La Havane, 1996. Qui aurait parié sur le carton planétaire du Buena Vista Social Club et de ses musiciens hors d'âge mais surtout hors du commun ? World Circuit dévoile une video des sessions d'enregistrement d'El Cuarto De Tula extrait de l’édition des 25 ans d'un disque disponible le 17 septembre qui aura démocratisé la musique cubaine en devenant un phénomène de société.

El Cuarto De Tula est une coquine guaracha où la chambre de Tula brûle mais où celle-ci est surtout dévorée de désir. Eliades Ochoa, Ibrahim Ferrer et Manuel Licea mettent le feu aux lambris du studio de la Havane et l’on écoute ce titre avec le bonheur d’assister par effraction à un moment de grâce suspendue.

« Le 26 mars 1996, le trio composé du chef d’orchestre cubain Juan de Marcos González, du producteur et guitariste américain Ry Cooder et du producteur et propriétaire de label britannique Nick Gold a réuni un groupe impromptu de musiciens cubains dans les studios EGREM/Areito du Centro Havana, datant des années 1950. La majorité des personnes réunies étaient des vétérans célèbres de l’âge d’or de la scène musicale cubaine des années 1940 et 1950.

Aucun d’entre eux n’avait la moindre idée que les enregistrements qu’ils étaient sur le point de produire allaient changer la vie de nombreuses personnes, y compris la leur, et qu’ils allaient modifier à jamais le statut de la musique cubaine dans le monde. Buena Vista Social Club est le nom donné à ce groupe extraordinaire de musiciens et à l’album, enregistré en sept jours seulement. Le studio, propriété du label national cubain EGREM, a été installé dans les années 1940 et est considéré comme un grand joyau de l’histoire de l’enregistrement. La grande pièce unique lambrissée de bois a permis l’enregistrement de l’ensemble complet en direct, ce qui place l’auditeur dans la pièce parmi les musiciens. Il ne fait aucun doute que cela a joué un rôle majeur dans le son magique des enregistrements finaux.

L’atmosphère des sessions d’enregistrement montrait clairement que quelque chose de très spécial était en train de se produire, mais personne n’aurait pu prédire que « Buena Vista Social Club » deviendrait un phénomène mondial, récompensé par un Grammy en 1997 et vendu à 8 millions d’exemplaires, dépassant tous les autres disques du même genre. L’impact de ces sessions se fait toujours sentir 25 ans plus tard, et la vibration et l’allure séduisante de la riche histoire et de la culture cubaine brillent plus que jamais dans ces enregistrements historiques.

Le succès de l’album original a élevé les artistes (dont Ibrahim Ferrer, Eliades Ochoa, Compay Segundo, Rubén González et Omara Portuondo) au rang de superstars, a inspiré un film primé de Wim Wenders et a contribué à populariser le riche patrimoine musical de Cuba. Produit par Ry Cooder pour World Circuit, la qualité intemporelle de la musique et la verve des interprètes chevronnés font de ce disque l’un des plus importants du XXe siècle.

Cette nouvelle édition comprend des titres qui ont été enregistrés au cours de cette fameuse semaine de 1996 mais qui n’ont jamais été publiés ; certains étaient destinés à servir de suggestions de répertoire, d’autres étaient des improvisations improvisées, joyaux à part entière qui n’ont rien à envier à l’album original. L’un de ces joyaux est Vicenta, qui est dévoilé aujourd’hui pour la première fois. Il existe également des prises alternatives de certaines des chansons les plus célèbres et les plus appréciées de l’album. »

Buena Vista Social Club – El Cuarto De Tula

En el barrio la Cachimba
se ha formado la corredera.

Allà fueron los bomberos
Con sus campanas y sus sirenas.

Ay mamà! Que pasò ?
Ay mamà! Que pasò ?

El cuarto de Tula,
E cogiò candela.
Se quedò dormida
Y no apagò la vela.

Que llamen a Ibrahim Ferrer,
Que busquen los bomberos !
Que yo creo que Tula lo que quieres
Es que le apaguen el fuego.

El cuarto de Tula,

Ay, por ahì viene Eliades,
En tremenda corredera.
Viene a observar el cuarto de Tula
Que ha cogido candela.

Carlo y Marco estàn
Mirando este fuego.
Si ahora no se apaga,
Se apaga luego.

Puntillita ve y busca Marco,
pà que busque al Sierra Maestra.
Que vengan par acà rapido
que la Tula, mira cogiò candela.

Ey Marcos, coge pronto el cubito
Y no te quedè allà fuera.
Llenalo de agua y ven a apagar
El cuarto de Tula que ha cogido candela.

Tula està encendida,
Llama a los bomberos.
Tu eres candela.
Afina los cueros.

Candela, muchacho.
Se volviò loco Barbarito, hay que ingresarlo.

El cuarto de Tula

Cette réédition sera disponible le 17 septembre en plusieurs formats : un boxset Deluxe 2LP + 2CD, un mediabook 2CD, un vinyle Gatefold 2LP et des formats numériques. Ces éditions sont là pour célébrer l’anniversaire de l’enregistrement de l’album, et contiendront également l’album original remastérisé par l’ingénieur Bernie Grundman, lauréat d’un GRAMMY, ainsi que des morceaux inédits issus des bandes de la session originale de 1996.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Elgruporenacimiento-lapolicia

La salsa du démon Eblis Alvarez !

Les Meridian Brothers font renaître El Grupo Renacimiento avec un onzième disque entre hommage et relecture endiablée qui vient de paraître chez Ansonia Records.

Plus dans News

Richard-dawson---pc-kuba-ryniewicz--13---300-dpi

Dawson craque

Notre peasant préféré de Newcastle Richard Dawson chevauche une monture imaginaire pour mieux nous dépayser avec Horse and Rider extrait de son génial dernier album, The Ruby Chord.
Talisco-human

De la nature humaine

Retour sur terre pour Talisco avec un titre, Human qui annonce un nouvel album.
Jeanfelzine-cettefemmeestunmystre

Le Roy Jean

« Ne dépouillez pas la femme de son mystère » écrivait Friedrich Nietzsche. C’est souvent elle qui pourtant nous dépouille de nos certitudes et de nos illusions. Jean Felzine adapte magistralement en français le She’s a Mystery to Me chanté par Roy Orbison paru en 1989 sur son album posthume.
Miossec-mesvoitures

Au volant avec Miossec

Miossec nous conte son épopée automobile. On prend alors la route à rebours où les voitures sont des compagnes, presque des amantes défuntes.