Catégories
News

Go, Go-Go’s !

© Paul Natkin

Si vous étiez ado dans les années 80, il y a de fortes chances que vous en pinciez pour The Go-Go’s et particulièrement pour la belle Belinda Carlisle. Un documentaire sur Showtime retrace la fulgurante carrière du premier groupe 100 % féminin qui écrivait toutes ses chansons et qui demeura six semaines numéro un aux Etats-Unis avec Beauty and the Beat.


The Go-Go's
Le temps béni des posters aux murs de nos chambres. Les débuts de MTV aux USA. Un groupe de nanas naturelles et libres qui envoyaient du lourd avec un post punk débridé, jovial et entraînant entraperçu dans l’émission Chorus présentée par Antoine de Caunes et Jacky sur Antenne 2 à l’occasion de leurs concerts en France. We Got The Beat clamaient-elles. Elles s’étaient rencontrées à un concert des Sex Pistols, elles ont ouvert par la suite pour Madness et ont été signées chez I.R.S. par Miles Copeland, le manager de The Police et producteur entre autre de R.E.M., des Bangles, des Dead Kennedys ou des Cramps alors que les labels de l’époque ne voulaient pas d’un girl band. Jamais féministes mais toujours féminines, elles ont bousculé les codes de leur époque. Le documentaire n’est pas original et suit comme souvent l’ascension et la chute, la drogue et l’alcool, les querelles d’ego et les pressions. Mais cette cure de jouvence fait du bien avec ces images d’archives de concerts survoltés et cette énergie juvénile. Les entendre aujourd’hui évoquer face caméra les joies, les doutes, les regrets est assez touchant et nous renvoie à notre propre passé. Et c’est plutôt sympa de les voir de retour sur la scène mythique du Whisky a Go Go où elles ont ouvert pour entre autre pour The Specials.

The Go – Go’s – Showtime Documentary Film

The Go – Go’s – We Got The Beat

The Go – Go’s – Our Lips Are Sealed

The Go – Go’s – Vacation

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Midlake

Pendant ce temps là… chez Midlake

On avait un peu oublié Midlake depuis Antiphon en 2013. Les texans étaient réapparus cet été avec la réédition de leur premier EP, Milkmaid Grand Army. Les revoilà avec For The Sake of Bethel Woods le 18 mars chez Bella Union / [PIAS].
Cavale @ L’Épicerie Moderne, Feyzin – 01.10.2021

3X2 places pour Cavale aux Nouvelles Voix 2021

Le festival Nouvelles voix en Beaujolais qui aura lieu du 18 au 23 octobre à Villefranche sur Saône et son agglomération fait la part belle aux artistes féminines avec Suzane, Yseult, Claire Laffut, Clou, Clara Ysé, Lonny, Tessae, Eliott Jane, Cavale et Louise Combier.

Plus dans News

Black Lilys – Gymnopédie

Le baume Black Lilys

Partie trouver l’âme sœur en Ecosse, Camille revient avec une mélodie originelle et matricielle (mais pas que). Robin l’a enluminée.

Lucy Gooch in the sky

Elle avait fait tomber la pluie avec son deuxième EP, Rain’s Break, on se précipite à nouveau pour écouter Rushing, le premier EP de Lucy Gooch avec un titre supplémentaire, Orthione chez Fire Records.
Midlake

Pendant ce temps là… chez Midlake

On avait un peu oublié Midlake depuis Antiphon en 2013. Les texans étaient réapparus cet été avec la réédition de leur premier EP, Milkmaid Grand Army. Les revoilà avec For The Sake of Bethel Woods le 18 mars chez Bella Union / [PIAS].
clairedaysthechoir-mysisterclaire

Au cœur de Claire

Marie Desplechin soutient que « penser est une affaire intime. » Pour Claire Days c’est chanter. Chanter avec grâce, délicatesse, tendresse les affres intérieurs, les effrois enfouis, les douleurs endormies.