Photos concert : GUSH @ la Maroquinerie, Paris | 11.03.2010

Leur réputation, portée par leur premier album Everybody’s God, les a précédés et ils nous ont rempli la maroquinerie sans aucun mal ! Ceux qui ont changé leur nom de Guts à Gush n’ont rien perdu de leur tripes. Certains avancent même m’avoir vue m’époumoner… En première partie, MiamiVince.

MiamiVince

2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince
2010_03_11_miamivince

GUSH

Les cris annoncent que les quatre jeunes gens font leur apparition. En intro, ‘Tender‘ de Blur a de quoi me désarçonner, j’associerai plus GUSH à un ‘Song 2‘. Le public est majoritairement féminin, mais pas que : signe que ce n’est pas uniquement pour leur frimousse qu’on s’est déplacé(e)s ce soir.

Ils démarrent nonchalamment avec ‘Back Home’, et enchaînent avec ‘No way’, leur single, histoire de mettre tout le monde dans l’ambiance. Enfin, je dis single, mais pour moi, chacun de leurs morceaux est un petit tube en puissance. Avec ‘Dance On’, ils ont planté le décor, ils peuvent maintenant sortir des sentiers battus ; ce qu’ils font avec une nouvelle chanson: ‘Jed Digger Deg’ – c’est du norvégien.

Un souci technique vient troubler ‘My Favorite Song’, qui est, ironiquement, ma préférée de leur album – mais la voix cassée de Vincent ne se trouble pas. Le clavier est réparé pour ‘Dragster Cowboy’, et Xavier peut s’en donner à cœur joie en impro.
In the Sun’ me procurera des frissons sur toute la durée de la chanson, d’autant plus qu’ils choisiront de la dédier à leur grand-père.

Vincent nous coacher rythmiquement pour ‘The Big Wheel‘, dont la batterie militaire donne des airs de marche indestructible. Vincent rejoint sa batterie dans une danse de sioux, et soudain, la plume à l’oreille de Xavier, qui se défoule sur le tom basse, prend tout son sens.
Une intro baroque – des relents de conservatoire ? – tranche avec les paroles de ‘P-nis’, qui explose soutenue par le slap de Yan à la basse. Là impossible de résister : je danse !

Ils annoncent une reprise, c’est une première, et quelle reprise ! Depuis son décès, autant dire qu’on en a bouffé du Michael Jackson ! Mais là je suis bluffée par leur version de ‘Dangerous’, et elle leur va comme un gant ! J’attends avec impatience la captation du Hiboo.
Le seul intérêt de ‘Remedy‘ sera le solo de Yan, mais ils remontent la barre avec ‘Blow Frankie‘, sur laquelle ce dernier s’illustre cette fois-ci par ses fessées.

Vincent s’égosille sur ‘Killing My Mind’ qu’il est fou à lier, mais difficile de le contredire quand on le voit se démener sur sa batterie et tirer la langue à tout va. Montée de pression progressive, tous se lâchent sur ‘You Really Got Style’, public compris (et moi itou). Ils finissent sur ‘Vondelpark’, laissant la voix à la Maroquinerie pour le refrain.

Pour le rappel, le public n’est pas de reste puisqu’il porte ‘Let’s Burn Again’ en lançant de lui-même les ‘Wouh’ en rythme. Enfin, pour finir en beauté et harmonie : le fameux a cappella sur ‘Jealousy’.

2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush
2010_03_11_gush

Ils sillonnent la France au cours des prochains mois et reviennent faire un crochet par la Cigale le 8 juin. Rendez-vous sur Rocktrotteur, donc !

Back Home / No Way / Dance On / Jed Digger Deg / My Favorite Song / Dragster Cowboy / In the Sun / Big Wheel / P-Nis / Dangerous [Michael Jackson] / Remedy / Blow Frankie / Killing My Mind / You Really Got Style / Vondelpark
Rappel: Let’s Burn Again / Jealousy

Partager cet article
9 réponses sur « GUSH @ la Maroquinerie »

Le guitariste pianiste de Miami Vince ressemble étrangement à celui de Diving with Andy…
Sinon Gush ça devait être bien cool :)

cataras > Merci :)

Jonathan > Bah c’est lui (ou alors un jumeau ^^)

Rod > Ah c’est sûr que nos « styles » sont aux antipodes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Dominique A

La vie étrange de Dominique

Après 2 très bons albums en 2018, un formidable EP aux accents Bevilacquesques, Le silence ou tout comme, un Solide livre d’entretiens avec Grégoire Laville et avant un hommage à Philippe Pascal (Marquis de Sade), Dominique A s’apprête à sortir à l’ancienne le 6 Novembre, Vie étrange, un disque que vous pouvez précommander.
BB percu_bis

Belin percute !

Après un concert en apesanteur un vendredi 3 juillet sur France Inter et au studio 104 de la maison de la radio avec Dominique A et Thibault Frisoni, Bertrand Belin reprend la route avec une série de concerts exceptionnels avec l’ensemble des Percussions Claviers de Lyon.
dominique-a-papiers-froisses

Vidéo : Dominique A – Papiers froissés

Après deux très bons disques en 2018, Toute latitude et La Fragilité et une très belle éclaircie en hommage à Philippe Pascal, Dominique A est de retour avec un EP 4 titres, Le Silence ou tout comme disponible le 10 juillet en digital.
SUZANE@Liswaya-020-0135_RT_HD

SLT Suzane !

Point de contrepèterie dans ce titre. Depuis un an Suzane renverse toutes les scènes où elle se produit et s’apprête enfin à sortir Toï Toï son premier album le 24 janvier chez 3eme Bureau qui va l’installer durablement dans le paysage musical, elle vient d’être nommée aux Victoires de la Musique dans la catégorie ‘Révélation…
Kid Loco par Camille Verrier (3)

5 questions à … Kid Loco

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Kid Loco qui est venu nous dire qu’il va bien avec son nouvel album, The Rare Birds paru le mois dernier.…

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…