Compte rendu concert : John Butler Trio en concert privé @ la Boule Noire,  15 mars 2010

John Butler Trio

En 2004, le John Butler Trio conquérait la France et le monde entier avec son Sunrise Over Sea et notamment le titre ‘Zebra‘. Tout en restant indé en auto-prod avec son label Jarrah Records, John Butler a su s’imposer comme un musicien et compositeur hors-pair. Il est venu nous présenter Avril Uprising à paraître le 29 mars, lors d’un concert privé à la Boule Noire.

John Butler Trio

La première chose qu’on remarque c’est qu’il y a eu du changement depuis la dernière tournée : John Butler a coupé ses dreadlocks, Nicky Bomba est revenu à la batterie – il était parti rejoindre son groupe après Sunrise Over Sea, et ils ont accueilli Byron Luiters à la basse. Je me souviens du concert au Bataclan en 2005 au cours duquel John Butler m’avait marqué par sa chaleur humaine. Je croise les doigts pour que la célébrité et les disques d’or n’aient pas ruiné sa mentalité.

Il commence par ‘Used to Get High’, qui provient de Grand National, un album que j’avais trouvé un peu froid, mais sur cette version, je ressens la vibe de Sunrise Over Sea et je me sens instantanément bien. Il nous prévient ensuite qu’il jouera beaucoup de nouvelles chansons et part sur ‘Don’t Wanna See Your Face’, plus rythmé, mais les paroles ne lui ressemblent pas…

Heureusement, je retrouve John Butler engagé sur les deux chansons suivantes. Juste avant de commencer ‘Revolution’, après une petite allusion au climat, il exprime l’intention de la chanson : que la révolution n’est jamais finie, même si on a fait des pas de géant au cours du siècle dernier. Pour le plaisir, il fait durer la chanson, qui pulse bien, avec des percus bien présentes. Il joue ensuite ‘Johnny’s Gone’ qui concerne le premier ministre australien, le comparant à un voleur. Cette chanson se révèle moins rageuse que la précédente.

Seul, il joue ensuite ‘Ocean‘, qu’il a composée à l’époque où la rue était sa scène. Il raconte qu’il joue ce morceau tous les jours pour se souvenir d’où il vient et où il va. C’est là qu’il nous démontre ses talents de guitariste sur sa 11 cordes (il a retiré le sol de sa 12 corde), affichant une dextérité impressionnante à la main gauche et une rythmique imparable, parfois arpégée, à la main droite. Mais il n’essaie pas non plus de cacher la difficulté de l’exercice.

Good Excuse’ donne lieu à un super solo de Nicky Bomba. Le mélange des percus et de la batterie offre une rythmique presque mélodique. Pendant que Nicky fait chanter le public, John Butler regarde et boit – de l’eau, parce qu’il est rock’n’roll. Pour ‘Close To You’, ils nous incitent à quitter un job qui ne nous plairait pas, pour partir à la conquête de nos rêves. Puis, je suis saisie, le trio se lance dans ‘Zebra’, ça m’a fait un petit effet que de le ré-écouter en live.

Pour ‘One Way Road’ (clip ici), John Butler s’assied et joue du lapsteel, l’intro est spéciale, mais il est vite rejoint par les musiciens, et je me retrouve à danser. Les Australiens nous offrent un rappel de choix avec le très rock ‘Come On Now’, et ‘Funky Tonight‘ avec un superbe solo de basse et une envolée des trois musiciens à la batterie.

Setlist: Used to Get High / Don’t Wanna See Your Face [AU] / Revolution [AU] / Johnny’s Gone [AU] / Ocean / Good Excuse / Close to You [AU] / Zebra / One Way Road [AU]
Rappel: Come On Now [AU] / Funky Tonight

Date : 15 mars 2010