Interview de Gong Idem Gong

Comment s’est déroulé cette rencontre entre Gong Gong et Idem ?

Vincent : On s’est rencontré il y a 3 ans, à l’initiative de la ville de Nantes qui a construit un grand Zénith et, une soirée par an a lieu « Nantes au Zénith » qui a pour but de rassembler les groupes Nantais pour s’y produire et jouer sur une grande scène ainsi que donner la possibilité au grand public de passer une soirée dans ce lieu à un tarif défiant toute concurrence. 5 familles étaient invitées ce soir là, dont la famille électro avec les Gong Gong comme « chef » de celle-ci qui ont invité d’autres groupes comme Idem. Pour l’occasion, on avait monté un set original, on avait répété 3 jours lors d’une résidence à l’Olympic, la SMAC (scène de musiques actuelles) de Nantes. Ça s’est super bien passé notamment au niveau du public et du groupe, et humainement il s’est passé quelque chose. On a lancé l’aventure à partir de ce moment là. Il a fallu un an pour monter tout ce qui était dossier de subventions car c’est un projet lourd (on est 10, il y a 2 camions, du son, de la vidéo, de la lumière…). On a eu des semaines de répétitions : on est parti de morceaux d’Idem et de Gong Gong, mais on voulait aussi faire des morceaux originaux. On voulait faire vraiment un projet multimédia en mettant autant d’importance sur la vidéo, la lumière et le visuel que sur le son. On est donc partis 15 jours en résidence en condition scène à la Péniche à Chalons-sur-Saône, puis à Agen au Florida, au Fusion à la Roche-sur-Yon. Le projet était lancé… On a eu des dates fin 2009, et on commence une tournée de plus de 16 dates.

Votre projet est donc ‘tout neuf’, avec un public qui n’est pas forcément au courant… Comment est-ce qu’il réagit ?

Isabelle « Pitch » Ortoli : En fait il le sait pas ! On ne l’annonce même pas sur scène. Je pense que les gens ont l’impression que c’est un groupe nouveau, une nouvelle entité. Comme c’est Gong Idem Gong, on appelle ça GIG, donc ça peux paraitre comme un nouveau groupe. On n’explique pas forcément ça. Peut-être que les gens le découvriront après et ils diront : « ah bon ! c’est 2 groupes ! ». Et on espère ça, qu’ils croient que c’est un seul groupe.
Vincent : C’est un tout autre projet, une autre entité. C’est pas du Idem ; c’est pas du Gong Gong : c’est du GIG !

GIG c’est donc une rencontre de 2 groupes. Est-ce que Idem et Gong Gong ont des influences musicales communes ?

Vincent : Pas tant que ça en fait. Je pense qu’on se retrouve dans tout ce qui est un peu électro. C’est évident qu’Idem a un côté beaucoup plus rock, voire plus violent, et les Gong Gong sont plus sur des formats électro.
Isabelle « Pitch » Ortoli : On a tous des influences complètement différentes mais quand on se retrouve tous réunis on se retrouve.
Vincent : Les 2 groupes sont complémentaires et c’est ce qui fait que la sauce prend.
Isabelle « Pitch » Ortoli : Et la sauce a pris ! Ça aurait pu être le cas mais on savait que ça pouvait le faire, on avait le potentiel en tête et tout le monde a fait en sorte que ça paraisse crédible et bien.

Etant donné que GIG est un projet tout nouveau, est-ce que vous avez du mal à vous vendre ? Etes-vous obligés d’aller voir les programmateurs de salles…

Vincent : Pour ce projet, on a gardé notre tourneuse. On ne se plein vraiment pas car on arrive à avoir des dates sur un projet qui s’est booké avec un teaser vidéo, sans aucun autre support. Aujourd’hui on a fait 3 morceaux, dont un disponible sur MySpace, et on est en démarchage des labels pour voir si ils peuvent nous soutenir sur un projet comme un DVD. Le vrai sens de ce projet est voué à la scène et du coup, ce qu’on souhaite c’est sortir une sorte de maxi numérique 3 titres. Avoir le son et l’image serait l’idéal. Mais on ne se met pas de limites dans ce projet…
C’est assez rigolo : on a aimé enregistrer ensemble car on est 2 groupes avec 2 façons de répéter différentes et là on se lâche plus et on ne s’oblige pas à rester dans des formats définis.
On aimerait bien une sortie vers le début de l’année 2011, mais c’est difficile d’établir un calendrier maintenant…

Qu’est ce qu’on peut souhaiter à ce projet dans les temps à venir ?

Isabelle « Pitch » Ortoli : Longue vie (rire) !
Vincent : Qu’on puisse vivre pleinement ce projet, qu’on se fasse pleinement plaisir car on aime bien être sur la route ensemble.