Stereophonics et The Rodeo à l’Olympia

Stereophonics @ Olympia, Paris | 04 février 2010

Ils ont parsemé l’année 2001 de petits tubes avec ‘Have a Nice Day’ et ‘Mr Writer’ tirés de Just Enough Education To Perform. Néanmoins, Stereophonics c’est plus que de la pop rock acoustique et les Gallois sont venus nous le démontrer. Treize ans qu’est paru Words Get Around, et ils viennent, il y a quelques jours à peine, de sortir leur septième album studio intitulé Keep Calm and Carry On. En première partie, The Rodeo séduisait l’Olympia.

The Rodeo

Si vous êtes des habitués de nos pages, vous aurez compris qu’on aime beaucoup The Rodeo. Ce que j’aime c’est sa simplicité, elle n’a pas besoin d’en rajouter, sa musique et sa voix l’emportent. La dernière fois que je l’avais vue, Dorothée était accompagnée au synthé, mais cette fois-ci, c’est une batterie qui rythme ses mélodies. Après ‘Your Love Is Huge‘, elle joue et miaule sur ‘Hand Shadow‘, que j’aime particulièrement – peut-être parce qu’on en a fait une SK*(wat) session… Puis elle repart sur plus country (parce qu’après tout elle se nomme pas The Rodeo que pour l’anagramme) avec ‘Little Soldier‘.
Ses chansons ont une structure complexe, aux rythmes à plusieurs vitesses, ce qui déphase un peu le public. Mais ‘Chachacha‘ remet tout le monde d’aplomb, avec un clin d’œil à Beautiful People de Marilyn Manson et la batterie qui se lâche. Elle sort son premier album Music Maelström le 25 février et sera le 30 mars au Café de la Danse.

Discographies

2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo
2010_02_04_therodeo

Stereophonics

Un ‘Hello Paris’, un grattement de guitare et ils se lancent – j’adore la voix de Kelly Jones, je sens que je suis partie pour prendre mon pied. Ils commencent avec ‘Live ‘N’ Love‘, ce qui est à mon avis un choix peu judicieux puisque c’est un extrait de leur dernier album, sorti il y a 4 jours !


Une fois les amuse-gueule finis, on entre enfin dans le vif du sujet avec ‘A Thousand Trees‘ où j’ai même ressenti des frissons (ça faisait longtemps, tiens !). Tout le monde reconnaît sans mal ‘Superman‘: de cette chanson me restera l’image de la houpette de Kelly s’agitant pendant le solo de guitare. Ils jouent ensuite ‘Innocent‘, que j’aime beaucoup sur Keep Calm And Carry On, mais qui ne m’a pas fait l’effet escompté en live…

Ils en rajoutent un peu côté Rock Star, (ab)usent des lumières mégalos, et surtout Richard Jones, le bassiste qui se la donne style hard rock avec sa veste en cuir et ses cheveux gominés. Cela fait un peu effet compensation, on dirait qu’ils ont envie de prouver qu’ils ne sont pas des rockeurs de midinette. D’ailleurs, j’ai l’impression que c’est à contre cœur que Kelly joue ‘Maybe Tomorrow‘… alors que le public se fait un plaisir de la chanter à pleins poumons et Adam Zindani qui joue avec le public sur ses vibratos de guitare, pour ses cinq minutes sous les spotlights.

On part sur un rock langoureux pour ‘Help Me‘, et on enchaîne avec ‘Just Looking‘, ma préférée de leur premier album. Sans surprise, ‘Traffic‘ (encore une de Word Gets Around) fait l’unanimité, tout le public reprenant le refrain comme si sa vie en dépendait ! Par contre, je m’ennuie considérablement sur ‘Could You Be The One‘. On revient heureusement sur le premier album avec ‘More Life in a Tramp’s Vest‘ et la géniale ‘Local Boy in the Photograph‘. Bien joué, Stereophonics nous laisse sur le carreau, implorant un rappel !

Après un son un peu crade (en bien) pour ‘She’s Alright‘, ils se lâchent sur ‘The Bartender and the Thief‘ (de Performance and Cocktail). Après coup, ‘Have a Nice Day‘ a véritablement un effet bubblegum par trop mâché… Ils finissent par ‘Dakota‘, qui manquait pour compléter la setlist. Résultat des courses : seulement quelques temps morts au tableau, compensés par un frisson… une bonne impression au final !

2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics
2010_02_04_stereophonics

Setlist : Live ‘N’ Love / Madame Helga / I Got Your Number / A Thousand Trees / Uppercut / Superman / Brother / Innocent / Maybe Tomorrow / You Stole My Money Honey / Help Me / Just Looking / Trouble / Traffic / Same Size Feet / Could You Be the One / More Life In A Tramp’s Vest / Local Boy In The Photograph
Rappel: She’s Alright / The Bartender And The Thief / Have A Nice Day / Dakota

Date : 04 février 2010
Photographe : David

Vous avez aimé ? Partagez !
11 réponses sur « Stereophonics et The Rodeo à l’Olympia »

Super Merci pour les Pics
Juste une petite erreur : Just looking= Deuxième album et non pas le premier

Merci à Michael Rochette pour son dévouement héroïque en me décrochant la Setlist!!

C’était exactement ça : quelques morceaux un peu plat du dernier album contre des anciens titres tubesques qui rendaient la foule bien agitée.
J’ai aussi chanté sur « Traffic » comme si ma vie en dépendait, c’est tout à fait ça ! :)

Merci pour la review et les superbes photos !!

Merci pour ces super photos et la SetList !

Par contre, gros bémol pour ma part sur la première partie, The Rodeo, qui a eu à peu près sur la foule l’effet d’un exposé de bilan comptable par le trésorier du MODEM …. L’incompréhension fit place à la stupeur lorsque notre ami accordéo-xylopho-castagnetto-batteur s’est mué en derviche tourneur avec une frite de piscine (modèle petit bain) Bien dommage à mon goût que cet incongru duo à la voix quasi insupportable ait plongé l’audience dans une torpeur de laquelle elle a été très lente à sortir.

Quant aux Phonics, j’ai bien apprécié comme vous l’avalanche d’anciens tubes qui ont relevé la sauce d’un dernier album un peu mou du genou… Et ouais, 36 ans quand même le lascar Kelly ;-)

Keep fun and carry on,

JdN.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Photos : Stereophonics @ l’Olympia, Paris | 28.01.2020

Ils ont parsemé l’année 2001 de petits tubes avec ‘Have a Nice Day’ et ‘Mr Writer’ tirés de Just Enough Education To Perform. Néanmoins, Stereophonics c’est plus que de la pop rock acoustique et les Gallois sont venus nous le démontrer. Treize ans qu’est paru Words Get Around, et ils viennent, il y a quelques jours à peine, de sortir…

The Blind Suns : retour d’expérience texan

Les The Blind Suns sont de retour en France après avoir foulé le sol américain et joué au festival SXSW. Avant que ces boulimiques de travail repartent sur la route, on a attrapé au vol Romain Lejeune pour évoquer avec lui son séjour au Texas.
Photos : Stereophonics @ l'Olympia, Paris | 26.01.2016

Photos : Stereophonics @ l’Olympia, Paris | 26.01.2016

Ils ont parsemé l’année 2001 de petits tubes avec ‘Have a Nice Day’ et ‘Mr Writer’ tirés de Just Enough Education To Perform. Néanmoins, Stereophonics c’est plus que de la pop rock acoustique et les Gallois sont venus nous le démontrer. Treize ans qu’est paru Words Get Around, et ils viennent, il y a quelques jours à peine, de sortir…

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]