Didier Lestrade : Chroniques du dancefloor (Libération 1988-1999)

Didier Lestrade : Chroniques du dancefloor (Libération 1988-1999)
Fred - 22/05/2010

Didier Lestrade : Chroniques du dancefloor

Le terme trainspotter ne me convient pas. Pas plus que celui de collectionneur. Pourtant c’est ce que je suis. Chez mes parents, dans des cartons qui prennent la poussière, il y a des revues, des articles que j’ai découpés dans des journaux. Il y a là plusieurs magazines et fanzines disparus de nos jours : Rolling Stone (la première édition lancée par Lionel Roctage en 1988), Globe, Actuel, Coda , Eden et beaucoup d’articles issus de Libé. Parmi tout ça, il y a des chroniques musicales qui m’ont accompagné toutes ces années, celles de Didier Lestrade.

Didier Lestrade

L’Editeur Singulier publie ces jours ci une compilation de certaines de ces chroniques parues dans Libé entre 1988 et 1999. Didier Lestrade a été l’un des premiers en France à s’intéresser à la House et la Techno à l’heure où d’autres crachaient dessus, censuraient à tout va et prédisaient une durée de vie minimum à cette musique. Avec le recul, il est salutaire de constater qui avait raison… Et histoire d’enfoncer un peu le clou, je ne vais pas me gêner pour citer ceux qui se sont plantés : TF1 et NRJ qui décidèrent de censurer (difficile d’être constructeur de pavillons pour classe moyenne et visionnaire ou fan de rugby et fin observateur de la musique…), ceux qui ont retournés leur veste : les Inrockuptibles qui après avoir méprisé le mouvement pendant des années ont décidé de prendre le train en marche mais désolé les gars c’est un peu tard pour qu’on vous accorde de la crédibilité, ceux qui tentèrent de s’y retrouver dans la pléthore de disques : Best et Rock & Folk… et tous les autres trop largués pour y comprendre quoi que ce soit l’Humanité en tête où l’on put lire que les ravers étaient de méchants fachos et les dj’s des prêtres voulant les convertir…

Pendant ce temps donc, Didier Lestrade publiaient ses chroniques. En connaisseur du mouvement, il nous aidait à nous y retrouver dans la jungle des sorties quotidiennes et sa liberté de ton, son humour, sa culture musicale apportèrent un éclairage nouveau à cette scène encore méconnue. Il faut bien replacer les choses dans le contexte de l’époque, pas d’internet dans ces années juste le 36 15 Rave, des infolines qui apparaissent et disparaissent, des parties de cache-cache avec les forces de l’ordre, Radio FG qui fut un formidable vecteur et des milliers de passionnés qui veulent juste danser et s’amuser. Il est beaucoup question de danse justement dans les écrits de Didier Lestrade et assez vite il s’insurge contre la radicalisation du mouvement qui s’éloigne de ses racines blacks et soul pour prendre un virage trop hardcore à son goût. La fraîcheur et la naïveté qui se dégagent de toutes ces chroniques peuvent surprendre à notre époque, justement Didier Lestrade confesse s’être peu à peu désintéressé du mouvement le jour où la musique a cessé d’être naïve, le jour où il s’est rendu compte que les Daft Punk ne réinvestiraient jamais l’argent qu’ils avaient gagné en ouvrant un grand club en France comme New Order l’a fait à Manchester. C’est donc à une belle leçon d’histoire que nous convie ce livre. Histoire qui transpire la joie et l’optimisme malgré la vie pas toujours rose du chroniqueur. Bien entendu il parlera beaucoup plus à quelqu’un qui a vécu ces folles années qu’à un néophyte en la matière. Il est bien concevable que pour se sentir captivé par Rave Age, Plus Au Sud, les raves du Pont de Puteaux ou du Fort de Champigny, la Rave O Trans à Rennes il faut avoir vécu ces années là plutôt que d’être resté chez soi.

La plus belle leçon qui ressort de cet ouvrage est que pour écrire sur la musique il n’y a pas besoin d’être musicologue ou de savoir déchiffrer une partition, le plus important et de ressentir l’émotion aux fond de ses tripes et de la retranscrire en des mots simples et compréhensibles au commun des mortels. C’est plutôt holistique n’est ce pas ?

Pour ceux que ça intéresse, il y aura une séance de dédicaces le mercredi 26 Mai de 18h à 20h à la Galerie du Mail 12 rue du Mail, 75002 Paris

Plus en bonus les archives d’eDen.

Réponses
  1. Bon, je vais pas faire le malin! Merci Frédéric, c’est la première critique du livre sur le net. C’est vrai, j’avais oublié que les Inrocks avaient MIS BEAUCOUP DE TEMPS POUR PIGER LE TRUC de la house! Maintenant je me rappelle pourquoi je ne leur ai jamais proposé de papier (rires)
    non merci
    bises
    didier

  2. « Bon elle est où cette rave? » (Fanny Ardant dans Pédale Douce).

    C’est aussi DL qui a « lançé » Craig Amstrong en France par son article dithyrambique dans Libération. N’oubliez pas les inuendos (sous-entendus) pédés, plus ou moins clairs pour le lecteur lamda mais toujours drôles, marque de fabrique de DL.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “News

[EXCLU] Solace – Woman

Sk* est fier de vous présenter en exclusivité le clip de Woman de Solace. Aujourd’hui, l’ambiance sera délicate sur SK*.

L’OPA des RVG

Les RVG la jouent classique mais la jouent bien. Avec Feral, le groupe de Melbourne pourrait faire aussi bien (voire mieux) que son précédent disque.

Mark Lanegan

Le chagrin de Mark Lanegan

Mark Lanegan est déjà de retour. Après le succès de Somebody’s Knocking, il a décidé de retourner rapidement en studio pour enregistrer les quinze chansons de Straight Songs of Sorrow, disque qui accompagnera la sortie de Sing Backwards And Weep, son autobiographie.

Le diable se cache dans les chansons de Tim Burgess

La règle est simple avec Tim Burgess. C’est bien simple, il ne s’arrête jamais. Quand il a terminé de jouer avec ses Charlatans, Burgess part en solo pour jouer à l’Américain. Il sera de retour en mai 2020 avec un nouvel album (très anglais pour le coup).

Pomme @ Théâtre Comédie Odéon, Lyon - 17.12.2017

De la révélation

Les victoires de la musique auront lieu ce soir pendant les agapes consuméristes valentinesques et sans Roman Polanski qui certes chante peu. Qui sera révélé au grand public ? Qui sera touché par la grâce du vote du public ?

Niandra Lades

Le temps de Niandra Lades

Il est l’heure de retrouver la pépite la mieux cachée du Klondike musical auvergnat, Niandra Lades, auteur en 2017 d’un disque majeur, Night Funeral injustement ignoré dans nos pages. Alors on est bien à l’heure pour leur retour avec It’s time, premier extrait de You Drive My Mind dans les bacs le 16 avril.

couv-event_facebook_851x315

Croisons le FAIR !

Crée en 1989 le fair est aujourd’hui le premier dispositif de soutien au démarrage de carrière et de professionnalisation en Musiques Actuelles. 5 axes sont privilégiés, une aide financière, des formations professionnelles et artistiques, une aide à la diffusion, un soutien en communication et un accompagnement juridique et en management. Les nom des 7 lauréats…

Cabane - Take me home (part 2)

Tous en Cabane !

Grande Est La Maison sera assurément l’un des disques importants de cette année. Un nouvel extrait, Take me home (part 2) nous étreint, nous enlace, nous cajole avec sa violente douceur.

Orchestre National de Lyon & Alexandre Astier - Kaamelott Opening

Alexandre le bienheureux !

Chaque année, au moment de l’épreuve du bac de philo, une légende urbaine persistante évoque un lycéen qui aurait répondu à la question ‘Qu’est-ce que le risque ?’d’une simple phrase : « le risque, c’est ça » et aurait eu une note correcte.

L’amour de Jean Louis Murat

On nous promettait un Jean Louis Murat en plein chamboulement personnel qui écoute en boucle le groupe Earth, Wind & Fire. En écoutant Si je m’attendais/Troie, on se dit que les promesses sont effectivement tenues.

I wanna be your Baxter Dury

Grand cru en approche. Baxter Dury revient avec un disque qui prêche le froid et qui glace le sang.

Eric & Liam

Cantona avait clamé son amour pour Once sur les réseaux sociaux. Gallagher l’a pris au mot et lui offre le premier rôle dans le clip qui lui est dédié.

The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal

Et Pascal Blua exposa

Pascal Blua exposera du 3 au 22 février dans le cadre du festival Hibernarock à Aurillac une sélection de ses travaux graphiques pour la musique.

Badly Drawn Boy

Badly Drawn Boy vend du rêve

Damon Gough aka Badly Drawnn Boy brise sept années de silence avec le réjouissant morceau Is This A Dream ? et l’annonce d’un nouvel album.

Au Paradis avec Thousand

Thousand (aka Stéphane Milochevitch) sera de retour au printemps avec Au Paradis. Un disque qui porte fort bien son nom.

La bonne humeur des Lathums

Les Lathums ne s’arrêtent plus ! Les revoilà avec un nouveau single, produit par James Skelly (The Coral) et une plantureuse tournée anglaise. A quand la France ?

BC Camplight n’est pas HS

Découvert en 2015 grâce au magnifique How To Die In The North, BC Camplight sera de retour en avril 2020 avec Shortly After Takeoff, un disque de pop totalement allumée.