Zero souvent réservées aux pointillistes pointilleux de la musique ou aux aventuriers des sons perdus. A l’autre…
Programme du festival Europavox 2010

Europavox 2010, demandez le programme !

L’édition 2010 du festival Europavox de Clermont-Ferrand approche à grand pas. 60 groupes vont jouer dans quatre lieux dont la fameuse Coopérative de Mai qui a soutenu nombre d’artistes locaux à l’instar de Cocoon ou Zak Laughed.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…