Surfin’ Mattiel

Le printemps est pluvieux, pas grave, Mattiel a les mots et l'énergie pour faire briller ce soleil frondeur avec deux nouveaux titres, Those Words et Freedom Feels.

Surfin’ Atlanta. Mattiel Brown et Jonah Swilley redonnent la pêche et nous cueillent à bra(s) ouverts avec un morceau tonique et revigorant.

« Je pense que tout le monde peut s’identifier à une chanson comme These Words – il s’agit simplement de choisir à qui donner son énergie. Si quelqu’un ne vous traite pas avec respect ou dépasse vos limites, vous ne lui devez rien. C’est un rappel particulièrement utile si vous êtes une personne qui a tendance à essayer de plaire à tout le monde. Les femmes apprennent à faire cela dès leur plus jeune âge. Il n’est tout simplement pas possible de rendre tout le monde heureux, alors vous pourriez aussi bien chanter et danser ces soucis. »

« Nous avons tourné cette vidéo à la mi-mars, donc c’est une énergie très fraîche et nouvelle pour nous, nous sommes tous tellement excités de sortir et de jouer à nouveau. Nous sommes très proches et c’est vraiment juste que nous passons un bon moment, et je pense que cela transparaît dans tout. On a l’impression que la lumière au bout du tunnel Covid commence à briller de plus en plus. Nous y sommes presque. »

Mattiel – Those Words

The bricks in the floor make your boots sound so loud
And you keep your head down like you’re carryin’ a cloud
Of remorse and pity and doubt, but you act so proud
Of your vows, when there’s nothin’ to them
And it’s still a wonder how we ever met
But it’s not that I’ll ever have any regret
Oh, I don’t know how hard this is gonna get
I guess nobody ever said it was easy

And I don’t know what to do
Oh, I don’t know what to say
When you’re at this way, that’s a game I’m not about to play
Oh, I don’t know what to say

And speaking salty words won’t do it any good
‘Cause so much between us is misunderstood
The words don’t make a sound
To anyone who’s falling, now fall down

And it’s too bad you’re not the busted and broken screen
Yeah, money has a way of destroying…

Mattiel - Those Words

Mattiel - Those Words

Tracklist : Mattiel - Those Words
  1. Those Words
  2. Freedom Feels

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Ohmadrid-doyouloveme

Vidéo : Oh ! Madrid – Do you love me

L’amour et ses questions existentielles. “Pourquoi faudrait-il aimer rarement pour aimer beaucoup ? » écrivait Albert Camus dans Le mythe de Sisyphe. Le duo Oh ! Madrid ne répond pas à cette question mais chante avec douceur les hésitations du cœur et de l’âme.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]

Plus dans News

H-bunrs-sunsestwine

Wine & Music

Vous aimez les vins naturels ? Vous aimez l’Auvergne ? Vous aimez le folk lumineux du Sunset Park d’H-Burns ? Ne ratez pas ce combo gagnant à La Belle Électrique de Grenoble le 1er juin, à la Cordonnerie de Romans-sur-Isère le 3 juin et à la Maroquinerie à Paris le 8 juin.
Sbastienschuller

La chaleur Schuller

On avait perdu de vue Sebastien Schuller depuis Heat Wave en 2014. Il revient faire son introspection au piano avec un nouveau disque auto-produit d’une douceur magistrale.
Chassol-imnotarealperson

Légendes !

De l’évidence. Chassol / Basquiat, Basquiat / Chassol. Deux magiciens, l’un des sons, l’autre des couleurs et vice versa.
Maneskintheloneliestcoverbymustinguette

Fleur solitaire

Violette alias Mustinguette aime Måneskin et elle a bien raison. Rush! le troisième album du gang romain est sorti en début d’année avec toujours cette énergie et cette gouaille frondeuse qui a conquis la planète. The Loneliest ferme le disque avec une ballade déchirante qui ne peut que toucher quand on est adolescente (ou pas).