Hindi Zahra triomphe à la Cigale

Hindi Zahra triomphe à la Cigale
RNO - 16/02/2010

Photos et live report concert : Hindi Zahra + You and You à la Cigale, Paris | 15 février 2010

Encensée depuis des mois déjà, la princesse berbère est venue chercher son diadème ce soir devant une Cigale que l’on aura rarement vue aussi enthousiaste.

You And You

2010_02_15_you-you
2010_02_15_you-you
2010_02_15_you-you
2010_02_15_you-you
2010_02_15_you-you
2010_02_15_you-you
2010_02_15_you-you
2010_02_15_you-you
2010_02_15_you-you
2010_02_15_you-you

Hindi Zahra

Il s’en passe des choses étranges autour d’Hindi Zahra… dès le premier signe de faiblesse des lumières, la salle s’échauffe, les esprits s’aiguisent et les pointes de pied se durcissent.

Le rideau s’ouvre sur une scène d’une chaleur incroyable : tous les éléments se parent d’un rouge terre battue et de reflets safran. Le code est simple mais efficace.

Précédée de ses musiciens, Shéhérazade peut faire son entrée, timide, humble mais sans hésitation. De la première à la dernière note, la voix sera impeccable, veloutée mais saisissante, une voix qui vit par elle-même, comme détachée de son porteur.
Chaque instrument porte son lot de cartes postales mais mention spéciale à la guitare manouchéenne qui donne le véritable grain à ce tableau.
Hindi Zahra est une chanteuse habitée, qui, à bien des égards, ajoute une branche à l’arbre généalogique de Luz Casal. Puisque l’on compare d’ailleurs, vous me ferez le plaisir d’oublier de suite le sobriquet de « nouvelle Billie Holiday », qui n’est au final rien de plus qu’un téléphone arabe journalistique.
Flanquée de sa Foxy Brown de choriste, elle pratique l’atonal et le décalage chromatique avec talent et sa voix s’éraille quand elle vient à gratter les aigus, dévoilant une palette de jeu vocal que l’on a plaisir à retrouver en live.

Côté scène, c’est un véritable concert de rock star: chaque solo de guitare déclenche cris et applaudissements, chaque rythme est scandé, et chaque chanson se termine sur une ovation.
Il suffit alors de fermer les yeux pour se trouver transporté dans un bar madrilène baigné de pourpre, à peine révélé par la caméra d’un Almodovar.
Chaque son est une caresse, qu’elle soit rugueuse ou frissonnante, l’Esmeralda ne force pas et préfère jouer des mains que de grossir le trait.
Ainsi, Beautiful Tango sent bon l’huile d’olive, et Hindi Zahra s’enveloppe d’une rare sensualité et d’une élégance de tous les instants. Elle aime viscéralement sa musique, dont elle est la première destinataire.

Hindi Zahra – Beautiful tango

Ma bête noire de la soirée sera la batterie, bien trop occidentale et brute, qui s’immisce grossièrement et renverse les vases de porcelaine que la belle dissémine. Conséquence fâcheuse, Oursoul, est un peu décevante, bien trop Johnny Clegg/Yannick Noah, le mélange des genres s’y fait un peu trop poussif. Heureusement, elle s’arme d’une basse trois fois plus grosse qu’elle et étire à l’infini son morceau, si bien que la chorba finit par prendre et la batterie se fait alors oublier…
Sur Set me free, elle emprunte aux accents d’Harlem les traits des divas black, glissant un clin d’oeil à Erykah Badu.
Toujours cette même batterie, générique, sans caractère…à laquelle on aurait préféré des percussions racées.

Au final oui Hindi Zahra est une poétesse du voyage, mais d’un voyage plus intérieur que géographique, une introspection de son propre métissage qu’il soit culturel ou simplement musical.

Le couronnement s’achève sur Stand up, une intro en arabe-esque à défriser un chameau. Le percussionniste intègre enfin les rangs et c’est la liesse généralisée. Un triomphe j’vous dit…!
Avec en prime un secouage de crinière qui ferait passer Steven Tyler pour un BB Brun…

2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
2010_02_15_hindi
Date : 15 février 2010
Photos : Alain G.
Réponses
  1. C’est à se demander comment j’ai pu passer à côté de cet article vu que : 1. J’adore Hindi Zahra 2. J’ai mes habitudes ici 3. j’aime spécialement les photo reportages de concert. Qu’importe, j’ai fini par trouver cette petite pépite : Tout est excellent ici, aussi bien le texte que l’image. Merci :-)

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».